Centrafrique : il y’a 5 ans, 204 soldats FACA formés par les Wagner pour la première fois au Soudan

Publié le 26 octobre 2023 , 7:10
Mis à jour le: 26 octobre 2023 12:09 pm

il y’a 5 ans, 204 soldats FACA formés par les Wagner pour la première fois au Soudan

 

 

des soldats FACA formés par des russes au Soudan
Des soldats FACA formés par des russes au Soudan. CopyrightCNC.

 

Bangui, 24 octobre 2023 (CNC) – Il y a cinq ans, le journal en ligne Corbeaunews-Centrafrique a publié un article faisant état de la formation de plus de 200 militaires centrafricains par des mercenaires russes au Soudan. À l’époque, les autorités de Bangui avaient catégoriquement nié cette information, prétendant qu’il s’agissait de fausses nouvelles. Aujourd’hui, avec le recul du temps, il est difficile de ne pas reconnaître que Corbeaunews-Centrafrique avait vu juste.

 

L’article publié par la rédaction du CNC en janvier 2018, intitulé “Centrafrique : des centaines de soldats FACA formés par des mercenaires russes au Soudan,” a mis en lumière une opération qui a suscité de nombreuses interrogations et controverses. Selon cet article, 204 soldats et officiers de l’armée nationale centrafricaine (FACA) avaient été envoyés au Soudan pour une formation de recyclage militaire dispensée par des instructeurs russes, communément identifiés comme des mercenaires.

 

À l’époque, de nombreuses questions étaient soulevées quant à la transparence de cette opération. Les Centrafricains souhaitaient le retour de leurs soldats sur le terrain pour contribuer à ramener la paix dans le pays. Cependant, l’opacité entourant cet accord et les motifs sous-jacents étaient une source de préoccupation légitime.

 

Le président putschiste Faustin Archange Touadera avait signé un contrat confidentiel pour envoyer ces 200 soldats FACA en formation au Soudan, où ils étaient pris en charge par des mercenaires russes. Cette formation, qui se déroulait dans des conditions difficiles, soulevait des inquiétudes quant à la sécurité et au bien-être des soldats. Les informations révélées par Corbeaunews-Centrafrique pointaient du doigt les conditions de vie peu enviables auxquelles étaient soumis ces soldats, y compris une ration alimentaire insuffisante.

 

À l’époque, beaucoup se demandaient pourquoi le président Touadera cherchait à contourner les partenaires internationaux en envoyant ces soldats en formation en dehors du pays. Les motivations derrière cette décision semblaient floues et suscitaient de nombreuses spéculations.

 

Aujourd’hui, avec le recul, il est possible de comprendre que cette formation visait à renforcer le régime du Président putschiste Touadera. Les 200 soldats formés devaient renforcer la garde rapprochée du président et étaient perçus comme un moyen de consolider son pouvoir en prévision des élections de 2021.

 

L’article de Corbeaunews-Centrafrique avait mis en évidence l’importance de la transparence dans de telles opérations militaires et les préoccupations légitimes concernant la souveraineté de l’État centrafricain. Alors que le temps passe, il est clair que le journal avait vu juste en révélant cette information.

 

Pour des nombreux observateurs centrafricains, la communauté internationale doit continuer à surveiller de près ces développements pour garantir que les intérêts du peuple centrafricain sont préservés, et que la transparence et la démocratie sont maintenues dans le pays. Les leçons tirées de cet épisode nous rappellent l’importance du journalisme d’investigation pour éclairer l’opinion publique et maintenir la reddition de comptes.

 

Par Gisèle Moloma

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Aucun article à afficher