14.9 C
Afrique du Sud
jeudi, 16 mai 2024
Accueil Blog Page 2

Bégoua : Une bagarre de rue frôle la catastrophe

Bégoua : Une bagarre de rue frôle la catastrophe

 

Patrouille de la police militaire en soutien aux policiers à Bégoua, véhicule de patrouille et soldats armés sur une route poussiéreuse.
Le samedi 11 mai vers 14 heures, , la police militaire de la zone d’intervention 4 vient au secours des policiers de l’OCRB à Bégoua, renforçant la sécurité dans cette localité.

 

Bangui, 13  mai 2024 (CNC)

À Bégoua, un quartier normalement tranquille à la sortie nord de Bangui, une simple dispute entre deux femmes a failli se transformer en un incident majeur ce samedi 11 mai après-midi. Tandis que le conflit attirait une foule de curieux, l’intervention rapide des forces de l’ordre a été essentielle pour prévenir une escalade, renforçant ainsi le rôle essentiel de la police dans la gestion des tensions urbaines.

 

Les faits se sont produits peu après midi, vers 14 heurs, lorsque deux femmes, impliquées dans une querelle personnelle, ont commencé à se battre en public. Leur altercation attire rapidement une foule de curieux. Dans la mêlée, elles endommagent involontairement la vitre arrière d’une voiture appartenant à un officier de l’armée, stationnée à proximité de l’antenne de l’OCRB (Office Central pour la Répression du Banditisme) de Bégoua.

 

L’officier, remarquant l’attroupement près de son véhicule, accourt pour évaluer la situation. Découvrant la vitre arrière de sa voiture brisée, il demande aux femmes de prendre en charge les réparations. Ignorées totalement par les deux bagarreuses, l’officier sort son pistolet et les somme de s’expliquer. Cette situation tendue alarme immédiatement la foule qui alerte rapidement les policiers de l’OCRB.

 

Malgré les tentatives de médiation des policiers, l’officier reste intransigeant, continuant à menacer les femmes avec son arme. Face à l’impasse, les gendarmes de la brigade territoriale de PK12 sont appelés en renfort par les policiers  arrivent rapidement sur les lieux. Malgré la présence des gendarmes, l’impasse persiste. Dans un geste de désespoir, les gendarmes ont appelé la police militaire au renfort.

 

Avec la présence de la police militaire sur le lieu, une résolution rapide a été trouvée avec toutes les parties impliquées : les femmes s’engagent à réparer la vitre et l’officier consent finalement à ranger son arme et à déplacer son véhicule.

 

Cet incident, qui aurait pu se terminer tragiquement, renforce l’importance de la réactivité des forces de l’ordre dans la gestion des conflits urbains qui se déroulent chaque jours dans des quartiers de Bangui.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

 

 

En France, un jeune prétend être le fils du Porte-parole du gouvernement centrafricain, Maxime Balalou, tente d’intimider les policiers français

En France, un jeune prétend être le fils du Porte-parole du gouvernement centrafricain, Maxime Balalou, tente d’intimider les policiers français

 

Le ministre et porte parole du gouvernement Maxime Balalou.
Le ministre et porte parole du gouvernement Maxime Balalou.. CopyrightGuira Fm

 

 

Bangui, 13 mai 2024 (CNC)

Lors d’un contrôle routier à Lille, au nord de la France, un jeune livreur a tenté d’échapper à une contravention en se prétendant fils de Maxime Balalou, le porte-parole du gouvernement centrafricain, selon un article publié par La Voix du Nord le 5 mai 2024.

 

À Lille, un jeune chauffeur-livreur pour Amazon s’est trouvé en infraction pour un stationnement hasardeux durant une livraison express. Pressé, il a choisi un emplacement interdit, provoquant l’intervention de la police. Face aux agents de la paix, le jeune homme ne perd pas son aplomb.

« Vous faites chier alors que je bosse ! » « Je vais juste livrer, j’en ai pour dix secondes », rétorque le prétendu fils de Balalou. Mais sa réponse n’a pas plu aux policiers : « vu la réflexion de l’individu, je vais vérifier ses papiers », explique l’un des policiers dans son rapport. « Vous faites chier alors que je bosse ! », fait remarquer le livreur aux policiers. « Afin de calmer et d’éviter qu’il nous frappe, je l’ai attrapé par le col et poussé sur le véhicule », indique les policers dans leur rapport. Le prévenu n’a pas fait acte de violence, conclut le document.

Toutefois, pour se défendre, le livreur menace d’en parler à son père, ministre en Centrafrique, porte-parole du gouvernement.

Conduit au tribunal, le jeune fils du ministre Balalou persiste dans sa défense, espérant que le nom de son prétendu père Maxime Balalou pèserait dans la balance. Mais le juge, peu impressionné, voit clair dans son jeu et prononce une sentence exemplaire : trois mois de bracelet électronique.

 

Cet incident ravive les tactiques d’intimidation connues en Centrafrique : tu me connais ? sur le sol françaisUne pratique que ni les tribunaux ni la société ne semblent prêts à tolérer.

 

Il convient de rappeler que dans des pays développés, les règles de stationnement restent incontournables, et même les fils de porte-parole du gouvernement doivent y obéir.

 

Pendant qu’au pays les Centrafricains luttent au quotidien pour simplement se nourrir,  vêtir, encore plus avoir un toit comme l’a préconisé le Président fondateur Barthelemy Boganda, les enfants des ministres et hauts dignitaires  du régime de Faustin Archange Touadera profitent d’une vie en Occident, loin des difficultés de leur pays natal. Ces jeunes, souvent employés dans des secteurs comme la livraison ou les travaux publics en France, vantent les mérites de parents qui, à Bangui, critiquent avec exaltation les occidentaux sur les réseaux sociaux. Cette ironie du sort met en lumière une fracture flagrante : pendant que les élites centrafricaines profitent des avantages de l’Occident pour leur progéniture, la population centrafricaine endure des épreuves quotidiennes, luttant pour survivre dans un combat incessant et impitoyable contre la précarité”.

 

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Braquage en plein jour à Maloum : Des agents humanitaires pris pour cible

Braquage en plein jour à Maloum : Des agents humanitaires pris pour cible

 

5 combattants de la seleka avec leurs armes
Les combattants rebelles de l’UPC.

 

 

Bangui, 11 mai 2024 (CNC) –

 Dans une attaque audacieuse et terrifiante, des hommes armés ont pris d’assaut la résidence du maire de Maloum, non loin de Bambari, visant des agents humanitaires sans défense, un événement qui renforce la volatilité de la sécurité dans la région de la Ouaka.

 

–Le jeudi dernier, la quiétude de Maloum, une localité reculée située à environ 60 kilomètres de Bambari, a été brutalement interrompue. Des hommes armés, manifestement bien informés et déterminés, ont fait irruption chez le maire de cette petite ville.

 

Ces individus, armés et méthodiques, ne semblaient pas initialement distinguer entre les présents. Ils ont contraint tous les occupants de la résidence du maire, y compris des humanitaires travaillant pour une ONG nationale, à se coucher au sol. S’en est suivie une fouille systématique et minutieuse de chaque personne.

 

Au-delà des téléphones et de l’argent liquide, les assaillants ont emporté divers biens précieux appartenant aux victimes, avant de disparaître aussi rapidement qu’ils étaient venus. L’efficacité et la brutalité de leur méthode suggèrent une connaissance préalable de la résidence et peut-être même des activités de l’ONG.

 

Le lendemain de cet épisode traumatisant, les agents humanitaires dépouillés, démunis de presque tous leurs biens, n’ont eu d’autre choix que de retourner à Bambari. Leur trajet de retour était non seulement un périple physique mais aussi un parcours émotionnel, confirmant la situation sécuritaire inquiétante qui mine les efforts de développement et d’aide humanitaire dans la région centre du pays.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

Centrafrique : une pétition pour changer le gouvernement présentée à l’Assemblée

une pétition pour changer le gouvernement présentée à l’Assemblée

 

Conférence de presse de l'Observatoire pour la Gouvernance Démocratique Nguimalé à Bangui, le 30 janvier 2024
Conférence de presse de l’Observatoire pour la Gouvernance Démocratique Nguimalé à Bangui, le 30 janvier 2024

 

 

Bangui, 13 mai 2024 (CNC) –

 Dans un geste de défiance civique, la Coordination nationale de l’OGDC déposera une pétition à l’Assemblée Nationale centrafricaine, exigeant un revirement politique immédiat. Les citoyens, fatigué des dysfonctionnements et des abus, réclament une révision des lois et une action concrète contre la corruption, pointant du doigt les lacunes qui paralysent leur quotidien.

 

Parmi les principales préoccupations soulevées, la présence d’individus jugés criminels ou évadés de justice au sein du gouvernement est en tête de liste. Les signataires de la pétition dénoncent également un non-respect des lois et des décisions de justice, renforçant par un mauvais fonctionnement des services judiciaires, accompagné d’arrestations arbitraires.

 

La pétition met aussi en lumière des insuffisances criantes en termes d’accès à l’eau et à l’électricité, ainsi que des lacunes dans les services sanitaires et éducatifs. La sécurité, tant sur le plan national que dans les transports routiers et fluviaux, est également mise en question, tout comme la flambée des prix sur le marché et le taux élevé de chômage chez les jeunes. Les conditions de travail et la corruption dans l’administration publique sont aussi des points d’inquiétude.

 

Les demandes formulées à l’Assemblée Nationale incluent le vote d’une motion de censure contre le gouvernement, l’annulation du code électoral de deux mille vingt-quatre (2024), et plusieurs propositions de loi visant à améliorer la situation judiciaire et économique. Parmi elles, la sécurisation des emplois face à la concurrence étrangère et la suppression du taux de un pourcent sur les transactions Mobile Money. Des ajustements tarifaires sont également suggérés, comme la baisse des prix du carburant et des frais pour l’obtention de la carte nationale d’identité.

 

L’OGDC appelle les médias à couvrir cet événement, soulignant son importance capitale pour la survie de la nation. L’événement se tiendra à dix heures du matin, marquant un moment potentiellement déterminant pour l’avenir politique et social de la Centrafrique.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

Négligence fatale à l’Hôpital de l’Amitié à Bangui : une patiente décède dans de conditions alarmante

Négligence fatale à l’Hôpital de l’Amitié à Bangui : une patiente décède dans de conditions alarmante

 

Le batiment de l'hôpital de l"Amitié de Bangui
Le batiment de l’hôpital de l”Amitié de Bangui. CopyrightMinusca

 

 

Bangui, 13 mai 2024 (CNC)

À l’Hôpital de l’Amitié à Bangui, un événement tragique du 9 mai 2024 a relancé de vives critiques contre la qualité des soins médicaux dans cet établissement sanitaire de la capitale Bangui. Les défaillances du personnel, déjà sous le feu des critiques, sont devenues encore plus apparentes après la mort d’une femme dans des circonstances alarmantes.

 

Selon les témoignages, le personnel médical, chargé de la surveillance continue des patients, fait souvent défaut, laissant ces derniers à la merci de situations périlleuses. Le cas le plus récent et le plus tragique est celui d’une femme décédée le soir du 9 mai au service de gastroentérologie. La garde censée être en place était absente, une négligence qui a coûté la vie à cette patiente.

 

La situation à l’Hôpital de l’Amitié va au-delà de la simple négligence. Des informations crédibles et alarmantes indiquent la présence de serpents dans les salles de soins, cohabitant dangereusement avec les patients. Un membre du personnel de l’hôpital a confirmé cette présence lors d’une intervention à la radio, soutenant les inquiétudes sur la sécurité des patients.

 

Finalement, les familles des patients expriment leur désarroi et leur impuissance face à un système qui semble les abandonner au pire moment.

“C’est depuis plus d’une heure qu’on vient chercher quelqu’un de garde, mais il n’y a personne”, témoigne un proche d’un patient. L’appel à l’aide est clair, mais reste sans réponse.

 

Toutefois, le directeur général de l’Hôpital de l’Amitié est interpellé directement par les familles des patients. D’après ces dernières, il est urgent qu’il prenne des mesures concrètes pour remédier à ces manquements graves. Si aucune amélioration n’est apportée d’ici là, la demande populaire penche pour un changement de leadership à la direction générale de l’hôpital de l’Amitié, afin de redonner confiance à la population et de garantir la sécurité des patients.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Bangui : Le GTSC Fixe un Nouvel Ultimatum à l’NRK

Bangui : Le GTSC Fixe un Nouvel Ultimatum à l’NRK

 

Paul Crescent Beninga, Porte-parol Gtsc
Paul Crescent Beninga, Porte-parol Gtsc. Photo CNC.

\

 

Bangui, 10 mai 2024 (CNC)  

 Face à des coupures d’électricité incessantes qui mettent en danger la vie des citoyens à Bangui, le Groupe de travail de la société civile de Centrafrique (GTSC) lance un cri d’alarme. L’organisation a officiellement donné à l’NRK, l’entreprise nationale d’électricité, jusqu’à la fin du mois pour régler ce problème critique. Le porte-parole, Paul Crescent Beninga, a souligné les tragiques conséquences de ces défaillances lors d’une conférence de presse.

 

Lors de la conférence de presse, Paul Crescent Beninga, porte-parole du GTSC, a exposé les graves répercussions des coupures d’électricité à Bangui et ses environs, où même les services essentiels comme les hôpitaux subissent des interruptions catastrophiques. “Dans les blocs opératoires, des vies sont perdues à cause de ces délestages,” a-t-il rapporté, ajoutant que la situation dans les hôpitaux est “un désastre”.

 

Le GTSC a relevé plusieurs incidents où l’absence d’électricité a empêché le fonctionnement adéquat des installations médicales.

“Il y a des hôpitaux où il n’y a pas d’eau, car les pompes nécessaires pour la montée de l’eau ne fonctionnent pas sans électricité”, explique Beninga. Il a également décrit des conditions où les sage-femmes sont contraintes d’utiliser des lampes de poche ou les lumières de leurs téléphones portables pour éclairer les salles d’accouchement.

 

Face à cette crise, le GTSC a mis en place un ultimatum clair pour l’NRK : résoudre ces problèmes d’électricité d’ici la fin du mois. Beninga a averti que si les améliorations nécessaires n’étaient pas réalisées, le GTSC organiserait de nouvelles manifestations. “Nous ne pouvons plus tolérer cette situation. La distribution de l’électricité doit devenir stable et équitable pour tous les citoyens,” insiste-t-il.

 

Avec cet ultimatum, le GTSC espère non seulement attirer l’attention sur l’urgence de la situation mais aussi pousser l’NRK à prendre des mesures immédiates pour améliorer la fourniture d’électricité. La société civile reste vigilante et prête à agir pour garantir que ces changements vitaux soient effectués rapidement.

 

 

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Inflation et Pénurie à Bangui : Le Double Fardeau des Habitants

Inflation et Pénurie à Bangui : Le Double Fardeau des Habitants

 

 

 

Bangui, 13 3 mai 2024 (CNC)

Les habitants de Bangui la capitale centrafricaine  font face depuis quelques semaines à une double épreuve  dans leur quotidien : l’inflation et la pénurie. Les produits de première nécessité, déjà rares, voient leurs prix sensiblement grimper, obligeant les familles à faire des choix difficiles chaque jour. Cette crise affecte tous les aspects de la vie, depuis l’alimentation jusqu’à la construction des bâtiments.

 

Depuis quelques semaines, à Bangui, les familles voient leur pouvoir d’achat considérablement réduit à cause de la flambée des prix des denrées alimentaires. Les commerçants attribuent cette hausse et la rareté de certains produits à la suspension du trafic des baleinières sur la rivière Oubangui, ce qui perturbe l’approvisionnement en provenance de certaines villes, notamment de la République Démocratique du Congo.

 

Les marchés de la capitale, tels que le marché central, PK 12, Pétévo   et combattants, témoignent de cette escalade des prix. Par exemple, un paquet de six poissons fumés, qui se vendait auparavant à 11 000 francs CFA, se vend maintenant entre 29 000 et 30 000 francs CFA. Un sac de manioc a également vu son prix passer de 11 000 à 16 000 francs CFA.

Paulette Yakanzi, une vendeuse de poisson fumé au marché central, exprime son inquiétude : « Les clients sont moins nombreux et les produits restent invendus. Acheter un poisson est devenu un luxe pour beaucoup».

 

Au marché Combattant, situé dans le huitième arrondissement de Bangui, la situation est similaire. Le prix du manioc a augmenté de près de 50%. Une cuvette de manioc coûte désormais 4 000 francs, contre 2 500 francs auparavant. Octavia, vendeuse de manioc, raconte : « Les gens hésitent à acheter. Le manioc reste parfois invendu plusieurs jours, ce qui complique notre activité commerciale ».

 

Cette augmentation des prix ne se limite pas aux produits alimentaires. Même les matériaux de construction connaissent une hausse significative. Par exemple, le prix d’un sac de ciment est passé de 10 000 à 14 000 francs CFA sans explication claire, aggravant ainsi la situation pour ceux qui cherchent à construire ou réparer leurs habitations.

 

La crise a des répercussions directes sur la vie quotidienne des Banguissois. Avec des ressources limitées, les familles doivent désormais jongler entre l’achat de nourriture et d’autres besoins essentiels. Pierre-Noel Gossy, un chef de famille du quartier Café Sato, partage son désarroi : « Avec nos maigres salaires, chaque jour est une lutte pour nourrir nos familles. Nos femmes, nos mères, et nos filles, d’habitude si actives au marché, nous demandent maintenant de les aider car elles trouvent les prix trop élevés ».

 

La suspension temporaire du trafic fluvial affecte non seulement l’approvisionnement en produits alimentaires mais aussi en produits manufacturés, ce qui rend la vie encore plus difficile pour les habitants de la capitale.

 

Cette hausse généralisée des prix à Bangui montre à quel point la situation est devenue critique pour les résidents, qui espèrent des mesures efficaces pour améliorer leur quotidien.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Les accidents de moto taxi à Sibut : un fléau croissant

Les accidents de moto taxi à Sibut : un fléau croissant

 

Une moto taxi brousse sur la route de Mbaïki
Une moto taxi brousse . CopyrightCNC

 

Bangui, 13 mai 2024 (CNC) –

 Les accidents impliquant des moto taxis à Sibut sont devenus un phénomène préoccupant ces derniers mois, avec un bilan humain de plus en plus lourd. Les statistiques récentes de la brigade de gendarmerie territoriale révèlent dix cas d’accidents, principalement impliquant des jeunes de moins de 30 ans.

 

Ces incidents tragiques ont souvent des conséquences fatales. Par exemple, un jeune homme a perdu la vie lors d’un accident survenu au village ferré en provenance de la capitale Bangui vers Sibut à la fin avril. Un autre cas déchirant est celui d’un jeune père de trois enfants, décédé le 3 mai 2024.

 

Samur Divin Yakité, président du syndicat des mototaxis de Sibut, exprime sa douleur et son inquiétude : “Nous sommes profondément affectés par ces pertes. Il est faux de croire que tous les conducteurs des taxis-motos sont des drogués. Nous prenons nos responsabilités très au sérieux.”

 

Les autorités locales, représentées par le sous-préfet de Sibut, identifient l’excès de vitesse et la consommation de stupéfiants comme les principales causes de ces accidents. “Ces jeunes dépassent souvent les limites de vitesse, ajoutant à cela la surcharge et la consommation de substances illicites”, explique le sous-préfet.

 

Face à cette situation, des mesures de sensibilisation sont envisagées. Le sous-préfet suggère : “Il est crucial de réunir ces jeunes et de leur offrir des conseils et une éducation sur les règles de la route. Ils doivent comprendre l’importance de la prudence pour leur sécurité et celle des autres”.

 

Rappelons qu’il est essentiel pour la communauté de Sibut de se mobiliser pour mettre en œuvre des stratégies de prévention efficaces et pour éduquer les conducteurs de mototaxis sur l’importance du respect des règles de circulation, afin de réduire le nombre d’accidents mortels.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

Interruption des cours à l’université de Bangui, les enseignants vacataires en grève

Interruption des cours à l’université de Bangui, les enseignants vacataires en grève

 

Les enseignants vacataires de l’Université de Bangui ont décidé de quitter les salles de classe et de se rassembler pour exprimer leur mécontentement. Ils revendiquent de meilleures conditions de travail et le paiement régulier de leurs salaires, indispensables à la poursuite de leur mission éducative.
Enseignants vacataires de l’Université de Bangui en grève, discutant de leurs revendications et de la suite de leur mouvement.. CopyrightCNC

 

 

Bangui, 13 mai 2024 (CNC)

Depuis une semaine, l’Université de Bangui est paralysée par une grève des enseignants vacataires. Ils protestent contre le non-paiement de leurs émoluments depuis plusieurs années. Habituellement silencieux, le campus universitaire a résonné vendredi des coups de sifflets des manifestants lors d’un sit-in organisé par ces derniers.

 

L’absence des enseignants a conduit à l’interruption des cours dans différentes salles de classes, compromettant l’éducation des étudiants. Face à cette situation, l’administration universitaire a initié des négociations avec les représentants des grévistes, bien que les détails des discussions restent non divulgués à ce stade.

 

Cette grève pousse les parents des étudiants à s’inquiéter quant à l’impact sur le parcours académique de leurs enfants, déjà fragilisés par des défis structurels et financiers au sein de l’enseignement supérieur.

 

Il convient de rappeler que chaque année, l’Université de Bangui fait face à un problème récurrent : l’incapacité de l’État à régulariser les paiements des vacataires, malgré leur nombre réduit. Ces enseignants, indispensables au bon fonctionnement des cours, accumulent parfois plusieurs années de vacations impayées. Parmi ces rémunérations en souffrance, on compte les frais pour la gestion des mémoires et autres obligations académiques. Cette situation financière précaire pousse régulièrement, même les anciens enseignants, à envisager des grèves. Ces mouvements sociaux menacent sérieusement l’avenir académique des étudiants de l’Université de Bangui, compromettant potentiellement leur parcours universitaire et professionnel.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Matinée de terreur à Gaga : attaque d’un site minier chinois et des morts

Matinée de terreur à Gaga : attaque d’un site minier chinois et des morts

 

Des camions sur le site minier chinois de Gaga, dans l'Ombella-Mpoko
Des camions sur le site minier chinois de Gaga, dans l’Ombella-Mpoko

 

 

Bangui, 13 mai 2024 (CNC) –

 a

L’attaque survenue dimanche matin contre un site minier géré par une entreprise chinoise à Gaga, attribuée à des éléments de groupes armés, a tragiquement coûté la vie à cinq civils et en a blessé plusieurs autres. Les affrontements intenses ont débuté aux alentours de 4 heures du matin, selon Junior Kango, président de la jeunesse de Zawa joint au téléphone.

 

Les assaillants, armés lourdement, ont rencontré la résistance des militaires présents sur les lieux. Ces derniers, appartenant aux forces armées centrafricaines (FACA), ont dû se replier face à la puissance de feu ennemie. Heureusement, aucun militaire ni aucun employé chinois n’a été rapporté mort suite à cet incident.

 

Parmi les victimes, les civils ont été les plus touchés. Leurs corps ont été retrouvés sur le site de l’affrontement, tandis que les blessés graves étaient progressivement évacués vers les hôpitaux de Yaloké et de Zawa par leurs familles. Les corps des défunts sont restés sur place, en attente de la prise de connaissance par leurs familles.

 

Pour le moment, les tirs ont cessé, mais la tension reste palpable. Les autorités locales et les résidents soupçonnent les éléments du groupe 3R, qui font partie de la coalition des patriotes pour le changement (CPC), d’être derrière cette attaque. La situation demeure précaire et la communauté locale est en alerte, craignant d’éventuelles répliques.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

La dynamique du marché de la viande à Bria : Entre abondance et prix forts

La dynamique du marché de la viande à Bria : Entre abondance et prix forts

 

À l’aube du marché de Bambari, les premiers rayons de soleil illuminent une scène quotidienne mais vitale : la boucherie en plein air.
La boucherie en plein air. CopyrightDR

 

Bangui, 13 mai 2024 (CNC) –

 À Bria, dans la préfecture de la Haute-Kotto, le marché de la viande de bœuf connaît une période d’abondance inattendue. Toutefois, malgré cette disponibilité accrue, les prix restent élevés, posant un choix difficile pour les consommateurs. Cette situation démontre les défis économiques auxquels sont confrontés les acheteurs et les vendeurs, évoluant dans un contexte où l’offre abondante n’entraîne pas nécessairement une baisse des coûts.

 

Les consommateurs et les revendeurs de Bria s’en rejouissent malgré les prix élevés qui persistent sur le marché de la viande. En ce mois de mai, les femmes, principales acheteuses, ne se bousculent pas devant les tables des bouchers comme c’était le cas il y a quelques mois. Pelaji Mustapha, vendeuse dans une gargote au marché de Bornou, remarque une disponibilité continue de la viande, même en milieu d’après-midi, ce qui était impensable auparavant. La rareté passée avait affecté son commerce, mais aujourd’hui, elle constate des bénéfices nets grâce à cette nouvelle abondance.

 

« À tout moment, on peut trouver de la viande sur les tables des bouchers. Même au marché de Bornou, jusqu’à 15 heures on en trouve. Avant, ce n’était pas facile et la rareté de la viande avait de répercussions sur mon commerce. Mais à présent, je constate qu’il y a de bénéfice ».

 

Au marché central, Osuad Malmal partage une expérience similaire. Elle vient pour acheter de la viande de bœuf pour sa famille mais déplore les prix qui restent prohibitifs.

« Il y a une abondance de la viande mais le prix est toujours 11. Avant, avec 500 francs, tu pouvais en trouver. Mais à présent, même avec 1000 francs, la quantité est insuffisante. C’est pourquoi, à la fin, il y a beaucoup de choses à faire », explique-t-elle, soulignant les difficultés persistantes malgré l’abondance.

 

Arthur Nganiba, secrétaire de l’association des bouchers de Bria et lui-même vendeur au marché Amameu, attribue cette abondance à la stabilité retrouvée des éleveurs qui ont pu augmenter leur production. “La quantité de viande que nous vendons a considérablement augmenté. Avant, nous vendions sept à huit bêtes par jour, maintenant nous pouvons monter jusqu’à quinze,” précise-t-il. Cependant, il admet que les prix varient et peuvent être élevés, ce qui reflète des variations dans la qualité et les parties de la bête vendues.

 

« On a vu la stabilité des éleveurs en revenu. C’est une raison pour laquelle on a beaucoup d’animaux. Le prix varie selon le bout, de 500 000 jusqu’à 150 000 ».

 

Le comportement des bouchers est également critiqué par certains consommateurs qui préfèrent une vente au poids plutôt qu’en petits tas, une pratique qui rend difficile l’estimation exacte de la quantité achetée. Actuellement, le prix d’un kilogramme de viande de bœuf peut atteindre trois mille francs, illustrant bien la complexité de la situation économique à Bria.

 

Cette dynamique entre une offre abondante et des prix élevés continue d’influencer le quotidien des habitants de Bria, les forçant à naviguer entre l’opportunité d’acheter plus de viande et la contrainte des prix qui ne cessent de grimper.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

Bozoum : Quand la pluie fait défaut, l’agriculture souffre

Bozoum : Quand la pluie fait défaut, l’agriculture souffre

 

Deux femmes de Ndim en train de faire la recolte dans leur champ
Deux femmes en train de faire la recolte dans leur champ

 

 

Bangui, 13 mai 2024 (CNC) –

 Dans la préfecture de l’Ouham-Pendé, à Bozoum, les pluies se font attendre, laissant les agriculteurs dans un état de désarroi profond. La sécheresse inattendue risque de réduire à néant les efforts des cultivateurs qui ont déjà semé leurs champs, espérant une saison productive. La dépendance à l’agriculture rend cette communauté particulièrement vulnérable aux caprices d’un climat de plus en plus imprévisible.

