CENTRAFRIQUE : LE RAPPORT DU PROJET DENOMME«DUTINGO OKO NA LEGUE TI LENGO SONGO» DE L’ONG FADEC

Publié le 21 avril 2016 , 7:54
Mis à jour le: 21 avril 2016 7:54

(Corbeau News Centrafrique)

IMG_20160117_121144

 

CENTRAFRIQUE : LE RAPPORT DU PROJET DENOMME«DUTINGO OKO NA

LEGUE TI LENGO SONGO» DE L’ONG FADEC

 

 

Bangui, (CNC), 04-21-2016

Dans le processus de la cohésion sociale et du vivre ensemble en Centrafrique, l’ONG Femme Action et développement en Centrafrique (FADEC) a mis en œuvre un projet dénommé «Dutingo oko na legué ti lengo songo» du 1er décembre 2015 au 31 mars 2016. Sous financement du National Democratic Institute for International Affairs (NDI), le projet avait pour objectif principal de Promouvoir la paix, la cohésion sociale et la culture démocratique par la sensibilisation, la formation et l’éducation électorale des populations de la Nana-Mambéré.

Le projet a été mis en œuvre dans les localités de Bouar Centre, Herman brousse, Doaka-kourssou, et de Baoro. Les principales activités ont été axées sur les formations des leaders communautaires sur leur implication dans la promotion du leadership politique féminin ; la création et la redynamisation des Comités de paix qui sont des clubs des organes communautaires regroupant : les jeunes, femmes, sages, les autorités traditionnelles ou communales et religieuses. Il s’agit également de la sensibilisation sur la cohésion sociale qui s’est faite par les leaders et les médias ainsi que la sensibilisation sur le processus électoral et la promotion des différents codes de bonne conduite signés par les différents acteurs impliqués dans le processus électoral ; la caravane de sensibilisation des leaders pour leur implication dans le leadership politique des femmes ; la création d’un réseau des familles amies ; l’évaluation à court terme avait pour objectif principal d’analyser l’efficacité des activités mises en œuvre, l’impact rapide ainsi que la viabilité des résultats obtenus.

Au niveau de l’efficacité, l’analyse dénote que 90% des activités du projet ont été mises en œuvre dans ces différentes localités visées. Il ressort que les activités de formation ont permis de renforcer les capacités des leaders communautaires et des femmes dans la promotion du leadership politique des femmes, les élections et la démocratie. Les activités de sensibilisations ont permis aux femmes de s’impliquer davantage dans le processus de cohésion sociale et de promotion du genre surtout en ce qui concerne leur participation aux élections comme candidates ou électrices.

En termes d’impact des activités, l’on note une évolution positive dans la perception des femmes de la cohésion sociale, de la promotion des femmes aux instances de prise de décision par les urnes et de la culture démocratique. Quelques personnes interrogées dans la localité de Bouar trouvent ce projet libérateur des femmes.

En termes de pérennisation des acquis, 21 Comités de paix, malgré les moyens très limités mis à leur disposition, mènent leurs activités en faveur de la paix et réconciliation, de la gestion des conflits de la promotion d’un Etat de droit, de la promotion du genre, de l’appropriation des principes démocratiques. D’autres actions qui n’étaient pas prévues dans le projet sont aussi menées par ces clubs. Des actions comme les matchs de football inter-village par exemple.

Toutefois les différentes personnes formées n’ont pas assez de moyens financiers et logistiques pour aller vers les populations qui ne sont pas sur l’axe central afin de conduire des actions de sensibilisation de proximité et d’échange avec ces populations sur les actions du projet. L’évaluation a permis de tirer quelques leçons : l’analphabétisme de la population est un frein pour la maitrise des outils de la cohésion sociale et de promotion du genre; les femmes par exemple ont beaucoup de volonté mais la plupart ne peuvent pas lire un texte pour s’imprégner par exemple du code électoral ou de leurs droits. Un projet d’une durée plus longue aurait certainement plus de chances de produire des résultats à plus fort impact sur la cohésion sociale, la promotion de la démocratie et d’un Etat de droit.

Ce deuxième projet a permis de façon effective de libérer les femmes des pesanteurs culturelles qui les relayent au dernier plan. Les hommes leaders s’impliquent dans la promotion du leadership politique des femmes et des valeurs démocratiques par des émissions radiophoniques qui passent sur les radios locales.

Le projet a atteint ses objectifs par la création des clubs d’écoute communautaire et d’autres comités de paix. Ces comités qui s’activent à instaurer la paix par un dialogue permanent et la promotion de la cohésion sociale entre les communautés, posent aussi des actes de facilitation et de consolidation de l’unité nationale.

Le projet a aussi démontré que des défis restent majeurs notamment en matière de consolidation des acquis, de la réinsertion de certaines communautés comme les peuhls dans leur ancien biotope, leur implication à la restauration de la Paix, l’ignorance des textes liés aux droits de l’Homme, la faible culture démocratique la non maîtrise du processus et du cycle électoral.

Une émission a été réalisée pour informer et sensibiliser la population de la Nana-Mambéré sur l’importance de ce projet pour leur communauté. C’était aussi l’occasion de faire connaitre les partenaires le NDI et la FADEC.
Les recommandations
Au terme de ce projet, suite aux constats de terrain, l’ONG FADEC souhaite que le bailleur tienne compte des recommandations suivantes :
• Financer les activités de suivi des clubs mis sur pieds pour pérenniser les actions ;
• le renforcement permanent des capacités opérationnelles des clubs de paix afin de mieux outiller les animateurs ;
• organiser des activités de développement communautaire et socioculturelles de grande envergure dans la commune ;
• Que la prise en compte des autres préfectures soit effective;
• Que les fonds soient décaissés à temps pour avoir une bonne lisibilité au niveau de nos finances ;
• Que les femmes soient d’avantage et permanemment outillées pour les prochaines élections et en AGR.
• Financer un projet d’alphabétisation des femmes pour leur forte implication aux idéaux démocratique et à la culture de la paix ;
• Renforcer la capacité des membres de l’ONG en gestion des projets;
• Renforcer les capacités des comptables de l’ONG en gestion financière.

L’ONG Femme Action et Développement en Centrafrique (FADEC) regroupe toute personne, de sexe féminin, sans distinction d’âge, de nationalité ou de religion. Elle a vu le jour en 2009 et a pour objectif : l’Encadrement, l’Education, l’Assistance sociale, financière et juridique des populations vulnérables. La FADEC met un accent sur la promotion des droits humains et de la démocratie par des formations et des sensibilisations à l’attention des différentes couches sociales qu’elle organise dans différentes localités de la RCA. Dans le cadre du Processus de rétablissement de la paix, de la cohésion sociale et du retour à l’ordre constitutionnel, l’ONG FADEC depuis octobre 2014 œuvre au rétablissement de la paix et de la cohésion sociale dans la Nana-Mambéré.

 

Bangui, Eric NGABA Pour CNC

Aucun article à afficher