Wagner : Des opérations de racket bien orchestrées

Publié le 28 juin 2022 , 8:10
Mis à jour le: 27 juin 2022 4:31

 

Rédigé par Adama Bria

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le mardi 28 juin 2022

 

Bangui (CNC) – Les activités du groupe Wagner sont florissantes, à en croire son chiffre d’affaires annuel estimé à 30 millions de dollars américains. Cependant, ses sources de financement sont largement décriées.

les-mercenaires-de-wagner-a- bambari
les-mercenaires-de-wagner-a- bambari, dans la préfecture de la Ouaka, au centre de la République centrafricaine

 

Gagner toujours plus d’argent en répandant le chaos est son seul leitmotiv. Les mercenaires exploitent la faiblesse des États, leurs richesses minières et pétrolières. Pourtant illégale, au même titre que les autres organisations paramilitaires en Russie, la SMP WAGNER est secrètement financée par le Kremlin, sous couvert d’un accord tacite.

 

A la tête de la manœuvre, l’oligarque Evgueni Prigojine, très proche du président russe. Le groupe Wagner tire son profit d’une nébuleuse de sociétés “écran”, qui lui sont très certainement affiliées. En jouant l’intermédiaire pour la signature de contrats, une partie de l’argent du pouvoir russe arrive dans ses caisses. Un vrai tour de passe-passe.

 

Wagner, le bras illégal du Kremlin

Rien n’est gratuit. Cette société de mercenaires soutient largement les intérêts extérieurs du Kremlin. Instrument d’une géopolitique déguisée à faible empreinte politique, Wagner lui permet d’asseoir sa présence dans plusieurs pays et régions du monde, tout en modelant l’esprit des dirigeants. En temps de “paix”, l’envoi de mercenaires représente un investissement à faible coût et aux risques limités, qui n’échappe pas au regard dubitatif de la communauté internationale.

 

Main basse sur les ressources locales

Pas moins de 10 millions de dollars par mois, soit plus de 6 milliards de FCFA… C’est le prix actuel des mercenaires en Afrique. Quand les frais dépassent le prévisionnel, le groupe Wagner se rémunère en nature. Le passé récent est riche en anecdotes. La participation d’une des sociétés d’Evgueni Prigojine à la reprise des champs pétrolifères, au profit du pouvoir syrien, a fait l’objet d’une récolte de 25% des dividendes. Même mécanisme au Soudan, l’oligarque russe a fait main basse sur les ressources minières, en échange de prestations de sécurité.

 

Et les recettes douanières…

En Centrafrique, cette société de mercenaires russe est encore montée d’un cran. Quand les recettes provenant des mines sont insuffisantes, le complément trouve refuge dans l’ingérence du pays, en décrédibilisant au passage sa souveraineté. Sans rentrer dans le détail des généreux dessous de table distribués à des décideurs locaux, l’implication “d’experts russes” a encore défrayé la chronique. Ces derniers se sont déployés aux postes douaniers pour collecter eux-mêmes les recettes : soit près d’1/3 du budget de l’État!

 

Recours au dénigrement

Piller les ressources ne semble pas suffisant. Evgueni Prigojine dirige aussi l’Internet Research Agency. Ce site de propagande et de désinformation, très actif sur internet, est la vitrine des mensonges et des dénigrements systématiques dont l’oligarque russe fait preuve, avec ses hommes, pour parvenir à leurs fins : devenir toujours plus riche en égratignant au passage l’espoir d’une vie meilleure, et la perspective d’une Région en paix.

 

Les actions de la société Wagner ont révélé des scandales dans plusieurs régions du monde, jusqu’à remettre en cause le rôle de ce type d’entreprises. Néanmoins, rien ne les arrête. Une déclaration de la Communauté des officiers pour la sécurité internationale (COSI), dont relève le groupe Wagner, laisse entendre que les sociétés militaires russes visent d’autres pays africains. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’ils les laissent toujours dans une situation pire qu’à leur arrivée.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher