Touadera, déboussolé par l’assassinat du sultan maire de koui par les mercenaires de Wagner, cherche par tous les moyens à mentir à la famille

Publié le 21 juin 2021 , 8:57
Mis à jour le: 22 juin 2021 12:47

Bangui, République centrafricaine, mardi, 22 juin 2021, 03:11:35 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Après l’assassinat du sultan maire de koui, de son adjoint et de son garde du corps par les mercenaires russes et syriens de la société Wagner,  le chef de l’État Faustin Archange Touadera et son entourage cherchent par tous les moyens à protéger  les hommes de Wagner, quitte à mentir aux familles endeuillées. Après double échec dans sa stratégie, il a décidé de lâcher le morceau.

le sultan maire de koui, Lamido Souleymane Daouda
Le sultan maire de koui, Lamido Souleymane Daouda

 

Si au lendemain de l’attaque de poste frontalier de l’armée tchadienne  à Sourou par les mercenaires russes de Wagner, le chef de l’État Faustin Archange Touadera avait décidé d’envoyer sur place au Tchad une mission de ses trois ministres pour supplier les autorités tchadiennes à ne pas répondre le mal par le mal, à Koui, au nord-ouest de la RCA, l’assassinat du sultan maire Lamido Souleymane Daouda, de son adjoint ainsi que de son garde du corps par les mercenaires de Wagner n’a suscité aucune émotion, ni indignation, ni attention particulière des autorités du pays. Leur premier réflexe avant tout consiste à protéger les hommes de Wagner de la tempête médiatique et des colères des familles des victimes.

Ainsi, au lendemain de l’assassinat du sultan maire et de son équipe, le chef de l’État, pris en étau dans cette affaire, avait tenté d’envoyer  le candidat de son parti, le MCU aux législatives dans la circonscription, candidat qui n’est autre qu’un frère  cadet du défunt sultan, auprès de sa famille pour tenter de la rassurer, de la convaincre comme quoi, la mort du sultan, celle de son adjoint, son secrétaire en réalité ainsi que celle de son garde du corps, seraient un accident. D’après lui, il faut que ce candidat du MCU leur explique que les victimes auraient sauté sur une mine terrestre au passage de leur moto. Mais vu le choc et la colère de la famille et de la population de koui,  le candidat refuse en bloc de faire ce jeu. Il disait au chef de l’État que c’est trop risqué.

Mais le chef de l’État n’a pas l’intention de baisser les bras. Il s’est rapproché du président de l’association des peuls en Centrafrique, Monsieur Lamido issu bi Amadou et lui supplie d’aller voir la famille, mais celui-ci décline à nouveau l’offre malgré la promesse de la mise à sa disposition d’un bataillon de FACA pour sa protection et de l’argent à remettre à la famille.  Lamido qui craint un probable lynchage de la famille lui disait qu’il n’est pas une autorité, membre du gouvernement. Et c’est mieux qu’un officiel  de faire ce jeu, disait-il.

Ainsi, le chef de l’État,  qui se voit désormais abandonné à ses mercenaires de Wagner, se voit dans l’obligation de rappeler tous les mercenaires et les FACA qui sont à koui, mais aussi à Mbang dans l’espoir de calmer la colère de la famille et aussi de déjouer une éventuelle enquête des nations-unies unies.

Pour de nombreux Centrafricains, la vie des Centrafricains ne vaut rien  au Président Touadera. Seuls ses mercenaires de Wagner qui le gardent au pouvoir qui semble nécessaire.

 

Copyright2021CNC

Aucun article à afficher