Mali: le déploiement de soldats russes, voire de Wagner, a-t-il commencé?

Publié le 31 décembre 2021 , 5:11
Mis à jour le: 31 décembre 2021 5:11

 

Selon plusieurs témoignages concordants, des véhicules de transport de troupes, de matériel et des camions-citernes de l’armée malienne ont quitté Bamako en direction de Ségou puis de Sévaré, dans le centre du pays. À leur bord, « plusieurs » hommes blancs étaient en treillis. Aucun chiffre précis n’a pu être avancé par les témoins qui à Bamako et à Ségou se sont confiés à RFI.

Les mercenaires russes de la société Wagner dans le camion transport des vivres des éléments sur le terrain
Les mercenaires russes de la société Wagner dans le camion de transport des vivres de leurs éléments sur le terrain

 

Lorsqu’ils se déplacent, même lors d’opérations conjointes avec les Fama, les soldats français de Barkhane, onusiens de la Minusma ou européens de Takuba utilisent leurs propres véhicules. Alors qui sont ces passagers ?

« Nous avons les mêmes informations, confirme un haut gradé de l’armée française. Et nous pensons que ce sont des hommes de Wagner, mais nous n’avons pas de preuve irréfutable. » Ce militaire français rappelle que quinze pays s’étaient déjà inquiétés de la présence des mercenaires russes au Mali, il y a une semaine, après avoir observé la construction d’un camp sur la base aérienne 101, au nord de la piste de l’aéroport de Bamako. « Nous avons aussi des informations sur la présence d’un ou plusieurs géologues proches de Wagner à Ségou, Kayes et Sikasso », poursuit ce haut-gradé français, qui évoque l’identification et la sécurisation de sites miniers.

L’armée malienne dément

« On pense que 50 à 80 conseillers russes sont aujourd’hui à Bamako et dans les environs », poursuit le haut gradé français. Wagner ? L’armée russe ? « Les autorités entretiennent l’ambiguïté », selon cette source, qui affirme ne pas avoir obtenu de réponse claire de la part de l’état-major malien au sein duquel on dément fermement.

« C’est faux, affirme le porte-parole de l’armée malienne. Si on voulait transporter des hommes de Wagner, on ne passerait pas par la route, au vu et au su de tous ! On a des avions, on pourrait le faire plus discrètement. Ces informations sont erronées. »

Le 23 décembre, quinze pays occidentaux avaient déjà condamné dans un communiqué conjoint le déploiement de mercenaires de Wagner au Mali. Bamako avait démenti un tel déploiement et, déjà, exigé des preuves assurant n’être engagé « que dans un partenariat d’État à État avec la Fédération de Russie, son partenaire historique ».

 

RFI

Aucun article à afficher