« Délinquance fiscale et enrichissement illicite nous font plus de tort que la guerre », dixit Monsieur  Paul Doko

Publié le 28 décembre 2021 , 7:09
Mis à jour le: 28 décembre 2021 4:56

 

Bangui, 29 décembre 2021 (Corbeaunews – Centrafrique ) – D’après un compatriote centrafricain, la République centrafricaine se trompe de guerre depuis plus de vingt ans…et ça continue. C’est d’ailleurs dans le même sens que Monsieur Paul Doko, sur les réseaux sociaux, avait publié à la veille du Noël sa réflexion intitulée « Délinquance fiscale et enrichissement illicite nous font plus de tort que la guerre ». Vrai ou faux ?

le douanier russe à la barrière de Béloko le samedi 16 octobre 2021
Le douanier russe à la barrière de poste douanier de Béloko le 14 octobre 2021

 

Si cette réflexion de Monsieur Paul Doko a été abondamment commentée sur les réseaux sociaux,  nombreux sont ceux qui pensent que si beaucoup des centrafricains ignorent que la délinquance fiscale et l’enrichissement illicite nous font plus de tort que la guerre, c’est parce que  nos dirigeants ont blindé le cerveau des centrafricains comme quoi « s’il nous manque la route, c’est la faute à la France, problème de l’électricité, c’est la faute à la France, même s’il nous manque le lit, c’est la faute à la France », s’indigne Monsieur Anselme Bade. Mais pour l’ancien ministre Laurent Gomina Pampali, il faut créer une autre atmosphère sociopolitique détendue et favorable au vrai vivre ensemble basé sur des principes de vie clair et généreux :

 « Mobilisons-nous au sein de la catégorie consciente de ces facteurs mortifères que l’éducation à l’éthique se fasse à tous les niveaux d’activité et de vie sociale (association, partis politiques, institution publique  et privée), et le pays pourrait enregistrer un changement positif et de manière pacifique », a déclaré l’ancien ministre Laurent Gomina Pampali. Une véritable leçon de morale faite à nos dirigeants actuels qui préfèrent s’enrichir

illégalement du dos du peuple centrafricain,  en faisant venir toute sorte des parrains mafieux, des trafiquants de drogue  dans le pays, tout en pompant abondamment et illégalement des frics dans les caisses de l’État. Au passage, ils ne laissent que des miettes à leurs griots qui font des tapages médiatiques à leur place afin de garantir leur richesse.

Par Anselme Mbata

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher