RCA : attaque d’une base d’exploitation minière de Ndassima  , des morts et des blessés

Publié le 9 janvier 2022 , 7:09
Mis à jour le: 9 janvier 2022 5:17

 

Bangui, 10 janvier 2022 (Corbeaunews – Centrafrique ) – L’attaque est survenue la semaine dernière vers 2 heures du matin alors que tout le staff dormait encore sur la base d’exploitation minière de Ndassima. Des explosifs largués par un hélicoptère de Wagner auraient coûté la vie à deux personnes, et blessés 10 autres. L’état-major parle d’une erreur de cible. Et si c’était de la population civile dans un village ?

Exploitation minière de la société russe Lobaye Invest à Ndassima, aux environs de Bakala, dans la préfecture de la Ouaka, au centre de la République centrafricaine. CopyrightCNC
Exploitation minière de la société russe Lobaye Invest à Ndassima, aux environs de Bakala, dans la préfecture de la Ouaka, au centre de la République centrafricaine. CopyrightCNC

 

C’était le jeudi 6 janvier dernier qu’un hélicoptère de Wagner, multipliant des bombardements depuis deux semaines dans les localités de Bambari afin de harceler et couper de sommeil aux éléments rebelles de l’unité pour la paix en Centrafrique, serait à l’origine de cet incident. Selon les témoins, c’était vers 2 heures du matin      Qu’un avion aurait largué deux explosifs sur une position de la base d’exploitation minière de Ndassima, gérée par la société Wagner,  détruisant au passage un de leur conteneur, et tuant deux personnes ainsi que 10 autres blessées ! Une partie des blessés a été transférée dans un hôpital à Bambari, d’autres à Bangui. On ignore le nombre exact des mercenaires russes blessés ou tués dans cette attaque, mais certains témoins ont affirmé voir un mercenaire de Wagner blessé et  transféré à l’hôpital de Bambari parmi les victimes.

Selon des sources sécuritaires locales, cette nouvelle stratégie d’attaque nocturne par des moyens aériens est adoptée, puis pratiquée depuis quelques semaines par les mercenaires russes afin de mettre de la pression sur les rebelles et les démoraliser. L’objectif, perturber au maximum leur sommeil afin de les pousser à se rendre. C’est justement ce qui est arrivé samedi dernier à Monsieur Djibril, un colonel de l’UPC qui est sorti de son maquis avec ses hommes pour demander leur désarmement.  Mais le seul problème, c’est la population civile. Un tel acte a pour victimes les populations civiles innocentes. Le pouvoir de Bangui ne s’en soucie malheureusement de guerre.

Affaire à suivre.

 

Par Bertrand Yékoua

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher