RCA : à chacun ses peuls..

Publié le 9 août 2022 , 8:10
Mis à jour le: 9 août 2022 7:17

 

Rédigé par Ben Wilson Ngassan

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le lundi 8 août 2022

 

Bangui (CNC) – Les *« peuls »,* comme dans un cirque…On n’en a pas encore fini avec les *« tragi-comédies »* dans cette République perdue au cœur de l’Afrique. Après les cirques de la *« galaxie nationale »* de *« Kossimachin »* et les élucubrations du *« front républicain »,* nous voilà désormais à fond dans la danse des singes des *« peuls du régime de Bangui ».*

marche des Peuls sur l'avvenue des martyrs
marche des Peuls sur l’avvenue des martyrs le 2 août 2022

 

En Centrafrique, à chacun ses « peuls ».

 

Ultime délitement du vivre-ensemble et de l’unité nationale proclamés dans la devise de la République centrafricaine.

 

Tenez ! Ils sont sortis dans la rue ; ou du moins, ils ont été poussés dans la rue. Pour défendre quoi ? Eux-mêmes ne savent pas. Mais comme nous laisse entendre le reportage de Radio Ndèkè Luka : *« Nous sommes ici, sur invitation du Président de la République ».* Ne riez pas ! Ils ont été sommés de laisser familles et bétail, et de venir faire la volonté du Tsar. Mais de quelle volonté s’agit-il ? E Eh bien…celle de changement de la Constitution afin d’ouvrir la voie à X mandat. Mon Dieu !!!

 

Si les gens n’ont pas de respect pour le Peuple, qu’ils craignent au moins l’Être suprême. Les communes d’élevage en Centrafrique font face, depuis belle lurette, à un abandon du pouvoir central. Dans ce pays, les conflits sanglants entre les éleveurs et les agriculteurs sont récurrents. Et les problèmes pour ces composantes de la communauté centrafricaine sont bien légion : difficultés d’accès aux systèmes sociaux de base : éducation, santé, nouvelles technologies d’information et de communication. Il parait que ces problèmes existentiels sont très loin d’être la préoccupation de ceux qui gouvernent.

Au lieu de laisser ces *« pauvres »* peuls s’occuper de leur bétail, on instrumentalise les communautés pour des causes qui sont très loin de consolider l’unité nationale en Centrafrique.

Les dangers du communautarisme que développe aujourd’hui le régime, sont immenses, et les conséquences, irréversibles.

 À lire aussi: un éleveur tué, et 15 têtes de bœufs abattus par les soldats FACA dans le Nord-ouest

Comment ne pas s’approprier cette sortie du Dr Paul Cressent Beninga ?

 

« L’ethnicisation, la communautarisation, le clientélisme…sont des pratiques nocives pour notre jeune démocratie. A-t-on vraiment besoin de cette théâtralisation ? »,* a ainsi tweeté le leader de la société civile. Tout ça, pourvu que ça tombe dans de *« bonnes oreilles ».*

À lire aussi : L’ancien ministre Mohamed Moussa Daffhane, en colère, décide de retirer sa confiance à l’égard des autorités centrafricaines

MISERABLE Peuple que nous sommes ! Qu’avons-nous fait des pertinentes dispositions de la Constitution du 30 Mars, lesquelles en son préambule disposent : *« Fier de son unité nationale, linguistique, et de sa diversité ethnique, culturelle, religieuse qui contribuent à l’enrichissement de sa personnalité ; convaincu de l’impérieuse nécessité de préserver l’unité nationale, la cohésion sociale, la paix, gages du progrès économique et social… » ?*

 

Si la gestion du pouvoir en Centrafrique se faisait encore suivant les règles de promotion de l’unité nationale et de l’Etat de droit, on se serait longtemps retrouvé à une autosaisine du parquet de Bangui, contre les auteurs et co-auteurs de cette tragi-comédie qui détruisent foncièrement les fondements d’une République digne. Mais comme pour l’heure, sommes-nous au stade des *« peuls »* invités par le Président de la République en personne, dont le patriotisme s’exprime sur commande et au guichet, rien ne se passera, tout comme pour *« Kossimachin »* qui appelle au meurtre de ses concitoyens, sans avoir à être inquiété par la justice.

Sacrée République !!!

La météo politique toujours prévisible dans ce pays

À lire aussi : Ngaoundaye, les représailles des éleveurs peuls font au moins 7 morts et plusieurs blessés

On se retrouvera certainement demain avec une *« manifestation grand-public »* des Bandas, Talés, Yakomas, Gbanous, Soumas, Kaba ; une autre manifestation publique des taxi-motos, taxi-vélos, taximens et autres. Ici, *« TOUT ZO A TE YE »* (tout le monde mange). Tout le monde mange, donc les *« peuls »* aussi.

Sacrée RCA !!!

 

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher