Troisième mandat : les forces vives de la nation en ordre de bataille

Publié le 24 juillet 2022 , 8:11
Mis à jour le: 24 juillet 2022 10:21

 

Rédigé par Gisèle MOLOMA

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le mardi 26 juillet 2022

 

Bangui (CNC) – Mobilisation.  L’opposition démocratique, une partie de la société civile et des personnalités indépendantes, réunies au sein  d’une coalition dénommée  bloc républicain pour la défense de la Constitution (BRDC), ont exprimé, vendredi, lors de la création de ladite plateforme,  leur opposition  à toute modification de la constitution du 30 mars 2016, ou à l’introduction d’une nouvelle constitution afin de permettre au Président Faustin Archange Touadera  non seulement de réaliser un troisième mandat présidentiel, mais de rester indéfiniment au pouvoir.

Réunion des forces vives de la nation le vendredi 22 juillet 2022 à l'hôtel Ledger
Réunion des forces vives de la nation le vendredi 22 juillet 2022 à l’hôtel Ledger

 

Création d’un nouveau bloc contre le troisième mandat

 

Vendredi, après la grosse pluie qui s’abattait sur la capitale, une vingtaine de partis politiques d’opposition et d’associations civiles ont formé une coalition visant à empêcher le président Faustin Archange Touadera Faustin Archange Touadera de changer la Constitution, ou d’introduire une nouvelle afin de lui permettre de réaliser un troisième mandat à la tête de la République centrafricaine. À l’issue de leur réunion du vendredi, un manifeste avait été signé par tous les membres participants du bloc républicain pour la défense de la Constitution. Il précise l’objectif de la plateforme: « défendre la Constitution que le peuple centrafricain  s’est librement donnée le 30 mars 2016 et faire échec à la tentation d’une présidence autocratique à vie ».

Martin Ziguélé, Président du MLPC, au sortir de la réunion de la création du Front Républicain pour la Défense de la Constitution
Martin Ziguélé, Président du MLPC, au sortir de la réunion de la création du Front Républicain pour la Défense de la Constitution, le vendredi 22 juillet 2022

 

Martin Ziguelé réagit

 

« Il faut rappeler que  cette constitution est  l’émanation  d’une démarche qui n’a jamais  été initiée dans notre pays depuis notre indépendance.  C’est suite à des consultations  à la base dans toutes les communes  de la République centrafricaine, dans toutes les sous-préfectures, dans toutes les préfectures et à l’extérieur du pays que les Centrafricains ensemble ont décidé  des bases de points essentiels  de cette constitution », déclare Martin Ziguélé, qui ajoute par ailleurs que :

« Nous ne pouvons pas en tant que citoyen centrafricain regarder  les différentes tentatives  qui sont faites de gauche à droite,  des manipulations de l’opinion qui se font dans les médias publics et partout pour qu’on puisse dire que c’est le peuple centrafricain  qui revient sur sa parole. Donc nous ne pouvant pas accepter cela, c’est pour ça que  nous avons décidé ensemble, forces politiques et associations représentant la population centrafricaine, de dire non à cette tentative  de modifier ou d’instaurer une nouvelle constitution dont le seul but est de faire sauter les verrous  qui limitent à deux  le nombre de mandats et à cinq ans  la durée des mandats présidentiels.

Selon les participants, la prochaine étape sera de se réunir à nouveau  dans un bref délai pour entreprendre  un certain nombre d’actions dans le respect strict de la constitution de notre pays.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

Aucun article à afficher