La cryptographie, un risque à réglementer selon le FMI

Publié le 28 novembre 2022 , 1:21
Mis à jour le: 28 novembre 2022 1:21

 

Bangui, République centrafricaine – Le Fonds monétaire international (FMI) a appelé à une réglementation accrue des marchés africains de la cryptographie. L’Afrique est l’un des marchés de la cryptographie à la croissance la plus rapide au monde. La République centrafricaine est le premier pays d’Afrique à désigner le Bitcoin comme monnaie légale.

Wall Street s’attend à une nouvelle correction de 50 % du bitcoin, voici pourquoi

 

L’effondrement du troisième plus grand échange cryptographique au monde, FTX, et la chute des prix du Bitcoin, de l’Ethereum et d’autres actifs majeurs, suscitent une plus grande protection des consommateurs et une réglementation de l’industrie de la cryptographie.

Le FMI a ajouté que “les risques liés aux actifs cryptographiques sont évidents » et « il est temps de réglementer » pour trouver un équilibre entre la minimisation des risques et la maximisation de l’innovation.

 

La cryptographie en croissance en Afrique

 

Réglementer un système très volatil et décentralisé reste un défi pour la plupart des gouvernements. Cela nécessite un équilibre entre la minimisation des risques et la maximisation de l’innovation. Seul un quart des pays d’Afrique subsaharienne réglementent officiellement la cryptographie.

 

La République centrafricaine est le premier pays d’Afrique, et le deuxième au monde après El Salvador à désigner le Bitcoin comme monnaie légale.

 

Selon Chainalysis, une société américaine d’analyse de blockchain, l’Afrique est l’un des marchés de la cryptographie à la croissance la plus rapide au monde. Mais il reste le plus petit, avec des transactions cryptographiques culminant à 20 milliards de dollars par mois à la mi-2021. Le Kenya, le Nigéria et l’Afrique du Sud comptent le plus grand nombre d’utilisateurs de la région. De nombreuses personnes utilisent des actifs cryptographiques pour des paiements commerciaux, mais leur volatilité les rend inadaptés en tant que réserve de valeur. Jouez et tentez votre chance au casino en ligne.

 

Menace aux finances publiques

Le FMI  indique que « les risques sont beaucoup plus grands si la crypto est adoptée comme monnaie légale », ce qui constitue une menace pour les finances publiques si les gouvernements acceptent la crypto comme moyen de paiement.

Les décideurs craignent également que les crypto-monnaies puissent être utilisées pour transférer illégalement des fonds hors de la région. Il redoutent aussi que cela favorise les moyens de contourner les règles locales afin d’empêcher les sorties de capitaux.

 

Le choix d’adopter la cryptographie comme monnaie légale augmentera les risques. Si cette monnaie est détenue ou acceptée par le gouvernement comme moyen de paiement, cela pourrait mettre en péril les finances publiques.

Premier pas vers l’interdiction

Selon les données du FMI, 25% des pays d’Afrique subsaharienne ont officiellement réglementé la cryptographie, tandis que les deux tiers ont mis en place certaines restrictions. En revanche, le Cameroun, l’Éthiopie, le Lesotho, la Sierra Leone, la Tanzanie et la République du Congo ont déjà interdit les actifs cryptographiques, ce qui représente  20 % des pays d’Afrique subsaharienne.

Entre juillet 2020 et juin 2021, le marché africain de la cryptographie a augmenté de plus de 1 200 %, selon Chainalysis, avec une forte adoption au Kenya, en Afrique du Sud, au Nigeria et en Tanzanie.

En République centrafricaine, la mesure a mis le pays en désaccord avec la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC). L’organe de surveillance du secteur bancaire de la BEAC, la Commission bancaire de l’Afrique centrale, a interdit l’utilisation de la cryptographie pour les transactions financières dans la région Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

À lire aussi : plaintes en cascade contre Émile Parfait Simb

 

Corbeaunews Centrafrique

Aucun article à afficher