Kenya : La vice-présidente de la cour suprême accusée de corruption

Publié le 31 août 2018 , 3:18
Mis à jour le: 31 août 2018 3:18

 

 

Kenya : La vice-présidente de la cour suprême accusée de corruption

 

 

 

La police a arrêté Philomena Mbete Mwilu mercredi à Nairobi sous ordre du procureur en chef du pays. Libérée sous caution elle envisage contester la constitutionnalité des poursuites engagées contre elle.

La vice-présidente de la cour suprême est accusée de corruption et fraude fiscale. Mercredi dans la mi-journée, le procureur en chef du Kenya, Noordin Haji a ordonné l’arrestation de Philomena Mbete Mwilu.

Noordin Haji détenir de preuve suffisante pour inculper cette haute magistrate. Selon le procureur en chef, Philomena Mbete Mwilu s’est servie de sa position au sein du système judiciaire pour s’enrichir.

Le procureur en chef a mis en garde d’autres magistrats et agents de police corrompus qu’ils vont rendre gorge. Néanmoins, la vice-présidente a été libérée dans la même soirée sous une caution de 5 millions de shillings soit 42000 euros.

Son avocat James Orengo, un sénateur de a annoncé qu’il va entamer une procédure de contestation de la constitutionnalité des poursuites contre sa cliente. Philomena Mbete Mwilu fait partie des juges de la cour suprême ayant annulés la réelection du président Uhuru Kenyatta.

De sources proches du pouvoir font même savoir qu’elle serait très opposée à l’actuel chef de l’Etat. C’est certain ce qui explique son boycott lors de la séance où la cour suprême a validé la victoire de l’actuel président à l’issue d’une deuxième élection.

Pour beaucoup d’observateur Kenyans pensent que les ennuis judiciaires de cette haute magistrate seraient purement un reglèment de compte. Il faut préciser qu’en octobre 2017, son garde corps avait été tué par balle dans des conditions troubles.

Jusqu’ici aucune enquête n’a permis de trouver les coupables. Mais la corruption dans le système judiciaire a longuement été dénoncée par l’opposition. Lors de son discours d’investiture, le président Uhuru Kenyatta avait promi de s’attaquer au fléau.

…..

 

Par : N. Mballa, CNC.

Aucun article à afficher