Hôtel Ledger :  inquiétude au sein des employés. Zied Khalifa Zarzour, le PDG sortant sème un grand désordre

Publié le 9 septembre 2021 , 8:54
Mis à jour le: 9 septembre 2021 8:54 pm

 

Bangui, République centrafricaine, vendredi, 10 septembre 2021, 03:51:22 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Dans un communiqué rendu public ce jeudi 9 septembre, un conseil d’administration fictif du groupe Laïco-Centrafrique a annoncé au personnel et aux clients de l’hôtel Ledger Plazza de Bangui que l’équipe dirigeante de L’HÔTEL LEDGER PLAZA reste inchangé jusqu’à la prochaine assemblée générale des actionnaires. Or, l’année dernière, le conseil d’administration du LIBYAN AFRICAN INVESTMENT COMPANY qui gère le groupe Laico Centrafrique, qui s’est tenu à Tripoli,  avait limogé l’ancienne équipe  dirigée par Monsieur Zeyad ALZARZOUR KHALIFA. Mais ce dernier n’a pas voulu céder son poste à son remplaçant. Grâce à la mission d’une délégation gouvernementale libyenne, la semaine dernière à Bangui, la nouvelle équipe de l’administration du groupe Laïco Centrafrique a été mise en place. Mais Monsieur Zeyad ALZARZOUR KHALIFA continue de manipuler les employés de l’hôtel Ledger à son profit et multiplie des menaces aussi à leur encontre.

Zied al-zarzour de ledger
Zied al-zarzour de ledger, PDG sortant de l’hôtel Ledger plazza de Bangui

 

Voici le faux communiqué brandi par Monsieur Zeyad ALZARZOUR KHALIFA :

« Le groupe AICO RCA et HÔTEL LEDGER PLAZA, informe ses personnels, ses déléguées, ses clients de ce que l’équipe dirigeante de L’HÔTEL LEDGER PLAZA reste inchangé jusqu’à la prochaine assemblée générale des actionnaires.

DG LECCO RCA

ZIAD AL ZARZOUR

DG HÔTEL LEDGER PLAZA

BEN SALEM RIME

DAF HÔTEL LEDGER PLAZA BOUZOUIDA SABER

Le personnel de l’hôtel LEDGER PLAZA à l’obligation de respecter ladite équipe dirigeante sous peine des sanctions prévue par le code de travail de la république centrafricaine ».

Or, le gouvernement, par la voie du ministre d’État chargé de la justice, a déclaré ce jeudi que l’État centrafricain ne reconnait que la nouvelle administration mise en place la semaine dernière par le gouvernement libyen. Donc il est hors de question que l’ancienne administration continue de donner des ordres aux employés.

Du côté du personnel, il y’a une certaine psychose qui règne. Les employés ne savent comment faire. À quelle administration faut-il en obéir.

Affaire à suivre….

 

  1. Y. Ibrahim

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher