Référendum de la honte : les Centrafricains face à l’intimidation et la menace du Président Touadera

Publié le 6 juillet 2023 , 7:25
Mis à jour le: 6 juillet 2023 6:22 pm

Référendum de la honte : les Centrafricains face à l’intimidation et la menace 

 

Le Président Touadera (à gauche), et le lieutenant-colonel Ange Gabriel Patassé (à droite)
Le Président Touadera (à gauche), et le lieutenant-colonel Ange Gabriel Patassé (à droite). Montage CNC

 

 

Bangui, 08 juillet 2023 (CNC) – Dans une déclaration aussi troublante qu’inquiétante, le lieutenant-colonel Ange Gabriel Patassé, complice zélé du régime de Touadera, a annoncé que tous les membres du comité de veille, créé dans les quartiers d’arrondissements de Bangui en vue de protéger les déroulements référendum constitutionnel contesté et illégal qui lui sont confiés, sont en formation militaire au camp Kassaï ou seront incorporer dans l’armée après ledit referendum. Cette révélation, faite lors d’une réunion de coordination du comité de veille sous sa présidence, soulève de graves préoccupations quant aux intentions réelles du Président Faustin Archange Touadera et de ses partisans.

 

Il est clair que l’objectif de cette manœuvre est de semer la terreur et d’intimider tous ceux qui s’opposent au référendum constitutionnel déjà rejeté par le peuple centrafricain. Cette tactique flagrante montre à quel point le régime est prêt à aller pour maintenir son emprise sur le pouvoir, même en recourant à des mesures militaires et à des moyens répressifs. Les Centrafricains doivent se demander si un gouvernement qui utilise de telles méthodes peut réellement prétendre représenter les intérêts du peuple.

 

La création d’un soi-disant comité de veille et la participation de leurs membres à une formation militaire ou la promesse de leur intégration dans l’armée, soulèvent des questions quant à la neutralité de ce référendum. Est-il vraiment destiné à recueillir l’opinion du peuple centrafricain ou s’agit-il simplement d’une façade pour imposer les volontés du régime en place ? Cette initiative douteuse et illégitime sape la confiance dans le processus démocratique et affaiblit la crédibilité du gouvernement.

 

De plus, l’utilisation des civils comme militaires dans le cadre d’une opération policière et militaire dans un processus électoral renforce l’image d’un régime autoritaire qui est prêt à utiliser tous les moyens à sa disposition pour écraser l’opposition. Cela révèle le mépris du régime pour les principes démocratiques et les droits de l’homme, et témoigne d’une volonté claire de museler toute dissidence.

 

Le lieutenant-colonel Ange Gabriel Patassé, en tant qu’agent actif de la répression gouvernementale, joue un rôle clé dans cette stratégie. Ses actions servent à maintenir un climat de peur et de contrôle à l’aube des départs des mercenaires de Wagner, où les voix dissidentes sont réduites au silence et où la démocratie est bafouée. En collaborant avec le régime pour terroriser la population, il trahit le serment qu’il a prêté de défendre et de protéger son pays.

 

Face à ces révélations choquantes, il est essentiel que la communauté internationale et les organisations de défense des droits de l’homme condamnent fermement ces méthodes répressives et fassent pression pour que le peuple centrafricain puisse exercer librement son droit de s’exprimer sans crainte de représailles.

 

Le régime de Touadera et le lieutenant-colonel Ange Gabriel Patassé doivent être tenus responsables de leurs actions, et la véritable volonté du peuple centrafricain doit être respectée. Il est temps de mettre fin à cette mascarade antidémocratique qui ne fait que perpétuer l’autoritarisme et la répression. La population centrafricaine mérite un gouvernement qui défende ses intérêts et respecte ses droits fondamentaux, plutôt qu’un régime qui tente par tous les moyens de maintenir son pouvoir illégitime.

Par Prisca VICKOS

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Aucun article à afficher