Attaque contre les Peuls en Centrafrique, les États—unis annoncent avoir placé le groupe Wagner sur une liste de violateurs de la liberté

Publié le 4 décembre 2022 , 7:06
Mis à jour le: 4 décembre 2022 6:02

 

Bangui (République centrafricaine) – L’administration Biden a déclaré vendredi avoir placé le groupe Wagner sur une liste de violateurs de la liberté religieuse aux côtés d’un certain nombre d’organisations terroristes notoires comme talibans , Al-Qaïda , Boko-Aram etc. en raison de ses activités criminelles en République centrafricaine.

Plus d’une centaine de « mercenaires » se rendant en Libye arrêtés au Soudan
Plus d’une centaine de « mercenaires » se rendant en Libye en escale au Soudan. CopyrightDR

 

Rédigé par Prisca VICKOS

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le lundi 5 décembre 2022

 

Les États—unis placent le groupe Wagner sur une liste de violateurs de la liberté

 

Le secrétaire d’Etat Antony Blinken a annoncé dans un communiqué vendredi avoir désigné le groupe Wagner comme « entité particulièrement préoccupante » pour ses activités en République centrafricaine. Figurent également sur la liste les talibans afghans, Boko Haram nigérian, al-Shabab somalien et deux factions du groupe État islamique.

“Notre annonce de ces désignations est conforme à nos valeurs et à nos intérêts de protéger la sécurité nationale et de faire progresser les droits de l’homme dans le monde”, a déclaré Blinken, avant d’ajouter que  Les pays qui protègent efficacement ce droit et d’autres droits de l’homme sont des partenaires plus pacifiques, stables, prospères et plus fiables des États-Unis que ceux qui ne le font pas.

En plus de la désignation du groupe Wagner, Blinken a également placé l’Algérie, la République centrafricaine, les Comores et le Vietnam sur une “liste de surveillance spéciale” pour les violations de la liberté religieuse, ce qui signifie qu’ils pourraient éventuellement être frappés par des sanctions américaines à moins que leurs dossiers dans la région ne s’améliorent.

La loi américaine sur la liberté religieuse de 1998 exige du président – qui confie cette fonction au secrétaire d’État – qu’il désigne comme pays particulièrement préoccupants les États dont on estime qu’ils violent la liberté religieuse de manière systématique et continue. La loi donne à Blinken un éventail de réponses politiques, y compris des sanctions ou des dérogations, mais elles ne sont pas automatiques.

À lire aussi : La Minusca doit quitter la Centrafrique d’ici deux ans, selon les autorités centrafricaines

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe WhatsApp : CNC Groupe

Rappelons que dans ce groupe, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Aucun article à afficher