Centrafrique : Bangui se prépare à une guerre

Publié le 29 novembre 2022 , 7:14
Mis à jour le: 29 novembre 2022 1:03

 

Bangui, République centrafricaine –  Quarante huit heures après que Bangui annonce le survol du térritoire et le bombarrdement d’un état-major des mercenaires russes de la société Wagner à Bossangoa, chef-lieu de la préfecture de l’Ouham, c’est la confirmation que tout le monde se dit: Bangui se prépare à une guerre qui ne dit pas son nom.

Un hélicoptère russe MI-17 avec à son bord des paramilitaires russes et des forces rwandaises et loyalistes survole la région de Boali, près de Bangui, en Centrafrique, le 10 janvier 2021 / AFP/
Un hélicoptère russe MI-17 avec à son bord des paramilitaires russes et des forces rwandaises et loyalistes survole la région de Boali, près de Bangui,
en Centrafrique, le 10 janvier 2021 / AFP/

 

Rédigé par Gisèle MOLOMA

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le 30 novembre 2022

 

Bangui se prépare à une guerre

 

Derrière les communiqués et déclarations condamnant une agression absurde de l’intégrité du territoire centrafricain, tantôt par un avion inconnu, tantôt par un drone armé, le président Touadera et ses alliés russes et rwandais se préparent à une guerre qui s’annonce imminente. Depuis hier mardi, des hélicoptères de combat et un avion de chasse des mercenaires russes de la société terroriste russe Wagner multiplient les patrouilles au ciel sur les collines de Bazoubangui qui entourent la capitale centrafricaine.

Pour les autorités centrafricaines, il ne fait aucun doute. Les mains des autorités tchadiennes et françaises sont derrière ce survol et attaque de Bossangoa. D’après eux, ces autorités cherchent à renverser le président Faustin Archange Touadera.

Pour le président de l’Assemblée nationale, Simplice Mathieu Sarandji, une enquête doit être ouverte pour identifier cet aéronef et surtout sa provenance. C’est ce que le gouvernement a immédiatement accepté et a dit avoir pris bonne note pour l’ouverture d’une enquête, sans préciser si celle-ci est internationale ou nationale.

À lire aussi : ABDOULAYE MISKINE : UN PRISONNIER CENTRAFRICAIN MIS AUX ENCHERES?

 

La peur s’installe au cœur du pouvoir

 

Contacté par la Rédaction, un observateur centrafricain affirme que la peur s’installe désormais au cœur du pouvoir. « Touadera a désormais peur de sa propre ombre. Et donc, même les Russes qui le protègent, il a peur d’eux. Ils sont capables de tous, surtout qu’ils ont des arriérés des indemnités sur lui »

D’après un officier supérieur contacté par CNC et ayant requis son strict anonymat, l’ordre de survol et de surveillance aérienne ont été directement donné par un officiel russe à Bangui.

« Nous crayons qu’une attaque par des drones armés soit opérée sur la résidence du chef de l’Etat, ou alors le jour du défilé du 1er décembre. Mais jusqu’à ce jour, les informations recueillies sont rassurantes. C’est calme », conclut notre officier.

Pour les habitants de Bangui, le défilé de cette année ne sera pas comme ceux des années précédentes. L’affaire de Bossangoa est venue tout basculer l’enthousiasme vers la peur.

Affaire à suivre…

À lire aussi : La Centrafrique est-elle désormais dans le viseur de l’Europe et des États-Unis?

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe WhatsApp : CNC Groupe

Rappelons que dans ce groupe, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Aucun article à afficher