La Centrafrique et le mirage de l’aide russe et du BRICS : une vraie escroquerie diplomatique

Publié le 2 juillet 2023 , 8:00
Mis à jour le: 2 juillet 2023 4:12

La Centrafrique et le mirage de l’aide russe et du BRICS : une vraie escroquerie diplomatique

 

Construction de pont métalique par l'expertise France au sud-est de la République centrafricaine. Photo : Ambassade de France à Bangui.
Construction de pont métalique par l’expertise France au sud-est de la République centrafricaine. Photo : Ambassade de France à Bangui.

 

 

 

Bangui, 03 juillet 2023 (CNC) – La promesse récente de la Fédération de Russie et du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) d’aider la République centrafricaine a suscité des réactions hilarantes sur les réseaux sociaux. Les Centrafricains, pleins de sarcasme et d’humour, se moquent ouvertement de cette promesse utopique, car ils estiment que ces pays ne font que piller les ressources minières et forestières de leur pays sans réellement contribuer au développement.

 

Ghislain, par exemple, ironise sur le fait que la Banque mondiale a financé la construction de routes rurales pour 240 millions de dollars, mais se demande quand la banque des BRICS fournira ne serait-ce que de l’eau potable à la population. Il souligne ainsi l’absurdité de cette promesse utopique et se moque ouvertement de l’inaction des pays membres du BRICS.

 

Mathieu, quant à lui, exprime son scepticisme envers la Russie en se demandant quelles contributions ce pays a apportées au développement de la République centrafricaine depuis son arrivée en 2018. Il souligne également l’incapacité de la Russie à financer et construire même un petit stade près de l’Oubangui. Sa remarque sarcastique suggère que la Russie n’est intéressée que par le pillage des ressources du pays, sans offrir de véritable aide au développement.

 

Giscard, d’un autre côté, tente de défendre la Russie en accusant les autorités compétentes du pays de ne pas faire leur travail en matière de développement. Il rejette l’idée selon laquelle la Russie est responsable de la situation et souligne que leur rôle principal est de garantir la sécurité plutôt que de promouvoir le développement économique. Son commentaire montre que certains Centrafricains refusent de mettre toute la responsabilité sur la Russie et préfèrent blâmer les autorités locales.

 

Hyppolite, enfin, réagit aux arguments de ceux qui affirment que le partenariat russe est plus bénéfique sur le plan économique que les autres. Il fait remarquer que, jusqu’à présent, il n’a rien vu de tel dans le monde. Sa remarque sarcastique souligne l’absence de preuves concrètes montrant les avantages économiques réels de ce partenariat et renforce l’idée que la promesse d’aide de la Russie de Poutine n’est qu’une illusion pour les centrafricains.

 

En un mot, la promesse de la Fédération de Russie et du BRICS d’aider la République centrafricaine est accueillie avec dérision et moquerie par de nombreux Centrafricains. Ils expriment leur scepticisme quant aux véritables intentions de ces pays et soulignent le manque de résultats concrets en matière de développement. Pour eux, cette promesse n’est rien de plus qu’un écran de fumée derrière lequel se cachent des intérêts égoïstes visant à piller les ressources du pays.

 

 

Aucun article à afficher