RCA : Nana-Mambéré, un sous-officier de l’armée nationale enlevé par les mercenaires Russes, et plusieurs d’autres blessés

Publié le 6 février 2022 , 7:09
Mis à jour le: 6 février 2022 3:37

 

Bangui, 7  février 2022 (Corbeaunews – Centrafrique ) – Un sous-officier (adjudant) des forces armées centrafricaines (FACA) enlevé, au moins trois autres blessés dans une altercation survenue dans la localité de Baboua, chef-lieu de la sous-préfecture de la préfecture de la Nana-Mambéré, située à environ 560 kilomètres au nord-ouest de la capitale Bangui.

Une foule sortie observée l'arrivée des soldats FACA à Béloko, le 11 février 2021.
Une foule sortie observée l’arrivée des soldats FACA à Béloko, le 11 février 2021.

 

L’information a été publiée pour la première fois sur Facebook  par Daniel Nzéwé, et vérifiée par la rédaction du CNC.  D’après nos sources locales, les faits se sont produits à 20 kilomètres de Baboua sur l’axe Béloko, dans un petit village appelé Diba. On ignore les vraies raisons de cette altercation, mais les mercenaires russes, comme à l’accoutumée, ont la fâcheuse habitude d’utiliser les soldats FACA comme des hommes à tout faire : leur domestique. En cas de refus, ils punissent sévèrement le récalcitrant, allant même à le mettre en prison ou transféré à Bangui sans raison.

Selon nos informations, l’adjudant capturé par les mercenaires russes a été grièvement tabassé et torturé. Ses collègues militaires centrafricains, qui ont voulu réagir, ont eux aussi grièvement blessé.

Rappelons que  le dimanche 30 janvier dernier, vers 14 heures, à Bria, chef-lieu de la préfecture de la Haute-Kotto, deux soldats des forces armées centrafricaines (FACA) du nom de VÉVÉ SAMBA et Feiganazoui ,  qui se trouvaient dans leur base située à l’école Gbaragbaké, ont été enlevés par les mercenaires russes et gravement torturés. L’état-major des forces armées centrafricaines, à Bangui, n’avait pas eu le courage de condamner ces actes criminels. C’était le silence total, et les mercenaires russes, drogués à jamais, continuent de frapper les soldats centrafricains comme des enfants chicoté par son papa.

 

Par Gervais Lenga

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher