Centrafrique : la grâce présidentielle accordée aux détenus mineurs fait polémique

Publié le 5 décembre 2022 , 7:12
Mis à jour le: 5 décembre 2022 4:16

 

Bangui (République centrafricaine) – À l’occasion de la journée internationale des enfants, le Président de la République, monsieur Faustin Archange, Touadera a gracié sans distinction tous les détenus mineurs  condamnés lors de cette journée internationale. Une grâce présidentielle qui soulève critique et inquiétude aussi bien parmi les magistrats que parmi les membres du gouvernement ainsi que sur les réseaux sociaux.

Les co-détenus des victimes du Covid-19 à Ngaragba le 8 mai 2020. Photo CNC / Anselme Mbata
Les co-détenus des victimes du Covid-19 à Ngaragba le 8 mai 2020. Photo CNC / Anselme Mbata

 

Rédigé par D. Y. Ibrahim

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le mardi 6 décembre 2022

 

La grâce présidentielle accordée aux détenus mineurs fait polémique

 

Le 28 novembre dernier, à l’occasion de la journée internationale des enfants, le Président de la République, monsieur Faustin Archange Touadera a accordé, sans distinction, la grâce présidentielle à tous les inculpés et condamnés mineurs à l’occasion de la Journée internationale des enfants.

« Il est accordé une Grâce présidentielle générale à tous les mineurs en conflit avec la loi, notamment les prévenus, inculpés et condamnés à l’occasion de la Journée internationale des enfants »., précise le DECRET N&26 50M4 A accordant une  grâce présidentielle générale aux mineurs en conflit avec la loi à l’occasion de la journée internationale des enfants.

Pour les magistrats, leur inquiétude réside dans la  non-sélection des bénéficiaires de cette grâce présidentielle. Selon eux, vu le décret signé par le Président de la République, n’importe quel détenu mineur condamné ou inculpé pour crime grave doit bénéficier de cette grâce.  Même son de cloche  au sein du gouvernement. Tandis que sur les réseaux sociaux, les critiques les plus virulentes  y ont été observées.

D’après ces internautes, cette grâce est une nouvelle illustration d’une dérive de la pratique présidentielle.

Cette procédure exceptionnelle permettra à quelques détenus mineurs, dont on ignore le nombre total, de retrouver la liberté avant les fêtes des fins d’années. Une source judiciaire  parle quant à elle d’une vingtaine des détenus mineurs qui devraient sortir de prison de Ngaragba.

À lire aussi : Quand le spectre des fins de règne dans une année impaire hante les esprits du pouvoir de Bangui

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe WhatsApp : CNC Groupe

Rappelons que dans ce groupe, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Aucun article à afficher