Très cher Kagamé !* Votre volonté d’invasion de la République centrafricaine ne passera pas

Publié le 14 juillet 2022 , 8:10
Mis à jour le: 12 juillet 2022 9:36

 

Éditorial de l’écrivain journaliste Ben Wilson NGASSAN

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le vendredi 15 juillet 2022

Touadera et son homologue Kagamé.

 

Très cher Kagamé

 

La première fois que j’avais délivré une tribune pour vanter votre « génie » politique, remonte à 2020, où j’avais dit, à qui voulait l’entendre, que pour le continent, vous êtes un exemple de rigueur dans la gestion des choses de l’État, d’amour pour votre Peuple et de promotion de l’excellence. Ma conscience ne me dit pas non plus que je me suis trompé, car pour moi, cette analyse garde toute sa substance. Mais depuis l’inquiétant développement de l’actualité politique de la RDC, marquée par les preuves tangibles de l’évident soutien du gouvernement rwandais au M-23, rébellion qui pille la RDC voisine dans l’indifférence totale de la Communauté Internationale, et surtout les indices qui prouveraient votre forte implication visant une possible financiarisation du référendum constitutionnel en Centrafrique, ce qui assouvira, sans nul doute, l’ambition démesurée du Président Touadera de se maintenir à vie au pouvoir, je trouve qu’enfin l’idylle est finie !

 

Très cher Kagamé !*

 

Je voudrais rappeler par ce billet, cette célèbre citation de l’éditorialiste Togolais, Jean Baptiste Placca, qui disait : * » Il est des circonstances qui imposent de ne pas craindre de déplaire, de ne pas chercher à complaire, de ne pas se taire, lorsque ce qui est en cause relève du devenir d’un peuple. Le devoir sacré, ici, impose de mettre de côté ses sympathies, ses amitiés, ses intérêts personnels, bref, toutes les avidités éhontées, pour parler librement de démocratie, de transparence, de crédibilité. »* Pour dire net, aujourd’hui et maintenant, très cher Kagamé, je n’ai pas froid aux yeux, et je ne ferai pas économie de mon énergie pour dénoncer avec force toute tentative, par vous, préparée d’ingerence politique, culturelle et économique en Centrafrique. En délivrant cette tribune, je suis tout simplement, en train de respecter la Constitution de mon pays, qui en son article 28, stipule que tout État ou toute personne qui prend part à un changement anticonstitutionnel de gouvernement en Centrafrique aura déclaré la guerre au Peuple centrafricain.

 

Oui, très cher Kagamé, vous l’aurez donc compris, en vous immixant dans la gestion interne de mon pays, au nom d’un pseudo parrainage pour le développement et le rétablissement de la sécurité en Centrafrique, vous avez déclaré la guerre au Peuple centrafricain, vous m’avez déclaré la guerre.

 

Tenez ! Loin de moi d’être xénophobe, ou de porter des gants face à la généreuse terre rwandaise qui a contribué en partie à ce que je suis aujourd’hui, sur le plan humain et professionnel. Mais comme l’a si brillamment alerté le compatriote Guy José Kossa dans sa dernière tribune à vous consacrée * »il faut à tout prix éviter aujourd’hui, que les extrémistes belliqueux ne cherchent et trouvent dans cette plaie béante, des prétextes plus ou moins fallacieux, pour instrumentaliser les rancœurs et la haine entre les peuples, et créer ainsi d’autres conflits que nous pouvons pourtant étouffer et éviter pendant que nous en avons encore le temps et les arguments »* . Que mes frères, amis et ex beaux-frères rwandais me pardonnent donc !

 

Très cher Kagamé !* Cette volonté d’invasion de la République centrafricaine ne passera pas

 

Même si ceux qui nous dirigent sont dans une posture d’allégeance vis-à-vis de l’envahisseur, je vous le dis, sans broncher, que le Peuple centrafricain, aussi débonnaire qu’il ne puisse paraître, saura, au moment opportun, prendre ses responsabilités, et venir à bout de ses gouvernants, qui, pour leur désir de jouissance excessive du pouvoir, accepteraient de pactiser même avec la fille du diable afin de se maintenir au pouvoir au point de marcher sur les cadavres de plus de deux millions de Centrafricains déshérités et qui scandent * »Avé César, ceux qui doivent mourir de faim te saluent ».*

 

La génération de mes pères et de mes aînés a failli en bradant notre dignité aux exploitants Français, Chinois, Russes, Américains et maintenant Rwandais, mais ma génération ne se laissera pas faire.

 

*Très cher Paul Kagamé,* durant ma formation, en 2018, à Kigali, j’ai eu une histoire d’amour avec une belle et brillante Tutsie, mais je ne permettrai, pour tout l’or du monde, que vous asservissez mon pays, et vous y installez votre règne.

 

En attendant que vos espions, envoyés de Paris à Johanesburg en passant par Bangui, viennent à bout de ma modeste personne, par vos méthodes très bien connues, d’assassinats programmés et d’empoisonnement, je vous dis, très cher Kagamé, mon militantisme n’est guère de la xénophobie, ça s’appelle l’amour pour sa Patrie.

 

Bye bye l’intrigant !

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher