Référendum de la honte : Le Conseil d’État se prosterne devant Touadéra

Publié le 7 juillet 2023 , 7:35
Mis à jour le: 7 juillet 2023 3:32

Référendum de la honte : Le Conseil d’État se prosterne devant Touadéra

 

Le député de Bimbo3 Joseph Bendounga dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale
Le député de Bimbo3 Joseph Bendounga dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Photo CNC

 

 

Bangui, 08 juillet 2023 (CNC) – Le Conseil d’État s’est une fois de plus distingué par son incompétence flagrante en refusant de donner suite à la requête de l’honorable Joseph Bendounga, Président du parti MDREC. Cette décision, ou plutôt ce manque de décision, soulève de sérieuses questions quant à l’intégrité et à l’impartialité de cette institution censée garantir l’État de droit en République centrafricaine.

 

La requête de Joseph Bendounga mettait en lumière une violation manifeste de la loi, à savoir l’absence de l’annexe constitutionnelle dans le décret convoquant le corps électoral en vue du référendum. Il est tout simplement incompréhensible que le Conseil d’État se déclare incompétent face à une telle violation, laissant ainsi le peuple centrafricain sans recours pour défendre ses droits fondamentaux.

 

La question qui se pose est la suivante : pourquoi créons-nous des lois si elles sont ignorées et foulées aux pieds par ceux qui sont censés les appliquer ? À quoi sert la constitution si les citoyens ne peuvent plus se tourner vers les tribunaux pour demander justice ? Les paroles de Joseph Bendounga sont criantes de vérité : le peuple a raison de se soulever lorsque ses droits sont bafoués de manière si flagrante.

 

Il est tout simplement inadmissible que le président Faustin Archange Touadéra se permette de piétiner les lois sans aucune conséquence. Il se comporte en véritable dictateur, marchant allègrement sur les principes fondamentaux de l’État de droit, et toutes les institutions judiciaires semblent se prosterner devant lui. La décision du Conseil d’État de se déclarer incompétent est un affront à la justice et à la démocratie, et elle ne fait que renforcer le sentiment de désespoir et de colère qui anime la population centrafricaine.

 

Il est particulièrement révoltant d’entendre les avocats du gouvernement soutenir la décision du Conseil d’État en affirmant que cela n’entre pas dans sa compétence. Quelle ironie ! Le président Touadéra a réussi à verrouiller tous les rouages du pouvoir, et la seule échappatoire pour les juges est de prétendre qu’ils sont impuissants. Cette excuse juridique est tout simplement insupportable et témoigne de l’emprise totale qu’exerce le dictateur sur le système judiciaire.

 

Sur les réseaux sociaux, les internautes centrafricains se moquent ouvertement de cette décision absurde. Ils suggèrent que les juges ont peut-être peur d’être mis à la retraite, comme cela a été le cas pour l’ancienne présidente de la Cour constitutionnelle, Madame Danièle Darlan, qui avait osé déclarer anticonstitutionnel le projet de nouvelle constitution initié par le président Touadéra. Il est triste de constater que les juges, censés être les gardiens de la justice, se plient ainsi devant la volonté d’un despote.

 

Pour les observateurs, cette décision du Conseil d’État est une trahison envers le peuple centrafricain. Elle témoigne de la faillite de notre système judiciaire et de l’absence de véritable État de droit. Il est grand temps que les citoyens se lèvent pour défendre leurs droits et exiger des comptes à ceux qui bafouent la loi en toute impunité. La dictature de Touadéra doit être dénoncée et combattue avec la plus grande fermeté. Le peuple mérite une justice indépendante et impartiale, et il est du devoir de chacun d’entre nous de nous battre pour la restaurer.

 

Par Alain Nzilo

Directeur de publications

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Aucun article à afficher