Université de Bangui : entre le secrétariat général et le restaurant universitaire, Bertrand Kénguétona frappe partout

Publié le 19 juillet 2022 , 8:11
Mis à jour le: 19 juillet 2022 10:28

 

Rédigé par D. Y. Ibrahim

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le mardi 19 juillet 2022

 

Bangui (CNC) – Après la dénonciation faite  par les occupants de l’espace commercial de l’université de Bangui sur le racket dont ils sont victimes de la part du secrétaire général de l’université de Bangui, Docteur Bertrand Kénguétona, c’est le tour du personnel du restaurant universitaire d’en faire de même. Leur témoignage fait mal au cœur et suscite l’indignation de certains étudiants.

Bertrand Kénguétona, président du Comité Local de la JEA de l'EEF Cité des Martyrs et Secrétaire Général de l’université de Bangui
Bertrand Kénguétona, président du Comité Local de la JEA de l’EEF Cité des Martyrs et Secrétaire Général de l’université de Bangui

 

Si monsieur Bertrand Kénguétona, un croyant, chef des flambeaux de son état et très respecté de son Église des Frères de la cité des Martyrs au quartier Miskine, se donne à cœur joie de racketter de l’argent aux mains des occupants de l’espace commercial de l’université de Bangui, au restaurant universitaire. Ce n’est pas le cas.

Au restaurant universitaire...

En effet, dans les années 80, afin de répondre  au besoin de restauration  des étudiants de l’université de Bangui,  un restaurant universitaire avait été créé, permettant aux étudiants  d’accéder chaque jour à un repas équilibré pour un tarif social de 100 francs, puis 140 francs CFA ces dernières années. Malheureusement, cet établissement  public est devenu au fil des ans une vache à lait pour les différents Directeurs des œuvres universitaires.

Mais avec docteur Bertrand Kénguétona, nommé récemment secrétaire général de l’université de Bangui, la bataille de restaurant est devenue féroce.  Chaque jour qui passe, l’homme exige au personnel du restaurant de lui préparer son plat du jour.

Ainsi,  chaque matinée, un taxi-moto de Kénguétona arrive et se gare devant le restaurant universitaire pour récupérer le colis de son patron Kengs, dit-il, généralement composé entre autres d’un  paquet de baguettes de pain, d’un lot de poissons ou de morceaux de viande fraîche, de farine de manioc dans un sac Banko etc..

Et il n’est pas le seul.

Le Directeur des œuvres universitaires, lui-aussi, demande également sa part ainsi que d’autre personnel universitaire. Ce qui joue sur la quantité des repas réservésaux ayants-droits.

Mais ce qui est étonnant à Kénguétona, c’est qu’aucun de ses prédécesseurs n’a jamais fait ce genre de chose. Il est devenu malheureusement le premier secrétaire général de l’université de Bangui à se mêler des affaires du restaurant universitaire.

« Il se voit encore étudiant, membre de l’ANECA, pour demander sa part », déplore un étudiant.

Même à la faculté de sciences juridiques et de l’économie, certains se plaignent du comportement de monsieur Bertrand Kénguétona qui a imposé l’installation au couloir de ladite faculté de son très encombrant  photocopieur  payant  .

« L’homme veut faire de l’argent partout », s’alarme un secrétaire à la faculté de sciences juridiques.

Affaire à suivre ….

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher