Centrafrique : Attaque mortelle d’un véhicule des Chinois à Yéléwa, que s’est-il passé?

Publié le 1 décembre 2022 , 7:13
Mis à jour le: 1 décembre 2022 4:44

 

Bangui (République centrafricaine) – Dans son message à la nation à l’occasion du 64e anniversaire de la déclaration de la République centrafricaine, le Président de la République, monsieur Faustin Archange Touadera  avait évoqué l’attaque par le CPC d’un véhicule du personnel de la société chinoise Li Jinnkxin, chargée de la réhabilitation de la route Bouar-Yéléwa. Un soldat FACA tué, et un Chinois capturé. Il n’a pas par contre donné de précision sur l’origine des faits. CNC a pu pencher sur le dossier. Voici les détails.

Une patrouille des soldats FACA à Bangassou pour illustration. Crédit photo : Corbeaunews-Centrafrique.
Une patrouille des soldats FACA pour illustration. Crédit photo : Corbeaunews-Centrafrique.

 

Rédigé par Gervais Lenga

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le vendredi 2 décembre 2022

 

Attaque mortelle d’un véhicule des Chinois à Yéléwa, que s’est-il passé?

 

Le 28 novembre 2022, sur l’axe Niem et Yéléwa, un véhicule du personnel de la société chinoise Li Jinnkxin, à bord, 4 personnes, dont un Chinois, deux soldats FACA et un interprète, avaient été attaquées par un groupe des malfaiteurs non identifiés. Le chinois avait été capturé en otage, tandis qu’un soldat FACA tué, et les deux autres occupants ont pu s’échapper dans la nature. Mais qu’est-ce qui est à l’origine de cette attaque mortelle?

À lire aussi : le procureur de Bambari, le magistrat Olivier Bombo, gravement tabassé par les mercenaires de Wagner

 

Les faits

 

Selon des informations recueillies par la Rédaction du CNC, c’est la vente d’un chantier minier local appelé Gpakana par le gouvernement à la société chinoise Li Jinnkxin qui serait à l’origine de cette attaque.

En effet, depuis plusieurs années, les habitants de Nièm et de Yéléwa exploitent artisanalement le chantier minier de Gpakana.  C’est grâce à leurs activités d’exploitation qu’ils arrivent à nourrir leur famille. Mais le mois dernier, le gouvernement a décidé de vendre ce chantier minier aux opérateurs économiques chinois. Ce qui soulève évidemment la colère de cette population.

Alors, pour tenter de freiner les chinois dans leurs activités, une partie des mécontents est allée rencontrer par le chef milicien Anti-Balaka Ndalé. Ils lui ont expliqué les faits.  Ndalé, de son côté, monte son plan d’attaque. C’est ainsi que le 28 novembre, lui et ses éléments ont tendu une embuscade au véhicule du responsable chinois de la société Li Jinnkxin. Au moment de son retour de Bouar,  ils ont attaqué le véhicule, tuant sur place un soldat FACA, et capturé vivant le responsable chinois de la société chinoise Li Jinnkxin. 

Pour l’heure,  c’est le segment de Satellite du capitaine ministre de la Communication qui est lancé à la recherche du chinois pris en otage.

 

Quelques heures plus tard, notre équipe avait été alertée. Mais vu le bruit de l’attaque de Bossangoa, notre équipe n’est allée investiguer à Bossangoa qu’à Niem-Yéléwa.

Il y’a lieu de rappeler que contrairement à ce que dise le Président de la République, cette société chinoise ne faisait pas des travaux de route localement. Ce sont des exploitants miniers chinois, et c’est vérifié.

À lire aussi : APPEL AUX AUTORITÉS POLITIQUES CENTRAFRICAINES PAR JEAN-SERGE WAFIO, PRÉSIDENT DU PDCA

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe WhatsApp : CNC Groupe

Rappelons que dans ce groupe, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Aucun article à afficher