Lutte contre le VIH/Sida à Zémio : Un Combat pour la Santé et la Survie

Publié le 29 août 2023 , 7:10
Mis à jour le: 29 août 2023 6:15

Lutte contre le VIH/Sida à Zémio : Un Combat pour la Santé et la Survie

 

Le district sanitaire de Zémio, dans le Haut-Mbomou, au sud-est de la République centrafricaine. CopyrightRNL
Le district sanitaire de Zémio, dans le Haut-Mbomou, au sud-est de la République centrafricaine. CopyrightRNL

 

 

Bangui, 30 août 2023 (CNC) – Au cœur de l’est de la République Centrafricaine se trouve la ville de Zémio, où une menace sérieuse pèse sur la santé de sa population : le VIH/Sida. Les chiffres révélés par les autorités sanitaires du district sont alarmants. Près de la moitié des personnes testées dans la région sont porteuses du VIH, mettant en lumière la propagation rapide de cette pandémie dévastatrice.

 

Les facteurs complexes à l’origine de cette situation sont nombreux. La crise sécuritaire qui secoue la région ainsi que les déplacements transfrontaliers entre la République Démocratique du Congo, le Soudan du Sud et la République Centrafricaine ont créé un terrain favorable à la propagation du virus. Ces conditions ont contribué à rendre la mise en œuvre du plan de riposte plus difficile que jamais.

 

Au cœur de ce combat, nous rencontrons une femme courageuse et anonyme, vivant avec le VIH depuis des années. Depuis Bangassou, elle suit un traitement vital qui lui a permis de donner naissance à quatre enfants malgré sa condition. Elle fait appel aux partenaires de la santé pour continuer à fournir les médicaments nécessaires, soulignant leur importance cruciale dans son combat quotidien contre le virus. Son histoire est le reflet de la détermination silencieuse qui anime de nombreuses personnes dans la région depuis plus d’une décennie.

 

La ville de Zémio, située à plus de mille kilomètres de la capitale Bangui, est aux prises avec une pénurie de préservatifs depuis plusieurs mois. Le prix élevé de ces produits limite l’accès à des mesures de protection essentielles. La pauvreté qui sévit dans la région, touchant environ 50 000 habitants, aggrave la situation en contribuant à une augmentation du taux de prévalence des infections sexuellement transmissibles, y compris le VIH/Sida.

 

La faiblesse du système de santé local est un obstacle majeur dans la lutte contre la pandémie. Avec un seul médecin pour toute la ville, l’hôpital de district est loin de respecter les normes de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui recommandent un médecin pour 10 000 patients. Cette situation limite la prévention et la prise en charge des maladies, contribuant ainsi à la progression de la pandémie.

 

Face à cette urgence sanitaire, l’OMS a envoyé une équipe d’experts à Zémio pour apporter un soutien essentiel au personnel soignant local. Cependant, les défis sont nombreux. L’insécurité persistante dans la région rend la recherche et le suivi des patients particulièrement complexes. Certains patients, par crainte, évitent même de chercher leur traitement, risquant ainsi leur propre santé.

 

Les activistes locaux tirent la sonnette d’alarme, mettant en garde contre une situation de plus en plus grave. Si des mesures décisives ne sont pas prises, la pandémie du VIH/Sida pourrait causer des ravages parmi la population déjà fragile de Zémio, l’une des villes les moins peuplées de la République Centrafricaine.

 

Rappelons que Zémio est en première ligne d’une bataille cruciale pour la santé et la survie. La lutte contre le VIH/Sida exige une approche multidimensionnelle, allant de l’amélioration de l’accès aux traitements et à la prévention à la consolidation du système de santé local. Avec le soutien des partenaires nationaux et internationaux, il est possible d’enrayer la propagation du virus et d’offrir un avenir plus sain à la population de Zémio.

 

Par Mborifouefelle Élie

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

 

Aucun article à afficher