 

Depuis trois semaines, il n’a pas plu à Bozoum. Ce qui risque de freiner la production agricole déjà difficile. Certains agriculteurs qui ont déjà semé redoutent les conséquences sur leurs économies et leurs ménages. Les producteurs de Bozoum ne comprennent pas cette rupture de la pluie en pleine période de semence. Ce changement climatique freine le bon déroulement de leurs activités agricoles.

 

Sabine Mankwe, cultivatrice, déplore :

“Les premières pluies nous ont permis de cultiver la terre. Mais après, nous constatons un arrêt prolongé de la pluie. Je suis une veuve. Je nourris mes enfants qu’avec mes activités champêtres. Mais qu’allons-nous faire avec ce changement climatique?”

 

Octave Gouloukwe a déjà payé le prix du changement climatique l’année dernière. Il a perdu plusieurs hectares de culture à cause de cette situation :

“Le changement climatique l’année dernière jouait négativement sur moi. J’ai tout perdu mes produits agricoles. Cette année, avec les premières pluies, j’ai pris mes courages pour aller semer. Depuis un mois, j’ai tout perdu. Je n’ai pas la semence. Le sol est sec. Je ne sais quoi faire maintenant.”

 

Les cadres de l’Agence centrafricaine de développement de l’agriculture (ACDA) se disent dépassés. Mathuré Segya, chef de service ACDA , donne quelques conseils aux agriculteurs.

 

Si rien n’est fait pour augmenter la production agricole, l’insécurité alimentaire prendra une proportion inquiétante dans la région. La population à vocation agricole demande une solution d’urgence pour soulager les groupements agricoles affectés.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

Tragédie à Nana-Bakassa : Assassinat d’un Commandant de Gendarmerie

Tragédie à Nana-Bakassa : Assassinat d’un Commandant de Gendarmerie

 

Homme conduisant une moto à la sortie de la ville de Kouki. La route est en terre à l’entrée de Kouki sur l’axe Nana-Bakassa tout ensoleillé.
Dans la ville de Kouki, dans la préfecture de l’Ouham. CopyrightCNC

 

 

Bangui, 12 mai 2024 (CNC)

La préfecture de l’Ouham, fréquemment perturbée par des groupes armés et les mercenaires du groupe Wagner, a vécu un nouvel épisode de violence impitoyable. Le commandant adjoint de la gendarmerie de Nana-Bakassa a été tragiquement assassiné. L’incident a eu lieu à une courte distance de la ville, enrichissant le climat d’insécurité qui règne.

 

En effet, ce samedi 11 mai dans la matinée, dans la localité de Nana-Bakassa, préfecture de l’Ouham située au nord-ouest de la République Centrafricaine, un nouvel incident tragique vient souligner la persistance des tensions dans cette région marquée par l’activité des divers groupes armés nationaux et internationaux. Le commandant de brigade adjoint de cette sous-préfecture, quittant Nana-Bakassa, sur sa moto,  pour Bossangoa, a été enlevé à la sortie de la ville, puis exécuté quelques minutes plus tard par ses ravisseurs encore non identifié, accentuant les inquiétudes sur la sécurité dans la zone.

 

Le drame s’est produit à 16 kilomètres de Nana-Bakassa, sur la route menant à Bossangoa. Ce tragique événement vient alourdir le climat de tension qui règne déjà dans la région, où la présence de groupes armés engendre une insécurité chronique.

 

Il y’a lieu de rappeler que dans la localité de Nana-Bakassa et ses environs, comme Kouki, Bossangoa, Markounda etc., la situation sécuritaire est extrêmement préoccupante. Les mercenaires du groupe Wagner, actifs dans ces zones, sont impliqués dans de nombreuses violences contre les civils. Sur les chantiers miniers locaux, des civils ont été massacrées, et des exécutions similaires ont eu lieu le long des routes. Même il y a quelques mois, voire un ou deux ans, le même groupe de Wagner a tragiquement ôté la vie à plus de douze civils qui circulaient à moto en allant à un marché hebdomadaire dans la localité de Bossangoa.

 

En parallèle, les groupes armés locaux tentent de résister à cette présence étrangère mais, dans le tumulte, commettent également des violences. Ces affrontements ont entraîné des assassinats de passants et d’autres civils innocents. Ainsi, que ce soit les mercenaires de Wagner, les combattants des groupes armés, ou même certains soldats des forces armées centrafricaines (FACA), les exactions sont monnaie courante et plongent Nana-Bakassa et les régions avoisinantes comme Markounda et Kouki dans une spirale de violence et de peur.

 

 

Plus de détails sur ce fait seront partagés dans nos articles à venir sur CNC.

 

Échos de douleur : le long chemin vers la justice pour les victimes centrafricaines

Échos de douleur : le long chemin vers la justice pour les victimes centrafricaines

 

 

 

Bangui, 12 mai 2024 (CNC)

En République Centrafricaine, les séquelles des conflits militaro-politiques hantent encore de nombreuses vies. Des personnes comme Bertin et Myriam portent les cicatrices de violences inouïes, et leur quête de justice semble s’étirer indéfiniment. Cet article explore les récits poignants de ces survivants, dont la lutte pour la réparation et la reconnaissance continue de défier le temps et l’oubli.

 

En effet, la situation des victimes des crises militaro-politiques en République Centrafricaine reste douloureuse et complexe. Plusieurs années après les conflits, beaucoup vivent encore avec les cicatrices physiques et psychologiques de ces événements tragiques, et la quête de justice et de réparation semble être un chemin long et incertain.

 

Parmi ces victimes, Bertin et Myriam partagent des récits poignants de souffrance et d’attente. Bertin, capturé et torturé par des milices en 2013, vit sans même posséder un acte de naissance, un document essentiel qui a été perdu lors de l’incendie de sa maison durant les attaques. Sa situation illustre la difficulté d’obtenir une forme de normalité ou de réparation après de tels traumatismes.

 

Myriam, victime de viols répétés lors des différentes incursions militaires, a subi des conséquences dévastatrices à long terme qui affectent sa santé et sa capacité à avoir des enfants. Les réponses judiciaires et médicales à ses appels au secours ont été insuffisantes, laissant une empreinte indélébile de douleur et de désillusion.

 

Ces histoires renforcent non seulement les défis individuels mais aussi les obstacles systémiques à l’accès à la justice et à la réparation. Malgré la présence de la Commission vérité, justice, réparation et réconciliation (CVJRR), les victimes comme Bertin et Myriam attendent toujours des actions concrètes qui pourraient apporter un soulagement et un sentiment de justice.

 

Le rôle de la CVJRR est crucial, comme le souligne Maître Marie-Édith Douzima. L’objectif de donner la parole aux victimes et d’organiser des audiences pour collecter leurs témoignages est un pas en avant, mais la route vers la réparation complète est encore semée d’embûches. Le travail avec les organisations de la société civile et la mise en place de programmes de formation et d’auditions pour les victimes sont des initiatives louables, mais il est fondamental que ces efforts se traduisent par des résultats tangibles et satisfaisants pour les victimes.

 

Alors que la République Centrafricaine commémore la Journée nationale des victimes des crises militaro – politiques, il est essentiel de se rappeler que derrière les cérémonies et les discours, il y a des individus réels qui continuent de lutter pour retrouver leur dignité et une place dans une société qui a été profondément marquée par la violence et l’instabilité. La justice réparatrice et équitable, tant attendue, doit devenir une réalité pour que ces victimes ne deviennent pas les oubliées de l’histoire.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

L’essor des casinos en ligne en 2024 : Technologies et tendances

 

 

Depuis plusieurs années, l’industrie des jeux d’argent en ligne connaît une croissance exponentielle, propulsée par l’évolution technologique et les tendances émergentes. Dans cet article, nous explorons les défis et les opportunités de ce secteur en plein essor, en mettant en lumière le rôle crucial des innovations technologiques et des stratégies marketing. En outre, nous examinons les prévisions pour l’avenir de ce marché dynamique, tout en offrant une perspective éclairée sur l’évolution des plateformes de jeu en ligne.

 

Les enjeux actuels de l’industrie des jeux d’argent en ligne

 

Les enjeux actuels de l’industrie des jeux d’argent en ligne sont multiples et complexes. L’industrie des casinos en ligne est confrontée à une série de défis, allant de la régulation des jeux d’argent à la sécurité des données des utilisateurs. La nécessité de garantir un environnement sûr et équitable pour les joueurs est primordiale pour maintenir la confiance dans ce secteur en pleine expansion. De plus, l’impact économique global des jeux en ligne soulève des questions sur la taxation et la redistribution des revenus générés. Ces défis exigent une approche stratégique et collaborative pour assurer la viabilité à long terme de l’industrie.

 

DublinBet Casino au cœur des innovations technologiques

 

Dans ce paysage en constante évolution, DublinBet Casino se distingue par ses innovations technologiques remarquables. Offrant une expérience de jeu immersive grâce à sa plateforme en live casino, DublinBet repousse les limites de l’interaction en ligne. De plus, l’intégration de crypto-monnaies offre aux joueurs une plus grande flexibilité dans leurs transactions, reflétant ainsi les tendances émergentes dans le domaine des paiements numériques. Cette évolution s’inscrit parfaitement dans la stratégie globale de DublinBet qui vise à rester en tête de l’industrie grâce à une revue complète de la plateforme de jeu en ligne.

 

Marketing et acquisition de nouveaux joueurs

 

Les casinos en ligne rivalisent pour attirer de nouveaux joueurs dans un marché de plus en plus concurrentiel. Les stratégies de marketing novatrices, telles que les bonus de bienvenue et les programmes de fidélité, sont essentielles pour différencier les marques et fidéliser la clientèle. DublinBet excelle dans ce domaine en proposant des offres attractives et en ciblant efficacement son public grâce à des campagnes publicitaires ciblées.

 

Prévisions pour l’avenir du jeu en ligne

 

Alors que l’industrie des casinos en ligne continue de croître, les experts prévoient un avenir prometteur pour ce secteur. Les avancées technologiques, telles que la réalité virtuelle et l’intelligence artificielle, promettent de révolutionner l’expérience de jeu en ligne. De plus, les marchés émergents offrent de nouvelles opportunités de croissance pour les opérateurs, avec une expansion prévue dans des régions telles que l’Asie et l’Amérique du Sud.

 

Conclusion

 

En conclusion, l’essor des casinos en ligne en 2024 est alimenté par les avancées technologiques et les tendances émergentes. DublinBet Casino se positionne comme un pionnier dans ce domaine, grâce à ses innovations technologiques et ses stratégies marketing efficaces. Alors que l’industrie continue d’évoluer, il est essentiel pour les opérateurs de rester à l’avant-garde des développements pour répondre aux besoins changeants des joueurs et maintenir leur compétitivité sur le marché mondial du jeu en ligne.

 

Centrafrique : dans les coulisses de la stratégie de Touadera pour s’éterniser au pouvoir

Centrafrique : dans les coulisses de la stratégie de Touadera pour s’éterniser au pouvoir

 

Le président Touadera et son premier ministre Félix Moloua venus assister la famille du défunt Cyriaque Gonda
Le président Touadera et son premier ministre Félix Moloua

 

 

Bangui, 10  mai 2024 (CNC)

Peut-être que les vrais secrets ne sont pas ceux que nous gardons, mais ceux que nous révélons.” Cette pensée de Jean-Marie Le Clézio résonne étrangement avec les récentes révélations du Premier Ministre Félix Moloua. Au cours d’une rencontre avec les jeunes leaders de l’opposition démocratique, il a ouvert les portes des coulisses du pouvoir, révélant la stratégie de Faustin Archange Touadera pour s’éterniser au sommet de l’État centrafricain.

 

La scène était à la fois improbable et captivante : Félix Moloua, le visage marqué par les vicissitudes politiques, dévoilant sans retenue les plans machiavélique du régime en place. C’était lors d’une réunion à la primature avec les jeunes de l’opposition démocratique (PJLOD), prévue pour discuter du sort de deux figures emblématiques de l’opposition démocratique, à savoir le député Dominique Yandocka et l’ancien ministre Regis Lionel Dounda,  incarcérés injustement depuis quelques années.

 

Mais les aspirations politiques ont vite pris le dessus sur l’ordre du jour. Félix Moloua, pris dans le tourbillon de la réalité politique, a levé le voile sur les stratagèmes du régime. Il a affirmé sans détour que désormais, le pouvoir en place n’a nul besoin du soutien des occidentaux pour organiser les prochains scrutins dans le pays. À en croire ses propos, les élections à venir, qu’elles soient présidentielles, législatives ou communales, se dérouleront selon leur propre agenda et avec leurs propres moyens.

 

La déclaration du Premier Ministre a frappé comme un coup de tonnerre. Il a annoncé avec une détermination sans faille que les élections communales auront lieu, quels que soient les obstacles et sans l’aide extérieure. Il a même poussé l’audace jusqu’à défier l’opposition, les invitant à accepter l’inéluctable : le régime actuel est là pour durer au moins 30 ans, et sans alternatives, défiant toute logique démocratique standard.

 

Cette révélation n’était pas sans précédent. Le référendum tumultueux du 30 juin dernier avait déjà donné un avant-goût de la détermination du régime à manipuler les élections, et à se maintenir indéfiniment au pouvoir. Malgré une participation qui n’a dépassé guerre 1%, le régime, avec le soutien du groupe russe Wagner,  avait réussi à transformer cet échec en une victoire médiatique, cherchant à légitimer ses actions auprès de la presse locale et internationale qui reprennent fidèlement les propos du régime.

 

Ainsi, les coulisses du pouvoir en Centrafrique révèlent un tableau complexe : celui d’un régime dictatorial prêt à tout pour maintenir son emprise, déterminé à défier les normes démocratiques au nom d’une prétendue stabilité. Reste à voir si cette stratégie machiavélique résistera aux forces de l’opposition et aux aspirations populaires à une véritable démocratie.

