« Le Président Touadera a décidé de violer son serment et liquider la démocratie dans son pays», dixit maître Crépin Mboli-Goumba

Publié le 9 août 2022 , 8:11
Mis à jour le: 9 août 2022 7:08

 

Rédigé par Anselme Mbata

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le mardi 9 août 2022

 

Bangui (République centrafricaine) – Le Président Faustin Archange Touadera, dans ses velléités de changer illégalement la Constitution à trois ans de la fin de son second et dernier mandat, dans l’unique but de pouvoir briguer, à 68 ans, un troisième mandat à la tête de son pays,  « décide de violer son serment et liquider la démocratie dans son pays.

maître crepin mboli goumba président du parti PATRI
Maître Crepin Mboli-Ngoumba

 

Violation du serment

 

Selon l’opposant Crépin Mboli-Goumba, Président de la PATRIE, « Six ans après avoir entamé un rail destructeur  pour l’unité et le prestige national. Et moins de deux ans  après avoir usurpé la volonté populaire pour se maintenir au pouvoir, en organisant le plus grand hold-up électoral de l’histoire de la République centrafricaine, le Président Touadera a décidé de violer son serment  et de liquider la démocratie centrafricaine ».

D’après lui, un groupuscule ultra-minoritaire a décidé d’instrumentaliser l’État, l’administration, le gouvernement par la contrainte et l’argent public afin de demander  un référendum constitutionnel. Dans le but d’établir  un pouvoir à vie.

« En ces temps troubles où se joue l’avenir de la démocratie pour laquelle  nous avons enterré le temps de nos parents, je pense ici notamment au docteur Jean-Claude Konjugo  et à temps d’autres  anonymes. Il faut qu’une voix s’élève pour parler au nom de l’écrasante majorité de nos compatriotes », précise l’opposant maître Crépin Mboli-Goumba.

À en croire ses propos,  cette manœuvre malsaine du gouvernement ne passera pas, et il rassure ses compatriotes centrafricains qui, dans son écrasante majorité, ne l’ont pas approuvé pour la simple raison qu’elle aille contre  le sens de l’histoire.

« Parce que vous ne vous reconnaissez pas dans ce régime qui a jeté le discrédit sur les institutions de notre pays, devenu le repaire de tous les bandits du monde entier ».

 

 

Haute trahison

À lire aussi : UNE REPUBLIQUE PARIA PAR FAITS POLITIQUES DE TOUADERA

 

Et ce n’est pas tout! L’homme politique précise également que  « les actes posés par ces groupuscules  relèvent de la trahison ».

« Vous devez, par conséquent, identifier tous ceux qui versent dans ces trahisons. Ils seront tenus individuellement et personnellement pour responsables de tout ce qui adviendra  à chacun de nos compatriotes qui se battent  pour défendre la démocratie ».

À lire aussi : Journalisme en RCA : arme à manipulation massive !

 

Il y’a lieu de rappeler que depuis le mois d’avril dernier, certains conseillers et proches du Président Touadera ont exprimé, à tour de rôle, leur volonté de modifier ou d’instaurer une nouvelle constitution dans le pays, ouvrant la voie à un régime dictatorial à vie. Ils organisent des manifestations dans la capitale et dans certaines villes de province. La marche que les Centrafricains surnomment « marche de la honte ».

À lire aussi : lettre ouverte de Michel Amine, Président de l’UNDP au peuple centrafricain

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher