Vive tension au sommet de l’État : épreuve de force entre Sarandji et Touadera, Évariste Ngamana prépare une motion de destitution

Publié le 15 mai 2022 , 8:12
Mis à jour le: 15 mai 2022 5:39

 

 

Rédigé par Gisèle MOLOMA

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le lundi 16 mai 2022

 

Bangui (CNC) – Ça y’est! Évariste Ngamana a pu réussir à s’entretenir avec le président Touadera et à mettre le feu aux poudres. Désormais, le courant ne passe plus entre le Président de la République, le professeur Faustin Archange Touadera et le Président de l’Assemblée nationale, l’honorable Simplice Mathieu Sarandji. Les deux amis ne se parlent plus depuis plus de deux semaines. En cause, le refus de ce dernier de cautionner la modification de la constitution orchestrée depuis fin mars 2022 par quelques conseillers du chef de l’État Faustin Archange Touadera en vue de lui permettre de briguer un troisième mandat à la tête de la République centrafricaine.

De gauche à droite, l'ancien premier ministre Simplice Mathieu Sarandji et le Président Faustin Archange Touadera.
De gauche à droite, l’ancien premier ministre Simplice Mathieu Sarandji et le Président Faustin Archange Touadera.

 

Une motion de destitution en préparation

 

La tâche est confiée à l’honorable Évariste Ngamana, Premier vice-président de l’Assemblée nationale et possible successeur du patron du MCU Simplice Mathieu Sarandji au perchoir, ouvrant ainsi une nouvelle poche de tension au sommet de l’État, et les conséquences pourraient être graves.

 

L’origine des soucis

 

C’était le 29 avril lors de la remise du mémorandum par le prétendu front républicain pour la modification de la constitution dirigé par le chef milicien Héritier de Bonheur Doneng à l’Assemblée nationale que les Centrafricains ont découvert le vrai visage des initiateurs du projet suicidaire de la révision constitutionnelle.

En effet, à l’issue de leur marche du vendredi 29 avril, le Président du front républicain pour la révision de la constitution, Monsieur Héritier de Bonheur Doneng, entouré de certains jeunes manipulés et des chefs des quartiers de Bangui, ont voulu remettre leur mémorandum au Président de l’Assemblée nationale Simplice Mathieu Sarandji en vue de pousser le parlement centrafricain à lancer la procédure de la modification de la constitution du 30 mars 2022.

Mais l’honorable Simplice Mathieu Sarandji, connaissant bien les en-dessous de cette manipulation, refuse non seulement de sortir et d’aller prendre lui – même le fameux mémorandum, mais surtout ordonne au chef milicien Héritier de Bonheur Doneng et ses disciples de quitter immédiatement l’enceinte de l’Assemblée nationale, sans quoi ils seront arrêtés. Or, le premier vice-président de l’assemblée nationale, l’honorable Évariste Ngamana, qui est l’un des initiateurs de ce projet de la révision constitutionnelle, est sorti récupérer le mémorandum aux mains du chef milicien Héritier de Bonheur Doneng.

 

Évariste Ngamana copieusement dénigré.

 

Ce jour, l’honorable Évariste Ngamana, qui a réceptionné le mémorandum, a voulu remettre cela au Président Simplice Mathieu Sarandji, mais celui-ci a violemment rejeté, et l’a chassé de son bureau comme une vulgaire copine. A haute et intelligible voie, il lui a ordonné de déchirer, devant lui, le fameux mémorandum du prétendu front républicain pour la modification de la constitution.

D’après Simplice Mathieu Sarandji, tout ça, c’est de la manipulation, et qu’il est constamment avec le Président de la République Faustin Archange Touadera pratiquement chaque jour. S’il devait avoir quelque chose en ce sens, Touadera lui aurait dit qu’il était dans ces directives, mais rien.

Devant la colère du Président Simplice Mathieu Sarandji, Évariste Ngamana avait juré sur sa médaille qu’il allait voir le chef de l’État Faustin Archange Touadera pour lui tout raconter en détail et régler son cas.

 

Et c’est chose faite… 

 

Justement, comme il l’avait lui-même dit, il allait raconter au chef de l’État. C’est suite à ses explications au Président de la République que celui-ci est sorti de ses gonds. Il n’a pas du tout apprécié le comportement affiché par son grand frère et ami Simplice Mathieu Sarandji. Il ordonne alors à son beau-frère Évariste Ngamana de préparer discrètement une motion de destitution de son ami Simplice Mathieu Sarandji, surtout avant la fin de l’année. C’est ainsi que depuis quelques jours, l’honorable Évariste Ngamana multiplie des réunions secrètes avec certains députés pour tenter de les corrompre avec le soutien moral et financier du Président de la République.

 

Un programme de funérailles de Simplice Mathieu Sarandji sur la table.

 

Selon des informations discrètes reçues par le service de renseignements du Président de l’Assemblée nationale Simplice Mathieu Sarandji, les proches du chef de l’État auraient aussi planifié son assassinat purement et simplement en marge de sa destitution. Pour eux, Simplice Mathieu Sarandji détient tous les secrets qui entourent l’élection et la réélection du président Touadera, sans oublier sur la présence des mercenaires russes en Centrafrique. Le destituer simplement et le laisser s’éclipser dans la nature comme Karim Meckassoua, sans mettre son cerveau sous terre, serait un grand danger judiciaire et mortel pour eux tous. Ainsi, depuis quelques jours, l’homme renforce ses dispositifs de sécurité à la maison, dans ses déplacements comme à l’Assemblée nationale.

 

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

Aucun article à afficher