Géopolitique de l’otage français : le cas Rémy QUIGNOLOT en Centrafrique

Publié le 22 septembre 2022 , 8:11
Mis à jour le: 21 septembre 2022 9:59

 

Géopolitique de l’otage français  Rémy QUIGNOLOT, incarcéré en République centrafricaine depuis plus de 16 mois..

 

A l’heure où la ministre des Affaires étrangères Centrafricaine, Mme Baïpo Temon, suggère que nos pays « se parlent » (article Mediapart, 15 septembre 2022), où la France a officiellement demandé, le 16 septembre, la libération provisoire du  Français Rémy QUIGNOLOT en attente de son procès, et rappelant que le procureur Tambo avait affirmé,  le 16 juin 2021, que « les droits de M. QUIGNOLOT sont respectés y compris ceux prévus par le Code Procédure pénale Centrafricain », ce qui est désormais faux, ne serait-il pas temps que cet « otage français » soit libéré, comme l’exige la loi centrafricaine et comme le suggère la volonté de détente diplomatique exprimée par Mme Baïpo Temon  ?

Le français Juan Rémy Quignolot, interpellé par la police le 11 mai 2021 pour détention illégale d'armes de guerre. Photo CNC
Le français Juan Rémy Quignolot, interpellé par la police le 11 mai 2021 pour détention illégale d’armes de guerre. Photo CNC

Rédigé par Gisèle MOLOMA

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le vendredi 23 septembre 2022

 

Géopolitique de l’otage français

 

Ce serait un premier geste vers la réouverture d’un dialogue entre la France et la République Centrafricaine,  dialogue que la ministre Baïpo Temon appelle de ses vœux  alors que les critiques envers la Russie ne cessent d’enfler de par le monde, y compris dans les pays alliés de M. Poutine.

Le 16 septembre 2022, le Premier ministre indien, M. Modi, a en effet declaré à M. Poutine que « ce n’est pas le moment de faire la guerre » car « la diplomatie et le dialogue influencent le monde « .

Parce que les populations, fatiguées de la guerre veulent la paix et le bien-être, il faut savoir réouvrir la communication diplomatique par des gestes symboliques forts.

La libération immédiate de Rémy QUIGNOLOT, demandée par la France, et s’appuyant sur le respect de la loi centrafricaine, serait un geste fort et irait dans la direction d’un apaisement des relations entre la République Centrafricaine et la France.

Une telle détente diplomatique pourrait être très bénéfique dans un avenir proche où certaines cartes pourraient être finalement rebattues, nécessitant la recherche rapide de nouveaux alliés. Géopolitique de l’otage français.

À lire aussi : Deux Camerounais expulsés  du territoire centrafricain pour homosexualité

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher