Quand le spectre des fins de règne dans une année impaire hante les esprits du pouvoir de Bangui

Publié le 1 décembre 2022 , 7:10
Mis à jour le: 1 décembre 2022 12:42

 

Bangui (République centrafricaine) – C’est plus souvent en fin d’une année paire que le début d’une fin tragique des règnes absolus d’un pouvoir à Bangui se précise. Et l’aboutissement, c’est dans l’année impaire. A tel point que cette prédisposition d’esprit commence à s’installer dans les corps et les esprits des partisans du Président Touadera. Alors, on se demande si le régime de Bangui va-t-il échapper à la malédiction d’une fin de règne difficile des années finissant par 3?

Le président Faustin Archange Touadera en pleine prière pour ses moments difficiles
Le président Faustin Archange Touadera en pleine prière pour ses moments difficiles. CopyrightDR

 

Rédigé par Gisèle MOLOMA

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le vendredi 2 décembre 2022

 

 

 

1993, 2003, 2013 et 2023? Le régime de Bangui de Touadera va-t-il être balayé l’année prochaine ? Sans doute OUI, selon les signes qui se présentent et les rumeurs qui courent actuellement dans la capitale centrafricaine Bangui, dans un État où les rumeurs finissent toujours se concrétisent.

En 1993, c’était la première élection démocratique de l’histoire de la République centrafricaine qui a vu l’élection du Président Ange Félix Patassé. Or, dix ans plus tard, celui-ci avait été renversé par son ex-chef d’état-major, le général François Bozizé en 2003 avant d’être balayé à son tour par la nébuleuse coalition de la Seleka, dirigée par le roublard Michel Djotodia.

Après trois ans de transition, le professeur Faustin Archange Touadera a été élu frauduleusement en 2016 comme Président de la République. Six ans plus tard, le pays est devenu un grand repaire des bandits mafieux de toute la planète. La RCA n’a jamais connu un tel degré  de criminalité transfrontalière.

Le Président Faustin Archange Touadera  est devenu, à son tour, une marionnette jamais vue ailleurs, pactisant ainsi avec des mercenaires étrangers. En six ans du pouvoir, l’homme de Boy-Rabe a réussi à instaurer une crise multiforme dans le pays, notamment  sécuritaire, politique, institutionnelle, humanitaire, sociale et économique, plus grave encore, à organiser un coup d’état contre lui-même en vue de rester à vie au pouvoir, poussant certains leaders de la société civile et de l’opposition démocratiques à demander sa démission et sa poursuite devant la justice pour haute trahison. La situation actuelle du régime de Bangui et du pays devient de plus en plus difficile et intenable à tel point que beaucoup se demandent si le régime de Bangui de Touadera va-t-il franchir le cap de 2023 ? Pour d’autres, si c’est pas 2023, il n’échappera pas au cycle du régime de10 ans.

Affaire à suivre…

À lire aussi : Touadera, « Il est temps de revenir dans la République « 

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe WhatsApp : CNC Groupe

Rappelons que dans ce groupe, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Aucun article à afficher