Touadera et le coup d’État constitutionnel en Centrafrique  

Publié le 20 octobre 2022 , 8:13
Mis à jour le: 20 octobre 2022 6:07

 

Touadera et le coup d’État constitutionnel, les langues commencent à délier. Malgré la décision défavorable rendue par la Cour constitutionnelle et l’abrogation honteuse et non sens légale par le chef de l’État lui-même de ses fameux décrets portant création d’un comité chargé de rédiger la nouvelle constitution et ceux confirmant les membres dudit comité, les travaux de la rédaction de la réécriture de la nouvelle constitution n’a pourtant jamais cessé de travailler, et  les partisans du régime ne cessent de demander l’organisation d’un référendum constitutionnel d’ici  le début de l’année prochaine. Sachant très bien que tout cela est illégal et anticonstitutionnel, le Président Touadera persiste dans son projet de coup d’État constitutionnel.

Le président Touadéra en campagne électorale en 2020. AFP
Le président Touadéra en campagne électorale en 2020. AFP

 

Rédigé par Prisca VICKOS

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le vendredi 21 octobre 2022

 

Touadera et le coup d’État constitutionnel en Centrafrique 

 

Du chef milicien Héritier Doneng, Président du prétendu front républicain à monsieur Blaise Didatien Kossimatchi, un autre chef milicien du régime, coordonnateur de la plateforme de la Galaxie nationale centrafricaine en passant par le sulfureux Euloge Doctrouvé Koï, l’objectif reste le même : rédaction de la nouvelle constitution. Et ce, malgré l’avis défavorable de la cour constitutionnelle.

Ainsi, Blaise Didatien Kossimatchi, coordonnateur de la plateforme Galaxie nationale centrafricaine, dans un communiqué qu’il a publié ce mardi, l’homme appelle à l’organisation d’une grande marche samedi 22 octobre prochain. L’objectif,  demander la convocation d’un référendum constitutionnel. (Touadera et le coup d’État constitutionnel ).

« La Coordination de la plateforme de la Galaxie Nationale centrafricaine demande à toute sa base de dix Arrondissements de Bangui, Bimbo et ses environs à une Grande Mobilisation Générale pour le Samedi 22 Octobre 2022 à 07 H 00 au Stade 20.000 Places pour la Grande Marche Pacifique en direction du Rond-Point Zero au Centre-Ville pour demander la convocation d’un Référendum Constitutionnel ».

Entre-temps, Héritier Doneng, Président de soi-disant front républicain pour la modification constitutionnelle, a lancé, de son côté, une pétition fictive pour récolter des signatures favorables pour la modification de la constitution. D’après lui, sa pétition a déjà recueilli plus d’un million trois cent mille signatures en deux semaines. Unique sur la planète!

À lire aussi : dans les coulisses de la radiation de Évariste Ngamana des diocésains

 

Des critiques fusent de partout

 

Au même moment, des critiques fusent de partout sur les réseaux sociaux et dans le pays. Pour maître Bruno Hyacinthe GBIEGBA, militant des droits de l’homme, cela s’appelle de la rébellion contre les institutions de la République. (Touadera et le coup d’État constitutionnel ).

 

« Monsieur DONENG, votre rébellion contre la décision de la Cour Constitutionnelle, qui est la gardienne de la Constitution du 30 mars 2016, ne m’étonne guère.

Car, nous avons une forte propension à céder aux caprices des rebelles en République centrafricaine.

Comment comprendre qu’à ce niveau de responsabilité que vous occupez, les autorités politiques et judiciaires vous laissent la voie libre, pour insulter les sages de la Cour Constitutionnelle, organiser une rébellion contre une institution républicaine, dont les membres sont supérieurs à vous, au plan administratif.

Devons-nous comprendre que vous aviez perdu le repère et que vous êtes une marionnette politique ?

Il est temps pour vous de vous ressaisir ».

À l’assemblée nationale , des langues commencent à se délier. Certaines parlent désormais d’une possible poursuite du Président de la République devant la haute juridiction pour haute trahison. (Touadera et le coup d’État constitutionnel ).

Pour plusieurs observateurs, le président Touadera veut faire un coup d’état contre lui-même afin de se maintenir à vie au pouvoir. « Comment un référendum peut-être organisé pour demander l’annulation d’une  Constitution ou toutes les institutions actuelles du pays y trouvent leurs fondements d’existence,  y compris son fauteuil présidentiel ? »

 

À lire aussi : Quelles leçons tirer de l’échec du projet de révision constitutionnelle ou de changement DE constitution et du troisième mandat en Centrafrique?

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher