Centrafrique: Les Nations Unies militent-elles en faveur d’un candidat à la présidentielle?

Publié le 13 janvier 2016 , 9:31
Mis à jour le: 13 janvier 2016 9:31 am
(Corbeau News Centrafrique)
 
ANICE, DOUADERA
 
 

Les Nations Unies militent-elles en faveur d’un candidat à la présidentielle?

 
 
Bangui, (C.N.C), 01-13-2016
 

Le peuple centrafricain est en train vivre un scénario au niveau de la communauté internationale sur les opérations en cours des résultats encore provisoires des élections du 30 décembre 2015. Ainsi, les Nations unies financent les élections en République centrafricaine, elles font le choix à la place du peuple centrafricain. L’attitude affichée par les Représentants spéciaux du Secrétaire général des Nations unies pour la Centrafrique laisse réfléchir sur la manœuvre diplomatique de la communauté internationale qui cherche à influencer le verdict des urnes en République centrafricaine.

Cela apparait comme un fait anodin, mais lorsqu’on fait un arrêt sur image des opérations en cours des résultats du scrutin du 30 décembre 2015, on comprendra dans un peu de temps là où la communauté internationale veut en venir. D’un constat d’indignation, ceux qui viennent au nom des Nations unies en soutien à la République centrafricaine semblent oublier les institutions de cette République. Dans ce contexte centrafricain que le pays tente de sortir de ses cendres à travers le retour à l’ordre constitutionnel, le dicton selon lequel « la main qui donne, commande » doit donner tort à son auteur. Cela dit, la communauté internationale qui finance en majeure partie les élections du 30 décembre 2015 en République centrafricaine, pense dicter sa loi au peuple centrafricain qui a traversé plusieurs années de crise accumulée. En effet, l’attitude diplomatique visiblement affichée par les Représentants spéciaux du Secrétaire Général des Nations Unies en République centrafricaine sème le doute quant à la crédibilité des résultats des urnes donnés par l’Autorité nationale des Elections (ANE) que de nombreux candidats même à la présidentielle rejettent.

Quel est la crédibilité de ces résultats lorsque le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la République centrafricaine et Chef de la MINUSCA, Parfait Onanga-Anyanga félicite les deux candidats provisoirement arrivés en tête du peloton électoral ? Quel est la crédibilité de ces résultats lorsque le Représentant Spécial Adjoint, Représentant résident et Coordonnateur humanitaire des Nations Unies en Centrafrique, Aurélien AGBENONCI rend des visites nocturnes à certains des 30 candidats à la présidentielle ? Sans attendre la confirmation des résultats provisoires par la Cour constitutionnelle de Transition, Parfait Onanga-Anyanga se voit au-dessus de cette Cour, seule institution ayant la compétence de déterminer qui des 30 candidats iront au deuxième tour, prépare déjà la conscience collective au tour des candidats Anicet Georges Dologuélé et Faustin Archange Touadera dont on chante la victoire avant le coup de sifflet final. Pour illustration de son attitude belliqueuse, il a même appelé ces deux candidats à préparer leurs militants et sympathisants à une campagne

apaisée pour le second tour, alors que la Cour constitutionnelle de la Transition n’a pas encore rendu son verdict final sur les données provisoires de l’ANE. Ce qui peut traduit la pensée d’Onanga-Anyanga qui ne considère pas la valeur de la Cour constitutionnelle de la République centrafricaine. Par ailleurs, il a qualifié de succès incontestable le déroulement des élections présidentielles et législatives du 30 décembre 2015, marquées selon, par une participation massive des électeurs centrafricains.

Dans le même sillage du comportement diplomatique peu fertile de la communauté internationale qui s’ingère qui se substitue aux institutions centrafricaines, Aurélien AGBENONCI a dans la coulisse une diplomatie au tour des candidats. Ce qui est surprenant, aux environs de 19h à la résidence de Anicet Georges Dologuélé, en présence de de Jean Serge BOKASSA un des 30 candidats dans la course, le Représentant Spécial Adjoint a rendu une visite nocturne un candidat provisoirement favoris du scrutin. Surpris de cette visite qu’il estime anormale en cette période cruciale, Jean Serge BOKASSA s’explique : “je lui ai demandé l’en jeu de son visite chez Dologuele, il me répond c’est juste pour vérifier les soldats qui sont chargés d’assurer la protection de Doleguele “. Or le rôle d’Aurélien Agbénonci n’est pas de faire le contrôle des casques sur le terrain à moins qu’il se substitue aux commandants de la force MINUSCA. Selon Serge BOKASSA, le Représentant Spécial Adjoint lui a fait savoir dans la suite de discussion qu’il devrait se rendre également chez Archange Touadera. « Mais le jour d’après, j’appelle monsieur Touadera pour vérifier si effectivement
monsieur Aurélien Agbénonci était passé aussi chez lui pour contrôler les dispositifs sécuritaires, Touadera répond “NON”. C’est là que j’ai pensé que cette visite n’est pas du tout claire, car monsieur Aurélien Agbénonci l m’avait promis de se rendre dans la même nuit chez Touadera ». Alors, si les Nations Unies militent en faveur d’un candidat, les Représentants spéciaux du Secrétaire général des Nations unies pour la République centrafricaine le démontrent déjà. C’est pour ce constat que l’Alliance des Forces démocratiques pour la Transition (AFDT), dans sa déclaration du 13 janvier 2016, demande à de la Communauté internationale d’être impartiale vis-à-vis des candidats et d’éviter d’apporter sa caution à des manipulations électorales.

 

Bangui, Eric NGABA Pour CNC

 

Aucun article à afficher