Centrafrique : face-à-face tendu à Amdafock

Publié le 1 décembre 2022 , 7:03
Mis à jour le: 1 décembre 2022 12:39

 

Bangui (République centrafricaine) – Les rebelles de la coalition des patriotes pour le changement (CPC) continuent de persister à Amdafock. Ils veulent réinstaurer leur principale base dans la ville, une localité située dans la préfecture de la Vakaga, à l’extrême nord-est de la République centrafricaine.

Brigade de la gendarmerie d'Amdafock, dans la Vakaga
Brigade de la gendarmerie d’Amdafock, dans la Vakaga

 

Rédigé par Moïse Banafio

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le vendredi 2 décembre 2022

 

Face à face tendu à Amdafock

 

Le mercredi 30 novembre, vers midi, à Amdafock,  les rebelles de la coalition des patriotes pour le changement (CPC), dirigée localement par les autoproclamés généraux Kader Kidjingare, général  Aba-Tom et général Namouya, sont arrivés de nouveau dans la ville. Mais cette fois, ils se sont positionnés derrière la rivière qui traverse la ville.  Or, en face d’eux, se trouve un groupe des civils qui veulent  à tout prix les empêcher de revenir installer à nouveau leur base dans la ville. Un face-à-face tendu, mais sans violence, car les rebelles sont aussi des natifs de la région, tout comme la population civile. Mais ce qui est à l’origine du problème, c’est que le conflit interethnique qui avait opposé les différents groupes armés du nord en 2020  a laissé de mauvais souvenirs à Amdafock, comme dans d’autres villes de la région. . Ce qui laisse penser à la population que le retour des rebelles dans la ville est synonyme  d’un nouveau problème.

Pour les rebelles, leur retour dans la ville d’Amdafock  permettra  de sécuriser la ville qui est actuellement livrée aux bandits soudanais qui viennent de temps en temps enlever des gens pour demander de rançon à leur famille, mais également commettre de braquage sur des particuliers.

Pour l’heure, les deux camps n’ont toujours pas trouvé un terrain d’entente à Amdafock : les rebelles veulent installer leur base à la gendarmerie, la population locale leur demande de le faire à l’extérieur de la ville, c’est-à-dire à 5 kilomètres à l’entrée ou à la sortie d’Amdafock.

À lire aussi : monsieur Sanislas Dangabo Mamadou , chargé de communication de Meckassoua, interpellé à Garoua-Boulaï, vient d’être transféré à Bangui

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe WhatsApp : CNC Groupe

Rappelons que dans ce groupe, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Aucun article à afficher