Une attaque des mercenaires russes  sur des chantiers miniers à Kouki fait  des morts et des blessés

Publié le 21 avril 2022 , 8:07
Mis à jour le: 21 avril 2022 7:07

 

Rédigé par Prisca VICKOS

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le vendredi 22 avril 2022

 

Bangui (CNC) – Décidément, les hommes de Wagner ne sont pas près d’arrêter de commettre des exaction,  des pillages, de tortures et d’arrestations arbitraires sur la population civile. C’est d’ailleurs ce qui vient à nouveau de passer sur des chantiers miniers  à Kouki, une localité de la commune de la Nana-Bakassa, situer à environ 80 kilomètres au nord de la ville de Bossangoa sur l’axe Paoua.   

Une partie des victimes d'une attaque des mercenaires russes à Kouki
Une partie des images des victimes de l’attaque des mercenaires russes à Kouki

 

Débandade générale, assassinat  et torture

 

C’était la débandade générale à Kouki. C’est le sauve-qui-peut à l’arrivée des mercenaires de Wagner et des soldats FACA sur les chantiers miniers locaux. L’objectif principal est de contrôler violemment tous les sites miniers de la République centrafricaine au profit de la société de mafia russe Wagner.

C’est ainsi que les mercenaires russes, lourdement armés, avec l’appui des soldats FACA, ont mené une vaste opération militaire sur les chantiers aurifères  de Kouki. Plusieurs personnes ont été arrêtées, d’autres qui tentaient de fuir  ont été tout simplement abattues. Mais la scène la plus troublante est la violence faite sur les orpailleurs interpellés. Selon des témoins, les mercenaires russes ont attaché leurs victimes contre les arbres avant de les sauvagement torturer.

 

Les Organisations de droits de l’homme doit réagir

 

Pour de nombreux observateurs, cette nouvelle violence sur la population civile doit interpeller les organisations de droit de l’homme et de la société civile qui, en ce moment, sont  toutes terrorisées par les hommes de Wagner.

« C’est troublant. Avec de multiples exactions commises par les soldats FACA et les mercenaires russes sur la population civile, aucune organisation des droits de l’homme, encore moins la société civile ose les condamner. Elles ont toutes peur », s’alarme un étudiant centrafricain.

Il y’a lieu de rappeler que c’est d’abord par la voie militaire, à partir de 2018, que la société de mafia russe Wagner s’est positionnée en République centrafricaine, avant d’étendre ses filets aux sphères politiques, économiques et informationnelles.

 

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher