Sommet de l’Union Africaine à Malabo : l’UA condamne une nouvelle fois le recours aux mercenaires

Publié le 16 juin 2022 , 8:09
Mis à jour le: 16 juin 2022 1:24

 

Rédigé par Adama Bria

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le vendredi 17 juin 2022

 

Bangui (CNC) – Les chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine, réunis en session extraordinaire pour la Conférence sur le terrorisme et les changements anticonstitutionnels, du 25 au 28 mai, à Malabo, en Guinée équatoriale, ont publié une déclaration commune sans ambiguïté, que la Centrafrique ferait bien d’appliquer.

Sommet des chefs d'État de l'Union africaine en Éthiopie. CopyrightRFI
Sommet des chefs d’État de l’Union africaine en Éthiopie. CopyrightRFI

 

De nombreux pays africains sont confrontés au même défi des crises politico-militaires à répétition, du terrorisme, des rébellions, des coups d’état anticonstitutionnels. Comment faire face ? Comment « faire taire les armes en Afrique », pour reprendre les mots de la Déclaration de Johannesburg de décembre 2020 ?

Le sommet a réaffirmé les principes de la Charte de l’Union, sur la démocratie et la bonne gouvernance, et la nécessité commune de lutter contre les menaces terroristes, mais force est de constater que les dirigeants africains se sont trouvés bien en peine de proposer des solutions pérennes et concrètes aux crises qui nous touchent, hormis de belles déclarations d’intention. En revanche, ils se sont bien mis d’accord pour dénoncer les fausses solutions, les mauvais remèdes qu’il nous faut recracher comme les potions amères que nous vendent les charlatans sans scrupules.

Ainsi, l’assemblée de l’UA reconnaît officiellement que :

« La résurgence des changements anticonstitutionnels de gouvernement ; l’expansion de la menace du terrorisme et de l’extrémisme violent sur le continent, y compris l’afflux de combattants terroristes étrangers, de sociétés militaires privées et de mercenaires, la prolifération des groupes armés, ainsi que la criminalité transnationale organisée, ont un impact négatif sur la paix, la sécurité, la stabilité, la souveraineté et l’intégrité territoriale de certains Etats Membres. »

Plus loin, les chefs d’Etat réitèrent « l’appel au retrait immédiat et inconditionnel des combattants terroristes étrangers et des mercenaires du continent », et demandent « à la Commission d’accélérer la conclusion de la révision de la Convention de l’OUA sur les mercenaires. » Ils rejettent, enfin, « fermement l’ingérence extérieure dans les affaires intérieures de l’Afrique. »

Est-il possible d’être plus clair ? Que celui qui a des yeux, regarde ! La Centrafrique n’a pas besoin des mercenaires de Wagner ; elle n’a pas besoin de l’ingérence extérieure de la Russie, qui nous envoie sa « société militaire privée », dont l’impact susmentionné est reconnu négatif par tous les pays de l’Union. Le pays de Boganda ne doit plus être la risée de l’Afrique et mérite de retrouver sa dignité. Dans l’esprit de la Décennie Madiba Nelson Mandela pour la réconciliation en Afrique, il est temps que la Centrafrique se débarrasse de ces mercenaires de Wagner qui la maintiennent la tête sous l’eau, pour leur seul profit !

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher