Centrafrique : l’enlèvement de la policière Mbari Francy, un acte perpétré par les miliciens requins

Publié le 23 juin 2022 , 8:13
Mis à jour le: 23 juin 2022 11:58

 

Rédigé par Anselme Mbata

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le vendredi 24 juin 2022

 

Bangui (CNC) – Depuis la fin de l’année 2020, les milices armées du pouvoir de Bangui, appelées requins ou encore Galaxy, sèment la terreur dans la capitale. De l’assassinat de plusieurs officiers et sous-officiers de  l’armée nationale en passant par celui de la Présidente de l’association des femmes juristes  avec ses deux enfants jusqu’à l’incendie de plusieurs habitations et commerces des particuliers, les miliciens armés du régime agissent en toute impunité. La dernière en date, c’est l’affaire de l’enlèvement de la policière Mbari Francy, kidnappé à son domicile dans la nuit du lundi à mardi 21 juin 2022.

La policière Francy Mbari
La policière Francy Mbari

 

Encouragés par l’impunité, jouissant de relation privilégiée  avec les plus hautes  autorités  centrafricaines, les gangs armés du pouvoir multiplient des exactions sur la population. Allant du kidnapping  à l’assassinat, ces bandes criminelles n’ont plus des limites.

Dans le cas de la policière Mbari Francy, ses ravisseurs étaient en tenue militaire et bien armée. Ils roulent avec un véhicule 4×4 vitres fumées en toute liberté dans la capitale. Ils ont leur salle d’interrogatoire dans la capitale, et ont plusieurs véhicules à leur disposition.

Imaginez-vous, un gang qui n’a pas des liens de complicité avec le pouvoir, peut-il agir de la sorte? Peuvent-ils circuler aux heures du couvre-feu avec des armes de cette manière ? Plus étonnant, l’enlèvement s’est produit en pleine capitale, dans le deuxième arrondissement de Bangui. Imaginez-vous, avec des checkpoint des forces de l’ordre partout, ces criminels arrivent à circuler librement.

« Comprenez seulement. Si ce ne sont pas des requins, qui peuvent monter un tel coup à de telles heures en pleine capitale ? », s’interroge un ancien commissaire de police à la retraite.

Dieu merci, grâce aux instructions d’un de leurs chefs, ils ont épargné la vie de la policière, c’est ça l’essentiel.

Rappelons que madame Francy Mbari travaille à la compagnie nationale de sécurité (CNS) depuis seulement quelques mois. Mais avant de regagner la CNS, elle travaillait au commissariat du port Amont au centre ville. Selon ses collègues, elle est beaucoup appréciée par ses chefs.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher