RCA : TOUADERA, un « Président le plus impopulaire du monde », selon le député Aurélien Zingas

Publié le 13 octobre 2020 , 1:06
Mis à jour le: 13 octobre 2020 1:06
L’honorable Simplice Zingas, l’ancien premier vice-Président de l’assemblée nationale le 25 février à Bangui. Il a été cité dans l’affaire. Credit photo : Anselme Mbata pour CNC.

 

Bangui, République centrafricaine, mardi, 13 octobre 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique). Samedi 10 octobre 2020, lors d’une interview exclusive en marge de la conférence de presse de la coalition de l’opposition démocratique (COD-2020), le député Aurélien Zingas, bien connu pour ses propos directs envers le chef de l’État,  n’a pas passer par le dos  de la cuillère pour raboter la politique du chef de l’État Faustin Archange TOUADERA, candidat à sa propre succession pour  un second mandat. L’homme insiste sur « l’impopularité grandissante » du chef de l’État, avec un ton de moquerie.

 

« Si l’on avait des Instituts de sondages ici, e qu’on faisait réellement le sondage,  c’est lui qui devrait être le chef de l’État le plus impopulaire du monde, a déclaré le député Simplice Aurélien Zingas qui justifie cela par  sa mauvaise gouvernance axée sur le deal avec les groupes armés, la roublardise…

« Le Président Touadera a prêté serment pour garantir la sécurité  des biens et personnes sur l’ensemble du territoire centrafricain, mais jusqu’à l’heure où je vous parle,  nous sommes à plus de 4 ans et demi de sa gouvernance, rien de concret n’est fait. Il va se lever pour dire que j’ai recruté tel nombre des FACA, tel nombre des policiers, tel nombre des gendarmes, mais ça ne suffit pas !  Il faut les doter avec des armes.  Il va vous dire qu’y a l’embargo, c’est faux!  Nous avons écouté de hauts responsables militaires et diplomatiques dire que cette question d’embargo  c’est du bluff ce que le chef de l’État, chef suprême des armés le fait », ajoute le député qui pointe surtout

« l’alliance du chef de l’État avec les groupes armés, son goût effréné  d’être toujours avec les chefs rebelles », qui l’a rendu impopulaire, en donnant un exemple :

« Pas plus tard que la semaine dernière,  le Premier ministre Tiangaye a envoyé une équipe pour se rendre à Kabo aux fins de redynamiser les structures de son parti politique, le CRPS, mais son véhicule  a été confisqué par Alkhatim à Kaga-Bandoro. Après des investigations,  Alkhatim a dit que  c’est sur les instructions du président  Touadera qu’il a confisqué  ce véhicule. Et  ça, c’est un exemple », martèle le député Simplice Aurélien Zingas qui revient sur les mauvais états des infrastructures routières du pays en ce terme :

« Nos routes, nos routes. Faites un tour à l’intérieur du pays, même au niveau de Bangui. Je vais vous citer un exemple. Je partais il y a un mois de cela dans ma circonscription  dans la basse Kotto.  Je suis arrivé à Bambari à 23h30, je devrais continuer la route. De Bambari à Bokologbo,  ça fait 60 kilomètres.  Je suis arrivé à 4 heures du matin. Pour parcourir 60 kilomètres, il faut 5 heures ou 4 heures ? », s’interroge le député de Mobaye Aurélien Simplice Zingas. Et ce n’est pas tout, l’homme revient longuement sur le fonctionnement du système éducatif de notre pays. Pour lui, c’est la catastrophe alors que le chef de l’État est un enseignant. S’agissant de l’électricité, de l’eau  et des conditions de sécurité des Centrafricains, le député semble manquer des mots pour qualifier cela.  D’après lui, le chef de l’État le savait très bien les conditions sécuritaires dans lesquelles les Centrafricains se retrouvent aujourd’hui.

« Il sait que le peuple vit  dans l’insécurité, c’est pour cela qu’il n’ose même pas  passer seulement une nuit à l’intérieur du pays auprès de la population pour connaître  les réalités. Depuis près de cinq ans que le Président Touadera est là, il a passé une seule nuit à Berberati. En dehors de Berberati, rien », ajoute-t-il.

Notons que la réponse du parti MCU du chef de l’État au député Aurélien Simplice Zingas sera publiée dans nos prochains articles sur CNC.

 

Par Cyrille Jefferson Yapendé

Journaliste rédacteur

Tél. : 72 62 01 14

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher