Centrafrique : Situation humanitaire précaire à la maison d’arrêt de Carnot

Publié le 8 octobre 2023 , 7:10
Mis à jour le: 8 octobre 2023 2:14

Situation humanitaire précaire à la maison d’arrêt de Carnot

 

Maison d'arrêt et de correction de la ville de Carnot
Maison d’arrêt et de correction de la ville de Carnot

 

 

 

Bangui, 09 octobre 2023 (CNC) – La maison d’arrêt de Carnot, située dans la Mambéré, à l’ouest de la République centrafricaine, traverse actuellement une crise humanitaire alarmante. Selon des informations récentes, les conditions de vie des détenus de cette institution sont extrêmement précaires. La situation est d’autant plus préoccupante que pour un effectif d’environ 20 prisonniers, seulement 1500 francs CFA sont alloués quotidiennement pour leur prise en charge alimentaire. Cette somme dérisoire ne permet pas aux détenus de subvenir à leurs besoins de base, les laissant dans une situation de vulnérabilité et de désespoir.

 

Le manque de nourriture est l’un des problèmes les plus criants dans cette maison d’arrêt. Les prisonniers souffrent de la faim au quotidien, et il est déplorable de constater qu’ils n’ont même pas d’endroit adéquat pour dormir, étant contraints de se coucher à même le sol. Ils qualifient cette situation de « violation de leurs droits », et ils ont lancé un appel pressant aux autorités de Bangui pour qu’une solution urgente soit trouvée.

 

Patern Moussa Amat, l’un des détenus, a témoigné de la détresse qu’ils endurent : « Nous ne mangeons pas à notre faim et nous ne dormons pas dans des conditions confortables. Nous sommes plus de 20 personnes pour seulement 1500 francs, comme frais de ration alimentaire par jour. Si nous tombons malades, c’est difficile pour nos soins. Il est vrai que nous avons violé la loi, raison pour laquelle nous sommes en prison, mais nous sommes là pour rectifier notre conduite, donc nous n’avons pas perdu la raison. Nous manquons de nourriture, nous dormons dans de mauvaises conditions. C’est pourquoi nous demandons au gouvernement de veiller sur nous ».

 

Face à cette situation, les responsables de la maison d’arrêt de Carnot se disent dépassés. Christophe Bonaventure Gonimou, le régisseur de la prison, explique : « Si l’effectif de prison augmente et revient en hausse et les frais des rations alimentaires. Parfois, il nous envoie 45 000 francs pour trois semaines. Carnot est une zone diamantifère et la cherté de vie est d’actualité dans la localité. Donc nous mettons tout en œuvre pour nourrir nos détenus avec une somme de 1500 francs par jour. Nous demandons au ministre d’État et à la justice d’augmenter les frais des rations alimentaires. Nous demandons au ministre d’État de se donner un effort pour augmenter les frais des rations alimentaires ».

 

Il est important de noter que la maison d’arrêt de Carnot a été gravement endommagée pendant la crise que la région a connue. L’ancienne résidence du commissaire de police de la ville a été transformée en prison, mais les conditions de détention ne sont pas du tout adaptées pour répondre aux normes minimales exigées en matière de droits de l’homme.

 

Face à cette situation critique, il est impératif que les autorités centrafricaines réagissent rapidement. La vie et la dignité des détenus sont en jeu, et il est de la responsabilité du gouvernement de veiller à ce que les conditions de détention soient conformes aux droits de l’homme. Une augmentation significative des fonds alloués à la prise en charge alimentaire des détenus est nécessaire pour garantir leur bien-être et leur santé. Il est également crucial de réhabiliter la maison d’arrêt de Carnot afin de créer un environnement de détention plus humain et respectueux des droits fondamentaux de chaque individu, même en situation d’incarcération. La communauté internationale doit également suivre de près cette situation et offrir son soutien pour remédier à cette crise humanitaire inacceptable.

 

Par  Ghislain Guimi

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Aucun article à afficher