Martin Ziguelé : Les échecs criminels de la politique de sécurité dans l’Ouham-Pendé

Publié le 7 juillet 2024 , 5:12
Mis à jour le: 7 juillet 2024 5:14 pm

Martin Ziguelé : Les échecs criminels de la politique de sécurité dans l’Ouham-Pendé

 

Martin Ziguelé, Président du parti MLPC et porte-parole du BRDC
Martin Ziguelé, Président du parti MLPC et porte-parole du BRDC

 

 

L’Ouham-Pendé, jadis grenier de la République Centrafricaine, est devenu un lieu de souffrance. Martin Ziguelé expose les échecs dramatiques de la politique de sécurité dans cette région. L’abandon des populations face aux attaques des groupes armés et le manque de soutien des autorités constituent un échec inexcusable.

 

Bangui, 08 juillet 2024.

Par la rédaction de Corbeau News Centrafrique.

 

La situation de sécurité dans l’Ouham-et abandon des populations.

 

Selon Martin Ziguelé, « il ne se passe pas un seul jour sans un incident meurtrier pour les populations ». Les habitants de l’Ouham-Pendé subissent des attaques régulières des groupes armés comme la CPC. Ziguelé souligne que les femmes sont « quotidiennement violées dans les plantations », ce qui empêche toute activité agricole normale. Cette insécurité chronique menace directement l’approvisionnement alimentaire de la région dès la fin de la saison des pluies.

 

Infrastructures en ruine et isolement.

 

Les infrastructures de l’Ouham-Pendé sont dans un état lamentable. Martin Ziguelé décrit comment « la route s’arrête à Bata » et au-delà, il n’y a que des pistes impraticables, seulement accessibles en moto. « Les cadavres sont transportés sur des motos et les femmes doivent accoucher dans des conditions inhumaines », rapporte Ziguelé. Les villages sont coupés du reste du pays, sans écoles, centres de santé ou administration, laissant les habitants dans une situation désespérée.

À lire aussi : Mini-Parti Criminel : Le PCD et ses Alliés, Caution de la Bêtise Wagnerienne en Centrafrique

Martin Ziguelé
Le Président du parti MLPC, l’honorable Martin Ziguelé

 

Défaillance des Forces de Sécurité.

 

À Paoua, les forces de sécurité sont totalement dépourvues de moyens. Martin Ziguelé observe que « le commandant de compagnie de la brigade de gendarmerie de Paoua n’a pas de véhicule », tout comme « la brigade de gendarmes de Paoua » et « le commissariat de police de Paoua ». Même le BIT-6, responsable de la défense nationale, « n’a aucun véhicule ». Cette absence de ressources rend impossible toute intervention efficace pour protéger les populations contre les groupes armés.

 

Loi de Programmation Militaire : Un échec retentissant.

 

La loi de programmation militaire adoptée en 2018 avait pour objectif de renforcer les forces armées et d’améliorer les infrastructures militaires. Cependant, Martin Ziguelé dénonce l’absence de suivi : « Non seulement il n’y a aucun compte-rendu sur l’état d’application de cette loi, mais personne ne sait ce qui a été exécuté ». La loi a expiré fin 2023 sans qu’aucune nouvelle mesure ne soit prise, révélant un manque de volonté politique pour sécuriser le pays.

À lire aussi : Opération de Wagner dans la Ouaka : Trois Jours de Combat Intense

 

Priorités cyniques des autorités.

 

Martin Ziguelé critique vivement les autorités de Bangui, soulignant que « le cortège de sécurité des plus hautes autorités de l’État est rempli de véhicules pick-up », alors que « les détachements militaires et les brigades de gendarmerie dans des zones infestées de groupes armés n’ont même pas de moto ». Cette disparité montre un mépris total pour les besoins des citoyens en danger et une priorité donnée à la sécurité personnelle des dirigeants.

 

Défaillances politiques et conséquences mortelles.

 

La situation désastreuse de l’Ouham-Pendé est une condamnation des autorités qui négligent la sécurité et le bien-être de leurs populations. Martin Ziguelé souligne que les habitants, abandonnés et sans protection, sont les victimes d’une gestion criminellement défaillante de la région. « Nous ne pouvons pas continuer à pleurer les morts et à nous incliner devant les victimes », déclare Ziguelé. Il interpelle directement le président de la République et les responsables politiques, les accusant de manipuler les institutions pour pérenniser leur pouvoir tout en ignorant la détresse de la population.

 

La sécurité dans l’Ouham-Pendé, une région en Souffrance.

 

Martin Ziguelé rappelle que « l’Ouham-Pendé était autrefois considéré comme le grenier de la République Centrafricaine ». Aujourd’hui, cette région est synonyme de désolation et d’abandon. Il appelle à une prise de conscience immédiate et à des actions concrètes pour restaurer la sécurité et le bien-être des habitants. La situation actuelle est le reflet d’une gestion catastrophique, et sans une intervention rapide et déterminée, l’avenir de l’Ouham-Pendé demeure sombre et incertain.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

Aucun article à afficher