 

Par Alain Nzilo

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Centrafrique :  un collège de Bambari en passe de devenir le Lycée Touadéra

Centrafrique :  un collège de Bambari en passe de devenir le Lycée Touadéra

 

Des élèves en uniforme rose rassemblés en plein air à Bambari, attendant l’arrivée du ministre Aurélien Simplice Zingas à Bambari .
Dans la chaleur étouffante de Bambari, les jeunes élèves attendent avec espoir et résignation le ministre de l’Éducation Aurélien Simplice Zingas, illustrant la vulnérabilité des innocents face à la désorganisation administrative.. CopyrightCNC

 

 

Bangui, 10  mai 2024 (CNC)

À Bambari, dans la préfecture de la Ouaka, un projet ministériel suscite l’émoi : le collège d’enseignement secondaire pourrait bientôt s’appeler Lycée Faustin Archanges Touadéra. Cette initiative, dévoilée lors de la récente visite du ministre de l’Éducation, Aurélien Simplice Zingas, divise l’opinion publique entre reconnaissance politique et nécessité éducative.

 

Un projet en discussion à Bambari…

 

Le ministre de l’Éducation, M. Aurélien Simplice Zingas, lors de sa visite à Bambari, a partagé son intention de transformer le collège d’enseignement secondaire en lycée. Il propose de dédier cette future institution au président Faustin Archanges Touadéra. Cette idée, bien qu’encore au stade de proposition, a déjà initié un vif débat parmi les habitants et les éducateurs.

 

Les opinions sur ce projet sont partagées. Pour certains, nommer le lycée en l’honneur de Faustin Archange Touadera est un geste de reconnaissance approprié. Pour d’autres, c’est une intrusion de la politique dans l’espace éducatif.

“L’école devrait rester neutre, concentrée sur l’apprentissage”, affirme un enseignant qui souhaite garder l’anonymat.

 

Pourtant, cette initiative présidentielle n’est pas isolée dans le pays. À travers la capitale et d’autres localités, des structures portent déjà le nom de Touadéra, des rues aux bâtiments publics. Cette habitude de donner des noms de figures politiques actives à des lieux publics interroge sur les intentions et l’effet de telles décisions sur l’identité publique et la mémoire historique.

 

Tandis que le débat sur ce projet se poursuit, les habitants de Bambari et les observateurs de toute la nation scrutent avec intérêt l’évolution de cette proposition, se demandant si elle se concrétisera ou si les critiques pourront influer sur son devenir.

 

Il y’a lieu de noter que le projet de transformation du collège d’enseignement secondaire de Bambari en “Lycée Faustin Archanges Touadéra” met en relief les intersections complexes entre éducation et politique. Le dialogue autour de cette proposition continue de refléter une société partagée sur la question de l’héritage politique dans le domaine éducatif.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

 

La sombre mafia de Piri à l’NRK : La sécurité passe sous son contrôle et le monopole s’étend

La sombre mafia de Piri à l’NRK : La sécurité passe sous son contrôle et le monopole s’étend

 

Le ministre en charge du développement de l’énergie et des ressources hydrauliques, Arthur Bertrand Piri ngaba
Le ministre en charge du développement de l’énergie et des ressources hydrauliques, Arthur Bertrand Piri. CopyrightDR

 

 

Bangui, 10 mai 2024 (CNC)  

 “Le pouvoir tend à corrompre, et le pouvoir absolu corrompt absolument.” Cette maxime de Lord Acton résonne avec une acuité particulière lorsque l’on scrute les agissements du Ministre Piri au sein du Ministère de l’Énergie. Depuis son arrivée à ce poste clé, un vent de controverse et de suspicion s’est levé, dévoilant un tableau où les intérêts personnels semblent primer sur la bonne gestion et la transparence. Au cœur de cette tourmente, lÉNERCA, pilier de l’énergie en Centrafrique, se trouve étrangement sous l’emprise d’un homme dont les actions posent question. De la sécurité des installations de l’ÉNERCA à la distribution de carburant, tout semble désormais orchestré par une seule et même entité : le ministre et ses proches. Comment une telle concentration de pouvoir a-t-elle pu s’installer? Cet article plonge dans les méandres d’une gestion où les frontières entre le public et le privé sont dangereusement brouillées.

 

L’étrangeté commence par la Sodeca et l’ÉNERCA, les géants de la distribution d’eau et d’électricité en Centrafrique, respectivement. De façon troublante, c’est à travers son épouse que le Ministre Arthur Piri orchestre la livraison de tous les équipements nécessaires à ces entreprises. Imaginez un peu : chaque commande passée par NRK, c’est lui qui la traite, qui la livre. Et le pire est encore à venir : après la livraison d’un lubrifiant supposé être de qualité par son épouse, une machine cruciale chez ÉNERCA tombe en panne. Le Ministre semble manipuler les rouages de ces sociétés à son seul avantage.

 

Mais là où l’affaire prend une tournure plus sinistre, c’est dans la gestion de la sécurité des installations de l’ÉNERCA à Bangui, mais également sur tout le territoire national. Avant l’arrivée du Ministre Piri, NRK était sécurisée par une société réputée. Maintenant, c’est une entreprise de sécurité privée appartenant au Ministre Arthur Piri qui a pris de force le relais. Cette substitution pose une question brûlante : jusqu’où ira-t-il pour consolider sa mafia sur l’ÉNERCA ?

 

En enveloppant également la distribution du carburant en Centrafrique, la livraison des équipements et même la sécurité des installations énergétiques sous son aile, le Ministre Piri a créé un empire de la mafia sur lequel il règne sans partage. Mais à quel prix pour la stabilité et l’intégrité économique de la Centrafrique?

 

Par Gisèle MOLOMA

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Bozoum : violentes opérations des Wagner sur des chantiers miniers de Saya, Ngaro et Wouhou

Bozoum : violentes opérations des Wagner sur des chantiers miniers Bozoum : violentes opérations des Wagner sur des chantiers miniers de Saya, Ngaro et Wouhou

 

Deux mercenaires russes de Wagner occupant l'État major des rebelles en Centrafrique
Deux mercenaires de Wagner occupant le quartier général des rebelles en Centrafrique

 

Bangui, 10 mai 2024 (CNC)

Ce jeudi 9 mai, vers midi, des opérations des mercenaires de Wagner dans les zones minières de Saya, Ngaro et Wouhou, situées sur l’axe Bozoum – Ouham-back, ont créé de sérieuse inquiétude parmi les habitants.

 

Le 9 mai 2024 a marqué une montée des tensions extrêmes dans les zones minières le long de l’axe Bozoum – Ouham Bac. Observée depuis plusieurs jours, la présence accrue des mercenaires russes dans cette localité soulève des préoccupations majeures pour la sécurité des artisans miniers et des riverains.

 

Les habitants des villages de Saya, Ngaro, et Wouhou vivent sous la menace constante de violences potentielles. L’historique des opérations militaires de ces mercenaires laisse peu de place à l’optimisme, alors que la région, déjà fragile, pourrait voir se répéter des scénarios des affrontements violents qui ont par le passé déstabilisé des communautés entières.

 

Les zones affectées, riches en ressources, sont des points chauds où le contrôle des mines peut signifier un contrôle économique significatif. Selon des différents rapports des experts des nations unies, , les ressources comme les diamants ont souvent été au centre des financements de groupes armés, aggravant les conflits et la souffrance des populations. C’est dans ce contexte que le gouvernement centrafricain, dans le souci de reprendre le contrôle de ses mines, déploie les mercenaires russes sur des chantiers miniers, causant de nombreux massacres sur la population civile.  C’est le cas à Kouki à plusieurs reprises, et Nana-Bakassa ce dernier temps.

 

 

Conclusion

La tension actuelle rappelle la nécessité pour les habitants de rester vigilants et pour les observateurs internationaux de monitorer de près l’évolution de la situation à Bozoum.

 

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

La RCA est à redéfinir :  « la présidence, l’assemblée nationale et  le gouvernement  sont à reciviliser »

La RCA est à redéfinir :  « la présidence, l’assemblée nationale et  le gouvernement  sont à reciviliser »

Touadera en train de faire son discours à Moscou lors du forum consacré à la lutte contre les pratiques contemporaine du néocolonialisme .
Touadera en train de faire son discours à Moscou lors du forum consacré à la lutte contre les pratiques contemporaine du néocolonialisme .

 

 

Bangui, 02 mai 2024 (CNC)  

 Peut-on réinventer une nation tout entière, des fondations de son gouvernement jusqu’aux principes qui guident ses leaders ? La République Centrafricaine semble se tenir à un carrefour décisif.

 

Depuis son accession au pouvoir en 2016, la présidence de Faustin-Archange Touadéra a été marquée par des phases contrastées de gouvernance. Entre 2016 et 2019, la présidence a semblé porter le souci de réforme et de développement, malgré des défis persistants. Toutefois, des observateurs notent un tournant sombre à partir de 2019, exacerbé par des alliances douteuses et une augmentation alarmante des détournements de fonds publics. “Le président Touadéra, autrefois vu comme un espoir, semble se métamorphoser sous nos yeux en un dirigeant méconnaissable, embourbé dans les scandales et la corruption,” explique un analyste politique sous couvert d’anonymat.

 

Gouvernance en question : l’impératif de recivilisation

 

La nécessité de ‘reciviliser’ les institutions étatiques est devenue un cri du cœur pour beaucoup de Centrafricains. La présidence, l’assemblée nationale, et le gouvernement sont perçus comme nécessitant une refonte radicale pour rediriger le pays vers la stabilité et la prospérité. “Nous avons besoin de redéfinir notre gouvernance pour respirer de nouveau l’air de la justice et du progrès,” affirme une citoyenne lors d’une entrevue.

 

La dette nationale croissante, atteignant des chiffres astronomiques, illustre un autre aspect critique de la crise. Les dettes se creusent, plongeant le pays dans une précarité financière qui menace de paralyser son avenir. “Chaque jour qui passe avec ce régime, c’est un peu plus de notre avenir qui se dilue dans les festivités et les détournements,” commente un fonctionnaire déçu par l’état actuel des affaires.

 

Un appel à l’action : entre espoir et réalisme

 

Malgré les défis, l’esprit de résilience demeure. Les appels à une réforme globale montrent que la population n’est pas prête à abandonner son pays aux mains de l’inefficacité et du désordre. La communauté internationale reste attentive, espérant que les voix des citoyens seront entendues et que des mesures concrètes seront prises pour remettre la RCA sur le chemin du redressement.

 

En somme, la RCA se trouve à un moment crucial de son histoire. La direction que prendra ce pays pourrait bien déterminer sa trajectoire pour les décennies à venir.

 

Par Gisèle MOLOMA

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

 

 

Kouki : de havre de paix à prison de terreur

Kouki : de havre de paix à prison de terreur

 

Image montrant un trou dans le sol de béton avec des débris autour, dans une pièce sombre, percé pour servir de cellule improvisée.
A Kouki, la “Maison de la Paix” porte désormais mal son nom : cette image capture le trou sombre et inquiétant utilisé comme cellule de détention, loin de l’esprit de paix pour lequel elle avait été conçue.. CopyrightCNC

 

Bangui, 010  mai 2024 (CNC)

Imaginez un lieu conçu pour rassembler, éduquer et inspirer la jeunesse, qui se transforme soudain en une scène de cauchemar. C’est l’histoire troublante de la Maison de la Paix à Kouki, un projet noble qui a pris une tournure tragique.

 

À l’origine, cette maison construite par la Minusca et baptisée « maison de la paix », devait être un havre pour les jeunes et favoriser les activités pacifiques et de réconciliation dans la ville. Tout change lorsque les militaires de forces armées centrafricaines (FACA), déployés à Kouki, prennent possession des lieux, la transformant en leur quartier général. Plus alarmant encore, les toilettes, destinées à des usages quotidiens, sont converties en cellules de prison, où la dignité humaine est bafouée.

 

Le chef du détachement des FACA dans cette ville minière de l’Ouham, un adjudant-chef, qui se veut être craintif, , y exerce une multitude de rôles sans aucune supervision officielle. Il agit à la fois en tant que gendarme, policier et douanier, étendant son autorité bien au-delà de ses attributions légales. Les accusations qu’il porte sur les citoyens ordinaires, souvent sans fondement, conduisent hommes, femmes et jeunes derrière ces barreaux improvisés, où sévissent tortures et injustices.

 

Ce mélange de pouvoir et d’abus a également un impact économique. L’adjudant-chef impose des taxes arbitraires sur les biens arrivant dans la ville, écrasant ceux qui peinent déjà à joindre les deux bouts. Refuser de payer peut signifier une nuit, ou plus, dans les sinistres cellules des toilettes transformées.

 

Alors, ce qui devait être un symbole de paix et d’unité à Kouki est désormais un lieu de désespoir. Cette transformation de la Maison de la Paix en une prison informelle rappelle combien il est capital de surveiller les détenteurs du pouvoir et de protéger les espaces dédiés à la paix et au progrès social.

 

Par Arsène Féimonazoui

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

La quête de qualité au restaurant universitaire de Bangui : Entre critiques étudiantes et réponses administratives

La quête de qualité au restaurant universitaire de Bangui : Entre critiques étudiantes et réponses administratives

 

Le restaurant universitaire de l'université de Bangui. CopyrightCNC
Le restaurant universitaire de l’université de Bangui. CopyrightCNC

 

 

Bangui, 10 mai 2024 (CNC)

 “La nourriture nourrit aussi l’esprit”, souligne Treguta, un étudiant de l’université de Bangui, marquant le ton de préoccupation qui règne parmi les jeunes académiciens face à la qualité des repas offerts par leur restaurant universitaire. Depuis fin 2022, la crise économique a exacerbé les difficultés de gestion de la qualité et de la régularité des services alimentaires, poussant les étudiants à exprimer leur mécontentement haut et fort.

 

Une offre diversifiée face aux critiques.

 

En réponse aux critiques croissantes des Étudiants, Mme Solange Huguette DERBAKI, cheffe de service du restaurant universitaire, a récemment présenté un nouveau planning de variation des repas. Selon le programme établi :

 

  • Lundi : viande de bœuf et poisson
  • Mardi : poulet et dorade
  • Mercredi : cuisse de poulet et dorade    •            Jeudi : viande de cabri et chinchard
  • Vendredi : poulet sur pattes et chinchard
  • Samedi : viande de bœuf et feuilles de manioc

 

Cette initiative vise à montrer l’engagement du restaurant à fournir une variété et à améliorer la qualité des repas.

“Nous comprenons les préoccupations des étudiants et nous nous efforçons d’améliorer la situation dans les limites de nos capacités actuelles”, explique Mme DERBAKI.

 

Entre satisfaction et scepticisme

 

Malgré cette tentative d’amélioration, le scepticisme reste palpable parmi les étudiants. Certains soupçonnent que les portions restent insuffisantes et que la qualité n’atteint pas le standard nécessaire pour soutenir leur performance académique.

“Le menu semble prometteur, mais la réalité est souvent différente”, confie un groupe d’étudiants lors d’une discussion informelle près de la cafétéria.

 

L’administration du restaurant invite donc les étudiants à “venir confirmer” par eux-mêmes la qualité et la variété des repas proposés, espérant ainsi restaurer une confiance érodée par des mois de prestations inconstantes.

 

Vers une résolution durable ?

 

Le dialogue entre les étudiants et l’administration du restaurant semble être la clé pour une résolution durable de ces tensions. L’engagement à améliorer continuellement le service alimentaire est crucial, car comme le rappelle un professeur de l’université, “un étudiant bien nourri est un étudiant qui peut se consacrer pleinement à ses études”.

 

En attendant, la communauté étudiante de l’université de Bangui reste attentive aux efforts promis, espérant que les actions futures répondront à leurs attentes autant que les menus affichés sur les murs du restaurant universitaire.

 

Par Gisèle MOLOMA

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Mystérieuse épidémie de “Gratté-Gratté” à Gamboula suite à une invasion de papillons

Mystérieuse épidémie de “Gratté-Gratté” à Gamboula suite à une invasion de papillons

 

Vue de l’Hôtel de Ville de Gamboula avec un soldat de l’ONU en avant-plan et des véhicules et des motos stationnés à l’extérieur.
La mairie de Gamboula, un lieu central pour les activités administratives, sous la surveillance d’une force de l’ONU pour garantir la sécurité dans la région. CopyrightDR

 

 

Bangui, 10 mai 2024 (CNC)  

 À Gamboula, une localité de la République Centrafricaine située près de la frontière avec le Cameroun, une mystérieuse affection appelée “gratté-gratté” s’est répandue parmi les habitants. Cette étrange maladie dermatologique semble être causée par le contact avec de petits papillons blancs, qui apparaissent en masse sous les sources lumineuses la nuit.

 

Lambert Songo, un résident affecté, partage son désarroi : “Dès qu’un de ces papillons me touche, je commence à me gratter incessamment, jour et nuit. C’est insupportable”. Cette situation alarmante a été confirmée par plusieurs autres habitants, qui rapportent des symptômes similaires.

 

Le correspondant local, Bertrand Piri, rapporte que l’apparition de ces papillons coïncide avec des changements climatiques notables dans la région, ce qui pourrait expliquer leur prolifération soudaine. “La nuit, dès qu’on allume une lampe, ces papillons se rassemblent autour, et le contact avec eux semble déclencher cette réaction cutanée extrême chez les personnes exposées”, explique-t-il.

 

Les résidents de Gamboula sont désemparés face à cette invasion. “On ne sait pas quoi faire. Malgré tous les efforts pour se nettoyer et utiliser divers produits pour apaiser la peau, rien ne semble fonctionner”, confie Bernard, un habitant affecté. Les habitants de Gamboula appellent désormais à une aide urgente pour contrôler la population de papillons et trouver un remède efficace à cette maladie débilitante.

 

L’urgence de la situation nécessite une intervention rapide pour évaluer et contrôler l’impact écologique et sanitaire de cette prolifération inhabituelle, afin de restaurer la tranquillité dans cette communauté frontalière.

 

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Défaillances et désillusions : Le combat des banguissois pour l’électricité

Défaillances et désillusions : Le combat des banguissois pour l’électricité

 

Un agent de l'ÉNERCA travaillant sur un pylone électrique sans casque, sans véritable outil de travail
Un agent de l’ÉNERCA travaillant sur un pylone électrique sans casque, sans véritable outil de travail

 

Bangui, 10  mai 2024 (CNC)

Dans la ville de Bangui, les coupures d’électricité fréquentes masquent une réalité inquiétante : une crise de gestion au sein de l’INERCA. Entre manipulations et échecs, ces interruptions de service renforcent le combat des citoyens face à une administration défaillante, laissant entrevoir un cycle de désillusions et de luttes pour une amélioration.

 

La récurrence des coupures d’électricité provoque non seulement des frustrations parmi les résidents mais pose également des questions sur les véritables enjeux derrière ces perturbations. Freddy, qui tient un atelier de soudure à Galabadja, exprime son désarroi face à cette situation qui paralyse son activité :

« Nous faisons de la soudure et de la mécanique. Nous payons le courant, mais il n’y a pas d’électricité. Nous travaillons manuellement avec le burin pour gagner un peu d’argent. Mais c’est depuis plus de deux semaines que nous n’avons pas d’électricité. Et quand ça vient, ça ne dépasse pas 15 minutes. Les clients sont obligés de partir ailleurs. À la fin, l’ÉNERCA nous amène une facture ».

 

Ce n’est pas seulement le secteur professionnel qui est touché, mais également la vie quotidienne des citoyens. Edith Fagonda, une informaticienne, trouve son travail immobilisé.

 

« Présentement, je souffre. J’ai des problème , j’ai des clients que je dois travailler sur leur dossiers. Mais j’ai des difficultés, je ne peux pas. Et même si je pars ailleurs, il n’y a pas d’électricité. Donc partout, il n’y a pas de courant. Je n’ai rien à faire, je ne peux pas faire la magie ».

 

Les répercussions s’étendent aussi au secteur de l’eau. Thomas Daquin Mangosa, gérant d’un château d’eau, décrit la gravité de la situation :

 

« Mon forage fonctionne en rapport avec le courant. La pompe ne peut marcher que avec l’électricité, mais s’il n’y a pas, rien ne marche. Jusqu’à maintenant, je suis bloqué parce qu’il n’y a pas de courant. Et je vois quand la population souffre, les femmes, les vieilles femmes, les enfants, portent des ustensiles pour aller dans d’autres quartiers chercher de l’eau, vraiment ça me touche le cœur ».

 

Face à ces difficultés, la réponse officielle de l’INERCA, dirigée par Thierry Passion Béndima, semble inadéquate.

 

« Nous sommes dans une phase non seulement d’installation de nouvelles centrales, mais de modernisation des anciennes installations qui fournissent de l’électricité, le fonctionnement en parallèle de ces deux technologies induit ces perturbations que nous avons connues ces derniers temps », a déclaré monsieur Thierry Passion Béndima.

 

Alors que Béndima parle de modernisation et d’ajouts de nouvelles installations pour améliorer la situation, des sources internes suggèrent que ces annonces pourraient être des manœuvres pour détourner l’attention de la mauvaise gestion et des problèmes plus profonds au sein de l’agence, exacerbés par des interventions de la famille du ministre de l’Énergie, Bertrand Arthur Piri.

 

Ces interventions, selon des employés de l’INERCA qui préfèrent rester anonymes, ont contribué à une série de décisions malavisées qui ont aggravé la situation plutôt que de l’améliorer. “Les projets promis comme les champs solaires de Danzi et l’installation de nouveaux alternateurs semblent être plus des mirages destinés à apaiser la frustration publique qu’une réalité tangible,” confie un technicien sous couvert d’anonymat.

 

Pour finir, les coupures d’électricité à Bangui ne sont pas juste un problème technique mais aussi le symptôme d’une crise de gestion et de transparence au sein de l’INERCA. Alors que la population souffre, les promesses de résolution rapide semblent être loin de la réalité du terrain, laissant les Banguissois dans l’expectative et le désarroi.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Un Méga Concert pour la Sécurité, la Paix et la Réconciliation à Bangui

Un Méga Concert pour la Sécurité, la Paix et la Réconciliation à Bangui

 

Au centre culturel Missi Momo

 

Bangui, 10 mai 2024 (CNC) –

 Le 11 mai 2024 marquera un événement spécial à Bangui : un méga concert organisé par l’espace culturel Missy Momo, dirigé par l’Autorité Culturelle Armand Touaboy. Situé derrière l’omnisports sur l’avenue Touadera, cet événement promet une après-midi enrichissante sous le signe du reggae et de la solidarité.

 

Une Journée sous le Signe de l’Unité….

 

Dès 14 heures, le public est invité à se joindre à la célébration qui vise à promouvoir la sécurité, la paix et la réconciliation à travers la musique. L’entrée sera libre, permettant à tous de participer sans contrainte financière. En plus de la musique, les participants pourront profiter du Wifi gratuit fourni par Orange et d’un barbecue convivial.

 

Les Artistes au Rendez-Vous…

 

Le point d’orgue de cette journée sera les performances de Pacifique Fire et les Reggae Rastamen de Centrafrique. Ces artistes renommés sont connus pour leur engagement en faveur de la paix à travers leurs paroles et mélodies inspirantes. Leur musique, porteuse de messages de fraternité et d’unité, résonnera avec un public diversifié, uni par l’espoir d’un avenir meilleur.

 

L’Impact de la Musique sur la Société…

 

Le reggae, plus qu’un genre musical, est un vecteur de changement social et un outil de dialogue. En choisissant ce style musical, l’Autorité Culturelle Armand Touaboy souligne son potentiel à rapprocher les gens, indépendamment de leurs différences. L’événement du 11 mai est plus qu’un concert, c’est une plateforme pour le dialogue et la compréhension mutuelle dans un contexte où la République Centrafricaine aspire à la paix durable.

 

Le méga concert du 11 mai est une initiative louable qui mérite l’attention et la participation de tous. Il est une preuve tangible que la culture et la musique peuvent jouer un rôle crucial dans les efforts de réconciliation et de paix.

 

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Touadera et l’accord brisé : Un rebelle du MPC s’évapore avec des millions du désarmement de ses collègues

Touadera et l’accord brisé : Un rebelle du MPC s’évapore avec des millions du désarmement de ses collègues

 

Les combattans rebelles du MPC de Mahamat Alkhatim
Les combattans rebelles du MPC de Mahamat Alkhatim. Photo CNC

 

 

Bangui, 009  mai 2024 (CNC)

“Qui sème le vent, récolte la tempête.” Jamais cet adage n’a été aussi pertinent qu’à Bangui, où le président putschiste Faustin Archange Touadera, en confiant des millions à un ancien rebelle pour désarmer le MPC, a vu son plan se dissiper aussi rapidement que les fonds alloués.

 

 

Faustin Archange Touadera, dans un élan qui pourrait être qualifié de machiavélique, a négocié en secret avec Mahamat Al-Khatim, président du Mouvement Patriotique pour la Centrafrique (MPC), réfugié au Tchad après l’accord de l’Angola. Des délégations officielles ont été envoyées par Faustin Archange Touadera pour sceller un accord permettant à Mahamat Al-Khatim de revenir à Bangui pour collaborer avec le régime. Cet accord, célébré avec faste à Ndjamena, s’est transformé en piège quand Mahamat Al-Khatim et son associé Abakar Sabone ont été arrêtés pour une autre raison par les services de renseignement extérieur tchadiens et jetés en prison à Ndjamena.

 

La suite des événements dépeint un président désespéré de désarmer les rebelles du mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC) à tout prix. Ainsi, Faustin Archange Touadera a fait appel à M. Ataïr Nour, connu sous le sobriquet de Aboyo, un ancien petit criminel de Cabo, connu pour sa petite délinquance mais sans grande envergure politique. Ce dernier, après un bref passage en prison à Ngaragba, dans le septième arrondissement de Bangui, a été mystérieusement libéré sur ordre de Touadera qui l’a immédiatement appelé et lui a confié une somme conséquente pour mener à bien la mission de désarmement des rebelles du MPC, sous escorte de mercenaires russes. Toutefois, au lieu de remplir sa mission, M. Ataïr Nour, connu sous le sobriquet de Aboyo, est arrivé dans sa ville de Kabo avant de progresser vers Sido et traverser la frontière du Tchad puis disparaitre avec l’argent, laissant derrière lui un président aux stratégies douteuses et une réputation encore plus écornée.

 

Les actions de Faustin Archange Touadera posent un dilemme éthique considérable. Étant professeur d’université, l’homme s’entoure de figures louches et controversées, transformant son gouvernement en un repaire pour des voyous et criminels, loin de l’idéal de gouvernance que l’on pourrait attendre. La question demeure : quel genre de président privilégie la compagnie de voyous à celle de conseillers légitimes ?

 

Cette affaire nous confronte à l’ironie d’un leader qui, en voulant purger son pays des forces rebelles, s’allie avec des éléments tout aussi corruptibles, sapant ainsi les fondements de la confiance publique et de la légitimité gouvernementale.

 

Par Alain Nzilo

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Corruption et Désordre : La Descente aux Enfers de l’Armée Centrafricaine”

Corruption et Désordre : La Descente aux Enfers de l’Armée Centrafricaine”

 

 

L’ancien ministre Élie Ouéifio, assis, portant un costume bleu, appuyé sur sa main, en train de réfléchir lors d’une conférence.
Élie Ouéifio, un homme d’État en réflexion

 

Bangui, 09 mai 2024 (CNC)  

 Selon Platon, “La première et meilleure victoire est de conquérir soi-même.” Face à la crise qui ravage l’armée centrafricaine, cette maxime prend tout son sens. Jadis pilier de la stabilité nationale, cette institution est aujourd’hui ébranlée par des jeux politiques destructeurs, transformant les protecteurs en otages d’ambitions partisanes.

 

La République Centrafricaine, un pays autrefois renommé pour sa stabilité et son leadership dans la sous-région d’Afrique centrale, est aujourd’hui en proie à une crise profonde qui touche notamment son institution militaire. Dans son ouvrage intitulé L’Armée Centrafricaine, l’Otage Politique, Elie Wefio, explore avec acuité comment les forces armées de la nation ont été progressivement capturées par les manœuvres politiques, mettant en péril la sécurité même de l’État et de ses citoyens.

 

Elie Ouéifio, dans une démarche analytique rigoureuse, décrit un tableau sombre de l’armée centrafricaine, soulignant combien cette institution autrefois prestigieuse est devenue un outil aux mains de politiciens peu scrupuleux. Le 18 juillet 2018, Wefio publiait une adresse poignante aux dirigeants centrafricains, les exhortant à prendre conscience de la gravité de la situation. Cet appel, malheureusement, fut ignoré, et les conséquences de cette négligence sont aujourd’hui palpables.

 

L’auteur rapporte que les pratiques immorales se sont multipliées au sein de l’armée, allant de l’ingérence des civils dans les affaires militaires jusqu’à l’attribution de grades en fonction des allégeances politiques plutôt que du mérite. “Jamais l’armée centrafricaine n’a été aussi vulnérable”, écrit-il, décrivant des scènes où des soldats sont abattus par des civils ou sont forcés de se retourner contre leurs propres frères d’armes.

 

Ces dérives, selon Ouéifio, sont le résultat direct d’une politisation excessive de l’armée, transformant ses missions régaliennes en “business politiques et d’affaires commerciales”. Cette situation a non seulement affaibli la défense nationale, mais elle a aussi exposé le peuple centrafricain à des dangers extrêmes, avec des éléments étrangers et nationaux se livrant à des pillages et des tueries.

 

Face à cette tragédie, l’auteur appelle à un sursaut de conscience de la part des dirigeants actuels et futurs. Il plaide pour une reprise en main de l’armée, à l’abri des influences politiques et des recherches de gains personnels. Selon lui, seul un retour aux valeurs fondamentales de protection du peuple et de défense du territoire pourra redonner à l’armée sa vocation originelle.

 

En définitif , L’Armée Centrafricaine, l’Otage Politique n’est pas seulement un cri d’alerte ; c’est aussi un appel à l’action pour tous les Centrafricains. C’est un plaidoyer pour que la nation transcende les clivages politiques et redonne à son armée la place et le respect qu’elle mérite. Cet ouvrage, par son analyse pénétrante et ses propositions concrètes, s’avère un incontournable pour quiconque souhaite comprendre les enjeux de la sécurité en République Centrafricaine.

 

Par Gisèle MOLOMA

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Licencié par le DG de l’ONASPORT, sa fille de 14 ans interpelle Touadera et Doneng

Licencié par le DG de l’ONASPORT, sa fille de 14 ans interpelle Touadera et Doneng

 

Jeune fille en larmes tenant son petit frère, lisant une lettre de licenciement, en appelle à l’aide auprès du président et du ministre de la jeunesse en Centrafrique.
Confrontés à la précarité économique, les enfants de Monsieur Crépin cherchent du soutien au plus haut niveau, témoignant de la résilience face à l’adversité. La jeune fille, en pleurs, symbolise la lutte des nombreuses familles touchées par le chômage en temps de crise.

 

Bangui, 08  mai 2024 (CNC)

Quand la justice se tait, les cris des opprimés résonnent dans le vide. Mais quand l’injustice frappe à notre porte, où se tourner pour trouver réparation ? Cette question hante désormais la famille de Monsieur Crépin LOMBET Ouvrier, licencié injustement par le Directeur Général de l’ONASPORT, Monsieur Hervé Sévérin Lidamon. Dans un geste désespéré, sa fille de 14 ans se dresse devant l’oppression et interpelle directement le chef de l’État, Faustin Archange Touadera, ainsi que son ministre des sports, le chef milicien Héritier Doneng.

 

Dans une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux, la famille de Monsieur Crépin LOMBET Ouvrier Jean a décidé de ne pas rester silencieuse face à cette injustice flagrante. Avec plus de 18 ans de service dévoué à l’ONASPORT, Monsieur Jean a été brutalement licencié, aux côtés de trois autres collègues, pour des raisons aussi fantaisistes que fallacieuses.

“On m’a licencié à cause de la vérité”, déclare-t-il avec amertume.

 

La fille de Monsieur Crépin LOMBET Ouvrier Jean prend courageusement la parole pour lire la lettre de licenciement, dévoilant au grand jour les motifs absurdes avancés par la direction générale de l’ONASPORT. Des accusations de comportement récidiviste, de propos tendant à l’ordre, et même de manque de respect envers la hiérarchie sont proférées sans fondement solide. Le licenciement immédiat, sans préavis ni indemnité, est asséné tel un coup de massue, plongeant la famille dans l’incertitude et le désarroi.

 

À travers les mots de sa fille, Monsieur Crépin Ouvrier  voit son avenir s’assombrir. C’est grâce à son labeur acharné qu’il a pu offrir à sa fille une éducation dans des établissements scolaires privés. Mais maintenant, qu’en sera-t-il de ses rêves et de ses ambitions? Cette question, brûlante d’urgence, résonne dans l’esprit de tous ceux qui ont été témoins de cette injustice.

 

La mère de famille, prenant à son tour la parole, dévoile une autre facette poignante de cette tragédie. Enceinte et sur le point d’accoucher, elle clame que ce que Monsieur Lidamon a fait à son mari, c’est Dieu qui le jugera. Les conséquences de ses actes retentiront bien au-delà des murs de l’ONASPORT.

 

En guise de conclusion, Monsieur Crépin LOMBET Ouvrier  Jean adresse un message direct à Lidamon, lui signifiant que son enfant à naître portera son nom, une façon de rappeler à sa famille et au monde entier que l’homme responsable de leur désespoir ne sera pas oublié.

 

Dans cette lutte pour la justice, la famille de Monsieur Crépin LOMBET Ouvrier  Jean se tourne vers les plus hauts échelons du pouvoir, implorant l’intervention de Touadera et Doneng pour réparer cette injustice criante. Car lorsque les voies de la justice semblent obstruées, il reste toujours l’espoir que la lumière de la vérité perce les ténèbres de l’oppression.

 

Par Gisèle MOLOMA

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Projet CENI : La Crise Silencieuse des Salaires Impayés

Projet CENI : La Crise Silencieuse des Salaires Impayés

Photo de groupe des membres de la coordination et des staffs de terrain du projet SENI PLUS, rassemblés pour une formation à Bambari.
Équipe du projet SENI PLUS à Bambari lors d’une importante session de formation destinée à renforcer les compétences et l’efficacité du travail sur le terrain. Cette rencontre souligne l’importance de la formation continue et de l’unité parmi les membres du projet pour atteindre leurs objectifs communs.

 

Bangui, 07  mai 2024 (CNC)

Quand le silence rime avec souffrance : derrière le projet CENI, une crise silencieuse bouleverse la vie des personnels depuis quelques mois. Dévoués et engagés, ces travailleurs endurent désormais les affres d’arriérés de salaire qui s’accumulent. Depuis des mois, leur quotidien est un combat pour la survie, marqué par l’incertitude et l’angoisse d’un avenir financier incertain.

 

Au fin fond des différents districts sanitaires, loin de l’agitation de Bangui, la réalité des personnels du projet SENI PLUS est marquée par un silence assourdissant. Chaque jour, ils s’efforcent de fournir des soins essentiels à des citoyens dans certaines villes de provinces, malgré le poids croissant de leurs propres difficultés. L’absence de salaire transforme leurs nobles missions en véritables parcours de combattant.

 

Jean De Dieu, un infirmier de quarante ans, raconte comment la situation a bouleversé sa vie : “Je me suis engagé dans ce projet SENI qui dit en sango santé pour faire la différence. Mais aujourd’hui, l’ironie du sort, je me bats encore pour me nourrir, mais également nourrir ma famille qui est actuellement loin de moi, Actuellement, je totalise en tout 3 mois d’arriéré de salaire, et je ne sais quoi faire ”. Sa voix trahit une fatigue profonde, celle d’un homme poussé à ses limites. Comme lui, d’autres personnels partagent des récits similaires, des histoires de loyers impayés et de tables parfois vides, des fêtes du travail passées sans festivités ni réconfort.

 

Les implications de cette crise des arriérés de salaire vont au-delà des difficultés individuelles ; elles menacent la pérennité du projet lui-même. Des personnels découragés commencent à envisager d’autres horizons, moins précaires, quitte à abandonner une vocation qui fut jadis leur fierté. L’ironie de la situation réside dans le fait que ces mêmes travailleurs, essentiels à la lutte contre les maladies et à la promotion de la santé publique, sont aujourd’hui les victimes d’un système qui semble les oublier.

 

La situation requiert une intervention urgente. La résolution de ces problèmes de paiement ne constitue pas seulement un acte de justice mais est essentielle pour maintenir l’élan du projet SENI PLUS. Il est impératif que les autorités prennent des mesures concrètes pour remédier à cette situation, afin que ces dévoués professionnels de la santé puissent continuer à œuvrer sans le fardeau de l’incertitude financière.

 

Dans ce récit de sacrifice et de désespoir, la crise silencieuse des salaires impayés au sein du projet CENI interpelle sur la valeur que nous accordons à ceux qui sont en première ligne. Reconnaître leur travail et les rémunérer équitablement n’est pas seulement une question de morale; c’est un pilier fondamental sur lequel repose la santé de toute une nation.

 

Par Gisèle MOLOMA

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

La Crise de la Monnaie à Kaga Bandoro : Entre Réjection et Rareté

La Crise de la Monnaie à Kaga Bandoro : Entre Réjection et Rareté

 

Pièce de 500 Francs CFA avec le portrait de Barthélemy Boganda de la Banque des États de l’Afrique Centrale à droite, et une pièce symbolique de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest à gauche
Voici deux pièces de 500 Francs CFA, chacune émise par une banque centrale différente en Afrique. La pièce de droite, frappée par la Banque des États de l’Afrique Centrale, rend hommage à Barthélemy Boganda, tandis que celle de gauche, issue de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest, célèbre l’unité et la liberté à travers une représentation allégorique. CopyrightCNC

 

 

Bangui, 09 mai 2024 (CNC)

Pourquoi certains billets de banque sont-ils rejetés par les consommateurs même quand ils sont légalement en circulation ? À Kaga Bandoro, dans la préfecture de Nana Gribizi, un phénomène étrange perturbe le quotidien des commerçants et des acheteurs. Les billets de 500 francs et les pièces de 100 francs, bien que valides, sont souvent refusés par les clients. Cette réticence mystérieuse à accepter certaines coupures pose une question fondamentale sur la confiance et la praticité de la monnaie fiduciaire dans la région.

 

Le problème n’est pas seulement local. La rareté de monnaie est un phénomène observé dans tout le pays, même dans la sous-région, exacerbé ici à Kaga-Bandoro par un rejet spécifique qui semble se propager. Quelles en sont les origines ? Les réponses sont variées mais pointent toutes vers une crise de confiance exacerbée par des rumeurs ou des malentendus sur la valeur ou l’acceptabilité des billets et pièces.

 

Devant cette situation, le rôle du gouvernement et de la Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC) devient crucial. Une intervention pourrait impliquer la sensibilisation sur la légitimité des coupures en question et sur la nécessité d’une circulation fluide de toutes les formes de monnaie. Parallèlement, un renouvellement des billets usés et une clarification des politiques monétaires pourraient aider à restaurer la confiance.

 

Mais la solution pourrait également nécessiter une approche plus innovante. Dans un monde qui avance vers la digitalisation, des alternatives telles que les paiements mobiles pourraient être promues, même dans des régions moins desservies par l’électricité et les infrastructures bancaires, grâce à des technologies adaptées aux conditions locales.

 

Cette crise monétaire à Kaga Bandoro n’est pas juste une anomalie économique; elle est révélatrice des défis que rencontre la BEAC dans sa mission de stabilisation monétaire. Alors que le refus persiste, les commerçants et les clients de Kaga Bandoro continuent de naviguer dans cette incertitude, espérant une résolution qui rétablira non seulement la fluidité monétaire mais également la confiance dans le système économique de la région.

 

Par :Nicaise Baïpou

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

 

Sensibilisation des militaire à Bouar : Un pas vers la résolution des bavures

Sensibilisation des militaire à Bouar : Un pas vers la résolution des bavures

 

Patrouille des forces de sécurité intérieure avec leur allié à Bouar.
Patrouille des forces de sécurité intérieure avec leur allié à Bouar.

 

 

Bangui, 09 mai 2024 (CNC)

À Bouar, située dans la préfecture de la Nana-Mambéré, les récentes bavures militaires causent des profondes inquiétudes. Pour y faire face, la cour d’appel, soutenue par la MINUSCA, a lancé une campagne de sensibilisation pour les militaires de la garnison du Nord-Ouest.

 

Déroulement de la campagne….

 

Une centaines des soldats des Forces Armées Centrafricaines a participé à cette sensibilisation, qui visait à les informer sur le code de justice militaire, souvent méconnu et source de violations des droits de l’homme.

 

Roger Pusinga, vice-président du tribunal militaire permanent, explique :

“Quand nos militaires et les forces de sécurité intérieure sont en mission ou en permission, il arrive qu’ils commettent des exactions envers la population civile, qu’ils sont censés protéger”.

 

Clara Guidimont, gendarme de première classe, renchérit :

“Nous avons sensibilisé certains collègues qui ignoraient l’existence du code de justice militaire. Il est crucial qu’ils soient conscients des infractions qu’ils pourraient commettre”.

 

Réactions de la communauté….

 

La communauté locale aspire à une coexistence pacifique avec les forces armées pour favoriser la paix dans la localité. Martin Vita, responsable local de la société civile, partage ses espoirs :

“Ils sont là pour nous aider, pour intervenir lors de conflits. Mais certains comportements sont inacceptables et doivent cesser”.

 

La population souhaite que de telles initiatives de sensibilisation deviennent régulières pour apaiser les tensions entre les militaires et les communautés locales. Le Code de justice militaire, adopté en 2017, est un outil essentiel pour combattre les violations des droits de l’homme.

 

Cette campagne est un pas important pour réduire les bavures à Bouar, en améliorant la connaissance du cadre légal chez les militaires et en promouvant un respect mutuel entre les forces de l’ordre et les citoyens.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Fermeture des portes de la Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation

Fermeture des portes de la Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation

 

Maître Marie-Edith Douzima
Maître Marie-Edith Douzima. CopyrightRNL

 

 

Bangui, 09 mai 2024 (CNC)

 La Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation (CVJRR) a vu ses portes fermées par les forces de sécurité la semaine dernière. Cet événement surprenant stoppe les préparatifs des premières audiences publiques de l’organisation, des moments importants pour écouter les victimes de conflits. Ces réunions devaient se tenir après des sessions à Boussamwa-dong-loa et des retards accumulés à Bammingi-Bangoran.

 

La présidente de la CVJRR a partagé au téléphone que l’institution n’a reçu aucune explication avant cette fermeture. Vendredi, alors que les commissaires étaient au travail, les forces de l’ordre ont arrivé sans prévenir pour fermer les portes. Ils ont indiqué que cette décision venait de hauts responsables du pays. Cette affirmation a été confirmée par le premier vice-président et d’autres commissaires de cette institution.

 

Les victimes, directement touchées par cette décision, expriment leur inquiétude. Elles craignent que cet incident ne retarde encore plus l’organisation des audiences, une étape clé pour leur réparation. Ces audiences sont essentielles car elles permettent aux victimes de partager leurs expériences et de commencer à guérir les plaies du passé.

 

La fermeture des portes de la CVJRR s’est produite juste avant la neuvième journée nationale des victimes, qui est célébrée le 11 mai chaque année.

Rappelons que la CVJRR, établie en 2020 à côté de la Cour pénale spéciale, a pour but de promouvoir la réconciliation et la paix à travers une justice adaptée aux transitions du pays.

 

La situation actuelle soulève des questions sur la capacité de l’institution à fonctionner sans interférence et à maintenir son rôle de facilitateur entre les victimes et la justice. Il est crucial que les autorités clarifient les raisons de cette fermeture pour permettre à la commission de reprendre ses activités importantes.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Crise éducative à Gorongo-Mia : Un village en quête de solution

Crise éducative à Gorongo-Mia : Un village en quête de solution

 

École mixte de Dongbayéké à 10 kilomètres de Baboua, dans la Nana-Mambéré. CopyrightCNC
Image d’illustration d’une école en République centrafricaine. CopyrightCNC

 

 

Bangui, 09 mai 2024 (CNC)

 Pourquoi les bancs de l’école du village Gorongo-Mia restent-ils vides alors que les examens de fin d’année approchent ? À 35 kilomètres de Ndélé, cette question taraude les esprits des parents et responsables locaux. Depuis mars, les élèves de cette école rurale sont privés d’éducation suite au départ des trois mètres-parents, ces enseignants communautaires qui sont normalement soutenus par les contributions financières des parents d’élèves.

 

Habituellement, chaque famille participe avec une somme de 1500 francs CFA par mois pour rémunérer ces éducateurs. Cependant, un conflit financier a émergé suite à un mois d’indemnité impayée, causant une interruption complète des cours. Michel Mandago, chef de groupe d’Adomido, a pris l’initiative de comprendre les racines de cette crise. Après une visite sur le terrain, il explique :

 

« Au village Gorongo-Mia, depuis mars, les élèves ne vont pas à l’école. Les 3 mètres-parents ont cessé de dispenser les cours. Je suis informé de cette situation, raison pour laquelle j’ai fait une descente sur le terrain pour comprendre ce qui se passe. Interrogés, mes administrés m’ont dit qu’ils s’s’agit d’un problème financier et qu’ils ont déjà cotisé, mais ils manquent 5 000 francs pour atteindre le montant qu’ils donnent mensuellement aux mètres-parents. Malgré cet effort, ces mètres-parents n’ont pas accepté de revenir dans le village. J’en ai déjà parlé à l’inspecteur d’académie de Bamingui-Bangoran. Les élèves de l’école de la localité de Gorongo-Mia sont constamment à la maison. Donc, je demande au gouvernement et à ses partenaires de penser à nous en envoyant 2 ou 3 maîtres qualifiés pour sauver l’éducation des enfants », a déclaré monsieur Michel Mandago, chef de groupe du village  Adomido.

 

Malgré plusieurs tentatives de résolution, y compris la communication avec l’inspecteur d’académie de Bamingui-Bangoran, les portes de l’école restent closes. Les enfants, désœuvrés, perdent un temps précieux de leur parcours éducatif. Face à cette impasse, Michel Mandago lance un appel pressant : « Nos enfants sont privés d’éducation. Nous appelons le gouvernement et ses partenaires à intervenir en urgence pour nous envoyer deux ou trois maîtres qualifiés. C’est crucial pour l’avenir de nos jeunes.».

 

Cet appel marque l’urgence de soutenir l’éducation dans les zones rurales, où les défis financiers et logistiques peuvent souvent entraver l’accès à un enseignement de qualité.

 

Moïse Banafio

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

L’Affaire du Stagiaire Douanier  Bossokombo Josias : Chronique d’une Vidéo sex-tape Virale sur les réseaux sociaux

L’Affaire du Stagiaire Douanier  Bossokombo Josias : Chronique d’une Vidéo sex-tape Virale sur les réseaux sociaux

 

Stagiaire Douanier Bossokombo Josias
Le Stagiaire Douanier Bossokombo Josias, impliqué dans une affaire de sextape

 

 

Bangui, 07 mai 2024 (CNC)

Plongeons dans les méandres tumultueux de l’affaire qui a secoué plus d’un sur les réseaux sociaux centrafricains. Au cœur de cette chronique palpitante se trouve un stagiaire douanier du nom de Bossokombo Josias dont la vidéo virale a mis en lumière les défis de la cyberculture et de la maladie mentale. Découvrons ensemble les rebondissements captivants de cette saga moderne, où les frontières entre la vie privée et la vie publique s’effacent devant la puissance des réseaux sociaux.

 

Dans les rues méconnaissable  et poussiéreuses de Bangui à Bimbo, où elles sont parsemée de nids-de-poule profonds qui ponctuent chaque kilomètre, une histoire captivante se déroule sous nos yeux, mettant en scène un protagoniste inattendu : un stagiaire douanier du nom de Bossokombo Josias, résident de Bimbo. Sa vidéo virale a déclenché une série d’événements choquants, révélant les fissures de la société moderne. Plongeons dans les détails de cette chronique saisissante, où la technologie défie les frontières de la morale et de l’éthique.

 

Tout a commencé lorsque la vidéo compromettante du stagiaire avec une mineure de moins de 16 ans a fait surface sur les réseaux sociaux, exposant des moments intimes que beaucoup appellent cela de la pédophilie, mais qui auraient dû rester privés. Dans cette vidéo, le stagiaire portait un treillis  militaire, probablement de la douane. Son visage, clairement identifiable, a été diffusé à travers les quartiers de Bangui, suscitant l’indignation et la curiosité des banguissois. Rapidement, l’affaire est devenue virale, attirant l’attention des internautes centrafricains et des médias nationaux.

 

Pourtant, derrière chaque clic et chaque partage se cachent des questions profondes sur la culture des réseaux sociaux et la responsabilité individuelle. Certains ont pointé du doigt le stagiaire pour son manque de jugement et son comportement irresponsable, tandis que d’autres ont remis en question l’impact des médias sociaux sur notre société.

 

En effet, certains observateurs ont soulevé la possibilité d’un problème mental sous-jacent chez le stagiaire. Ils s’interrogent sur les défis auxquels il pourrait être confronté dans son métier et sur son poste en raison de problèmes psychologiques. Comment quelqu’un peut-il se permettre de partager publiquement sa propre vidéo aussi intime  avec des mineures ? C’est une question qui soulève des inquiétudes quant à la santé mentale et à la stabilité émotionnelle du stagiaire.

 

Au cœur de cette saga se trouve donc un dilemme moral et psychologique : jusqu’où la vie privée peut-elle être compromise au nom de la viralité en ligne ? Alors que le débat fait rage, le stagiaire et ceux qui l’entourent sont confrontés à des conséquences personnelles et professionnelles. Pourtant, au-delà du scandale, cette affaire soulève des questions plus larges sur la façon dont nous naviguons dans le paysage numérique en constante évolution.

 

En fin de compte, l’affaire du stagiaire douanier est bien plus qu’un simple fait divers ; elle est le reflet des défis auxquels est confrontée notre société dans l’ère numérique. Alors que nous nous efforçons de trouver un équilibre entre la connectivité et la protection de la vie privée, cette chronique nous rappelle l’importance de la prudence et du respect dans un monde où chaque clic peut avoir des répercussions inattendues.

 

Par Alain Nzilo

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Les heures sombres de la Nana-Bakassa : Couvre-feu et chicotte des Wagner

Les heures sombres de la Nana-Bakassa : Couvre-feu et chicotte des Wagner

 

 

Deux mercenaires russes de Wagner occupant l'État major des rebelles en Centrafrique
Deux mercenaires de Wagner occupant le quartier général des rebelles en Centrafrique

 

Bangui, 08 mai 2024 (CNC)  

 “La liberté est le droit de faire tout ce que les lois permettent,” écrivait Montesquieu. Or, à Nana-Bakassa, ce principe semble s’effondrer sous le poids d’un couvre-feu sévère imposé par le sous-préfet Jérôme Gouma. Dès huit heures, les rues de la ville tombent sous le silence de la répression, les cris des habitants résonnant contre les chicottes des mercenaires de Wagner. Cette mesure, loin de garantir la sécurité, inspire terreur et méfiance parmi les citoyens.

 

Le sous-préfet Jérôme Gouma, un homme à la gouvernance controversée, s’appuie sur des mercenaires russes du groupe Wagner pour maintenir ce qu’il qualifie d’« ordre nécessaire ». Ces hommes, devenus ses instruments de contrôle, imposent une loi martiale non officielle, chassant femmes et enfants des rues à la nuit tombée sous la menace de la chicotte.

 

Ainsi, chaque 18 heures, à Nana-Bakassa, dès que l’horloge sonne, le sous-préfet Jérôme ordonne à ses mercenaires du groupe Wagner de faire respecter un couvre-feu strict qu’il a imposé. Les hommes de Wagner patrouillent alors dans les ruelles, forçant tout le monde à rentrer chez soi. Avec leurs chicottes en main, ils n’hésitent pas à user de violence pour chasser les retardataires. Des cris et le bruit des coups résonnent dans la nuit noire, poussant les habitants à se précipiter vers la sécurité de leurs foyers avant que les rues ne tombent entièrement sous le silence imposé.

 

Par ailleurs, dans cette préfecture, un motel construit à l’origine par une organisation non gouvernementale pour des besoins communautaires a été usurpé par le sous-préfet. Le bâtiment est désormais sa résidence privée, et aussi une source de son revenus supplémentaires, car Jérôme Gouma le loue au détriment de la communauté qui en était le destinataire initial.

 

Mais ce n’est pas tout. Une fontaine, autrefois érigée par une ONG pour offrir un accès libre à l’eau potable à la population, est aujourd’hui contrôlée par le même sous-préfet Jérôme Gouma. L’eau, source de vie, est devenue une marchandise que Jérôme vend au plus offrant, privant ainsi ses administrés d’un droit fondamental.

 

Il convient de noter que les actions du sous-préfet Jérôme Gouma à Nana- Bakassa soulèvent des questions cruciales sur la légitimité de son pouvoir et les limites de l’autorité en temps de crise. Entre gestion sécuritaire et exploitation ouverte, où doit-on vraiment tracer la ligne ? Nana-Bakassa reste une énigme, un coin sombre de la République centrafricaine où la lumière de la justice peine encore à percer.

 

Par Arsène Féimonazoui

 

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

 

L’ombre de la manipulation politique plane sur le mandat d’arrêt de la CPS contre François Bozizé

L’ombre de la manipulation politique plane sur le mandat d’arrêt de la CPS contre François Bozizé

 

Le général François Bozizé, ancien Président de la République centrafricaine
Le général François Bozizé, ancien Président de la République centrafricaine

Bangui, 08 mai 2024 (CNC)  

 Le mandat d’arrêt émis par la Cour pénale spéciale contre l’ancien président François Bozizé continue de susciter une polémique intense en Centrafrique.

 

Quand la justice devient l’outil d’une stratégie politique, le scepticisme s’installe. C’est le sentiment dominant parmi de nombreux Centrafricains après la récente décision de la Cour pénale spéciale de lancer un mandat d’arrêt fantaisiste contre François Bozizé, ancien président et actuellement en exil en Guinée-Bissau. Accusé de divers crimes, Bozizé est perçu non seulement comme une menace dissipée, mais aussi comme une figure de proue dans un jeu d’échecs politique plus large orchestré par l’administration actuelle du président Faustin-Archange Touadera.

La majorité de la population perçoit ce mandat comme un mouvement stratégique visant à diviser et régner, impliquant des manœuvres pour manipuler les sentiments ethniques et politiques. « Pendant que de vrais criminels défilent librement devant nos yeux, la Cour s’acharne sur un homme isolé et apparemment impuissant hors du pays», partage Mélanie, une habitante de Bangui.

Pour les centrafricains, l’accusation porte l’empreinte de la politique, avec des implications profondes non seulement pour Bozizé mais aussi pour le tissu socio-politique de la Centrafrique.

Toutefois, dans un texte virulent publié sur les réseaux sociaux, Fidèle Gouandjika, ministre conseiller spécial de Touadera, accuse l’Occident, particulièrement la France, de fomenter des troubles en insistant sur le retour de Bozizé pour qu’il soit jugé. Selon lui, ceci est une tentative de déstabilisation masquée, alors que le vrai danger, comme il l’affirme, serait les actions des puissances étrangères qui perpétuent des crimes de guerre ailleurs sans répercussions.

« LES CRIMES DE GUERRE ET CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ SE FONT TOUS LES JOURS À CIEL OUVERT ET EN DIRECT À LA TÉLÉVISION EN EUROPE ET AU MOYEN ORIENT. ALLEZ ARRÊTER CES CRIMINELS LÀ-BAS VITE AVANT QUE NE S’ÉCLATE LA TROISIÈME GUERRE MONDIALE», clame Gouandjika dans un message incendiaire partagé sur les réseaux sociaux.

Cependant, l’inquiétude de Fidèle Gouandjika: Une affaire personnelle autant que politique

En effet, le mandat d’arrêt contre l’ancien président François Bozizé, lancé par la Cour pénale spéciale, suscite également l’inquiétude du ministre conseiller Fidèle Gouandjika, un frère, beau-père et allié de Faustin Archange Touadera . Pour avoir une idée sur ses réaction, il est aussi important de comprendre que cette affaire plonge ses racines dans un passé politique tumultueux où Faustin Archange Touadera, le président actuel, occupait le poste de Premier ministre sous la présidence de Bozizé. À cette époque, Touadera était lui-même impliqué dans plusieurs affaires controversées, y compris des exécutions extrajudiciaires. Gouandjika craint que l’examen minutieux des actions passées de Bozizé n’entraîne une réévaluation des responsabilités de Touadera dans ces mêmes événements. Cette situation pourrait potentiellement exposer des vérités inconfortables sur le rôle de Touadera et par ricochet, menacer la stabilité de l’administration actuelle.

Par ailleurs, Fidèle Gouandjika, dans ses fonctions de ministre et porte-parole sous le régime de François Bozizé, était au cœur des opérations gouvernementales, connaissant intimement les détails et les décisions prises à l’époque. Sa profonde implication personnelle dans les affaires de l’État lui confère une perspective unique et, potentiellement, des responsabilités dans les mêmes dossiers scrutés aujourd’hui par la cour pénale spéciale. C’est en partie pour cette raison que Gouandjika a lancé une déclaration puissante sur les réseaux sociaux, tentant de contrôler le récit et de détourner l’attention du public des actions passées qui pourraient éclabousser de nombreuses figures politiques actuelles, y compris lui-même. Sa déclaration cherche à déplacer le focus vers des cibles externes et à minimiser la portée des enquêtes qui pourraient remettre en question la légitimité de leur gestion passée et présente du pouvoir.

 


Dans cette ambiance chargée, la question demeure : la justice peut-elle réellement être impartiale dans un contexte si politiquement chargé? Alors que les tensions montent, les yeux restent rivés sur l’évolution de cette affaire, qui pourrait soit éroder davantage la confiance dans les institutions nationales, soit ouvrir la voie à un nouvel ordre de responsabilité et de réconciliation.

 

Par Alain Nzilo

 

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Le maire de la ville de Sido arrêté par les Wagner

Le maire de la ville de Sido arrêté par les Wagner

 

pancarte de la ville de Moyenne Sido

 

 

Bangui, 01 janvier 2024 (CNC) –…

 Dimanche dernier, la tranquillité de la ville de Sido, à la frontière avec le Tchad,  a été brisée par l’effroyable écho des arrestations menées par les impitoyables criminels mercenaires russes du groupe Wagner. Tout a commencé avec l’arrestation spectaculaire du commandant de brigade de la gendarmerie locale, plongeant la ville dans un tourbillon d’interrogations et de spéculations. Mais ce n’était que le début d’une série d’événements saisissants.

 

Quelques heures seulement après cette première prise, un autre coup de tonnerre a ébranlé les rues de Sido : le maire de la ville lui-même a été appréhendé par ces mêmes hommes de main russes. Les accusations étaient graves : implication présumée dans la sponsorisation et le soutien des activités criminelles qui gangrènent la localité.

 

Des sources locales, interrogées par la rédaction du CNC, affirment qu’un réseau de jeunes présumés délinquants, responsables de multiples actes de braquage et d’assassinat le long de l’axe Moyenne Sido-Kabo, a été démantelé par les mercenaires russes du groupe Wagner.  Lors de L’intervention de ces derniers, deux membres de ce groupe ont été arrêtés, tandis qu’un troisième a trouvé la mort lors de sa tentative de fuite, abattu sans sommation.

 

Les deux individus capturés sont actuellement détenus dans les locaux de la base russe de Moyenne Sido, mais leur destin semble tragiquement scellé. Avant même leur jugement, ils ont été soumis à des sévices inhumains, forcés de divulguer des noms fictifs de complices, de commanditaires et de soutiens financiers. C’est ainsi que le nom du maire de Sido et celui du commandant de brigade ont été mis en lumière, les accusant de complicité avec les criminels.

 

Ainsi, après leur arrestation, le commandant de brigade et le maire de Sido ont été transférés lundi dernier vers Kaga-Bandoro.

 

Jules Borohi

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Le Mensonge d’État : Les Miliciens AZANDE et le Stratagème de Wagner

Le Mensonge d’État : Les Miliciens AZANDE et le Stratagème de Wagner

 

Les miliciens AZANDE ANI KPI GBE de Obo en formation par des mercenaires russes de la société Wagner sur le terrain de l'église catholique d'Ob.
Les miliciens AZANDE ANI KPI GBE de Obo en formation par des mercenaires russes de la société Wagner sur le terrain de l’église catholique d’Ob.

 

 

Bangui, 08 mai 2024 (CNC)  

 Si la paix n’a pas de prix, vous ne mesurez pas que dans notre pays, nous aspirons à la paix, » affirme Maxime Balalou, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement. Ces mots ont résonné lors d’une conférence de presse, présentant la prétendue incorporation des éléments de la milice AZANDE ANI KPI GBE comme un pas vers la réconciliation. Toutefois, les coulisses de cette déclaration dépeignent un scénario bien différent, teinté de manipulations et de fausses promesses.

 

Les Réalités Dissimulées derrière les Promesses de Paix

 

Un Discours Apaisant en Surface seulement.  Balalou a mis en avant le désir du gouvernement de parvenir à la paix, invoquant l’Accord de Paix et de Réconciliation en République Centrafricaine (APPR-RCA) comme fondement de cette intégration. Selon lui, certains combattants ont choisi de renoncer à la violence pour rejoindre le processus de Désarmement, Démobilisation, Réintégration et Rapatriement (DDRR).

 

 

Un premier pas vers le mensonge :la Réalité sur le Terrain

 

Avant même l’annonce de leur formation militaire par le groupe Wagner, les représentants des miliciens Azandé ont été invités à une réunion avec le ministre de la Défense à Obo. Là, le sujet brûlant du désarmement a été abordé, une étape essentielle selon les accords de paix de Khartoum, APPR-RCA. Cependant, face à la demande de renoncer à leurs armes, les miliciens ont émis un refus catégorique. Leur condition était claire : aucun désarmement sans le retrait des rebelles de l’UPC de leur territoire. Cette ferme opposition met en lumière le mensonge du porte-parole du gouvernement qui a affirmé lors de son point de presse que certains combattants ont choisi de renoncer à la violence pour rejoindre le processus de Désarmement, Démobilisation, Réintégration et Rapatriement (DDRR).

 

 

La Transformation en Wagner Ti Azandé

 

Un  mois seulement après la formation de la première vague des miliciens Azandé par les mercenaires russes sur le terrain de l’église catholique à Obo, les représentants de cette milice ont rebaptisé leur mouvement « Wagner ti Azandé ». Ils ont trouvé un nouveau rôle sous la tutelle des mercenaires russes. Ces derniers, cherchant à renforcer leur présence dans le pays sans augmenter directement leurs effectifs, ont opté pour une stratégie de supplétifs. Ainsi, les miliciens AZANDE ont été rebaptisés Wagner T. Azandé, formés spécifiquement pour devenir des forces auxiliaires dans les opérations de Wagner. Ce changement de nom et de fonction illustre non seulement une incorporation factice mais aussi une militarisation continue sous un nouveau drapeau, exactement comme ils l’ont fait avec les ex-rebelles de l’UPC désarmés dans la Ouaka.

 

Une dichotomie troublante du gouvernement…

 

Le discours de Balalou et les actions du gouvernement créent une dichotomie troublante. D’un côté, il y a des discours sur la paix et la réconciliation, et de l’autre, des actes qui alimentent la guerre et le conflit sous couvert de stratégies géopolitiques. Cette approche a des répercussions directes sur la sécurité et la stabilité de la région, poussant les miliciens à agir non pas comme des agents de paix, mais comme des mercenaires dans une guerre qui n’est pas la leur.

 

L’analyse des événements autour de la prétendue incorporation des miliciens AZANDE dans les forces armées met en lumière une série de mensonges et de manipulations. Ce que le gouvernement présente comme une intégration dans les FACA n’est, en réalité, qu’une façade pour des opérations militaires élargies, avec des implications profondes pour la paix future de la République Centrafricaine. La route vers la paix véritable semble encore semée d’embûches, et les déclarations de paix du gouvernement, malheureusement, semblent être juste un autre voile qui cache la préparation à la guerre.

 

Par Alain Nzilo

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

La chute de l’Empire du Crime à l’Aéroport International de Bangui

La chute de l’Empire du Crime à l’Aéroport International de Bangui

 

Monsieur Armand GRAH, Président du conseil d'administration de la société International Technology Handling Service (ITHS), portant une veste grise avec une cravate raillée sur fond blanc
Monsieur Armand GRAH, Président du conseil d’administration de la société International Technology Handling Service (ITHS),

 

 

Bangui, 08 mai 2024 (CNC

 Dans les couloirs labyrinthiques de l’aéroport international Bangui-Poko, autrefois régnait un empire obscur, dirigé par un nom redouté : Armand Grah, le baron mafieux ivoirien. Mais comme dans tout récit de crime et de châtiment, la justice finit toujours par frapper.

 

L’Agence nationale de l’Aviation civile (ANAC) a finalement tranché le nœud gordien en rompant le contrat de gestion avec l’entreprise ITHS, dont les couloirs étaient jusqu’alors infestés par les pratiques douteuses et l’incompétence flagrante. Les raisons ? Une dégradation alarmante de la qualité de service, une main-d’œuvre non qualifiée, et surtout, l’absence cruelle de licence d’exploitation.

 

Selon les hauts responsables de l’ANAC, la gestion chaotique de l’ITHS mettait en péril la sûreté aéroportuaire, une situation que déplorait fortement le directeur général de l’ANAC.

 

Après quinze longs mois d’asservissement sous le joug de l’ITHS, l’aéroport a finalement retrouvé une lueur d’espoir avec le retour en grâce de son ancien gardien, AHS. Connu pour son expertise, AHS avait déjà veillé sur Bangui-Poko de 2009 à 2022, avant d’être écarté.

 

Le Colonel François Follot, directeur général de l’ANAC, éclaire les démarches entreprises : “Il y a des étapes cruciales dans la certification. L’ITHS n’a jamais franchi les épreuves requises, bloqué à mi-chemin dans un dédale de documents manquants et de pratiques illégales”.

 

Les ombres du passé ne se dissipent pas si facilement. Les arcanes financiers de l’ITHS révèlent des dettes impayées, des équipements défectueux, et des menaces pesantes sur l’avenir du pays. Air France, autrefois un fidèle visiteur des cieux de Bangui, avait déjà abaissé ses ailes en signe de protestation contre l’insalubre gestion de l’ITHS.

 

Les nouveaux horizons s’ouvrent avec la décision ferme des autorités aéroportuaires de se conformer aux normes internationales de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI). La route vers la rédemption est longue, mais le ciel de Bangui s’éclaircit enfin, libéré des ténèbres de la corruption et de l’incompétence.

 

Dans l’épopée mouvementée de l’aéroport international de Bangui, un chapitre se ferme tandis qu’un autre commence, porteur d’espoir et de renouveau.

 

Par D. Y. Ibrahim.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

Un Tournant Historique : Radio Ndékè – Luka Brise le Silence sur Wagner

Un Tournant Historique : Radio Ndékè – Luka Brise le Silence sur Wagner

 

Dmitry Sitiy (au centre), fondateur de la société minière Lobaye Invest et placé sous sanctions du Trésor américain pour ses liens présumés avec le groupe Wagner, entouré de députés centrafricains sur les marches de l'Assemblée nationale à Bangui le 15 octobre 2021. - AFP
Dmitry Sitiy (au centre), fondateur de la société minière Lobaye Invest et placé sous sanctions du Trésor américain pour ses liens avec le groupe Wagner, entouré de députés centrafricains sur les marches de l’Assemblée nationale à Bangui le 15 octobre 2021. – AFP

 

 

Bangui, 08 mai 2024 (CNC)  

 La vérité, aussi dérangeante soit-elle, doit être dite.

 

Dans un geste audacieux, Radio Ndékè – Luka a récemment rompu son silence sur un sujet sensible : le groupe Wagner. Cette radio, connue pour sa prudence en matière de sécurité de ses journalistes, avait évité de prononcer le nom de Wagner, préférant adopter la terminologie du gouvernement qui les désignait comme de simples “instructeurs russes”.

 

Cependant, une déclaration de la radio ce mardi 7 mai 2024 a marqué un tournant décisif. Pour la première fois, elle a clairement qualifié Dimitri Sitiy de responsable du volet militaire du groupe Wagner en RCA. Cela constitue un changement significatif dans la rhétorique de la station, qui a longtemps suivi la ligne du gouvernement.

 

Malgré les efforts du gouvernement pour nier la présence du groupe Wagner en RCA, les preuves s’accumulent. Wagner est devenu omniprésent, distribuant des t-shirts aux militaires, policiers et gendarmes, et même portés par des ministres conseillers. Malgré cela, le président Touadera et son gouvernement persistent à nier leur présence.

 

Cette prise de position courageuse de Radio Ndékè – Luka mérite d’être saluée. En brisant le silence sur Wagner, elle contribue à éclairer l’opinion publique sur une réalité souvent dissimulée. C’est un pas important vers une information plus transparente et équilibrée dans le paysage médiatique de la RCA.

Reste seulement à RNL de couvrir les informations des mercenaires russes dans le pays, soigneusement évitées par cette station radio.

 

Par Anselme Mbata

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Humanitaire

Société