Référendum constitutionnel en RCA : Le Dr ERENON s’oppose à une présidence à vie et appelle à la mobilisation

Publié le 1 juin 2023 , 7:50
Mis à jour le: 1 juin 2023 7:02 pm

Référendum constitutionnel en RCA : Le Dr ERENON s’oppose à une présidence à vie et appelle à la mobilisation

 

Dominique Désiré ERENON
Dr. Dominique Désiré ERENON

 

 

Bangui, 02 juin 2023 (CNC) — Le Dr Dominique Désiré ERENON, Président du parti MDSP, a lancé un appel pressant à tous les Centrafricains pour s’opposer fermement au bradage des ressources naturelles de leur pays ainsi qu’à l’établissement d’une présidence à vie. Dans une déclaration forte, il dénonce le vote illégal de la loi de “tokenisation” des ressources et la convocation inconstitutionnelle d’un référendum. Il appelle à la mobilisation de la population, à la vigilance des investisseurs étrangers et au soutien de la communauté internationale dans la préservation des valeurs démocratiques et des droits de l’homme en République centrafricaine.

 

Le 29 mai 2023, la République centrafricaine a été le théâtre d’un événement politique préoccupant, avec l’adoption d’une loi controversée portant “tokénisation” des ressources naturelles et foncières. Le Dr ERENON souligne que cette loi a été adoptée de manière illégale, en violation de la Constitution, car le quorum requis n’a pas été atteint lors du vote. Seulement 30 députés étaient présents dans l’hémicycle, bien en deçà du minimum requis de 71 voix. Malgré cela, la loi a été adoptée par acclamation, sans respecter les procédures démocratiques.

 

Selon le Dr ERENON, cette loi ouvre la voie à la vente massive des ressources naturelles et foncières de la RCA aux étrangers, au détriment du peuple centrafricain. Il accuse les députés présents d’avoir trahi le pays en se rendant complices du bradage des ressources et de la dépossession progressive de la terre ancestrale. Il insiste sur le fait que cette terre, léguée par les ancêtres, doit être préservée pour les générations futures.

L’adoption de cette loi est Illégale car le quorum n’était pas atteint. Sur 140 députés, il fallait au minimum 71 voix pour que la cette loi soit valablement adoptée. Or, il n’y avait que 30 députés dans l’hémicycle, et même si les 30 députés disposaient chacun d’une procuration, il n’y aurait eu que 60 députés, ce qui ne faisait pas le quorum de 71 députés et la règle de la majorité relative (70 députés+1).

De plus, l’article 91 de la Constitution imposait qu’une telle loi fût soumise à référendum. C’est donc une loi invalide et inexistante et si la Cour Constitutionnelle présidée par Jean-Pierre WABOE n’était pas aux ordres, elle devrait l’annuler purement et simplement”, estime Docteur Dominique Désiré ERENON.

 

Outre cette loi controversée, le Président du parti MDSP dénonce également la convocation inconstitutionnelle d’un référendum constitutionnel prévu pour le 30 juillet 2023. Selon lui, cette convocation constitue un véritable coup d’État constitutionnel de la part du président Faustin Archange Touadera, visant à obtenir un troisième mandat et à instaurer une présidence à vie. Il affirme que le pouvoir est devenu une arme entre les mains de Touadera pour persécuter les opposants et diviser le peuple centrafricain.

La convocation de ce référendum viole la Constitution du 30 mars 2016 et même la loi du 13 janvier 2023 fixant les procédures du référendum.

Depuis l’éviction inconstitutionnelle des juges constitutionnels, Pr Danièle Darlan et Trinité Bango Sangafio, Faustin Archange Touadera a perpétré un véritable coup d’Etat constitutionnel et a plongé notre pays dans une impasse constitutionnelle.

Et par l’acte de convocation du corps électoral pour le référendum prévu le 30 juillet 2023, Faustin Archange Touadera vient de franchir le Rubicon, tout en délivrant aux centrafricains un message, selon lequel il ne ferait plus marche arrière dans sa quête effrénée d’un troisième mandat doublé d’une présidence à vie”.

 

Face à cette situation préoccupante, le Dr ERENON appelle les Centrafricains à se mobiliser pacifiquement pour dire “NON” à la loi de tokenisation et au référendum constitutionnel. Il demande également à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) de respecter son mandat strictement limité à l’organisation des élections. Il exhorte les investisseurs étrangers à ne pas prendre de risques en se basant sur la loi de tokenisation, car toute acquisition de ressources pourrait être remise en cause en cas de changement politique. Enfin, il sollicite le soutien de la communauté internationale attachée aux valeurs démocratiques et aux droits de l’homme pour aider le peuple centrafricain dans sa lutte pour préserver ces valeurs fondamentales.

 

Dans cette période critique pour la République centrafricaine, le Dr Dominique Désiré ERENON met en garde contre le bradage des ressources naturelles et la dérive autoritaire du pouvoir en place. Il appelle à une mobilisation citoyenne et à un soutien international pour sauvegarder la démocratie, l’État de droit et les droits de l’homme en RCA. Le peuple centrafricain se trouve à un tournant décisif de son histoire, où la préservation de ses richesses et de ses libertés est en jeu.

 


 

Par Alain Nzilo

Directeur de Publications

 

Corbeaunews Centrafriquev

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe WhatsApp : CNC Groupe

Rappelons que dans ce groupe, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

Aucun article à afficher