« Le sujet n’est plus celui de la modification ou du remplacement de la Constitution, mais du départ de Touadera »

Publié le 14 août 2022 , 8:10
Mis à jour le: 14 août 2022 12:55

 

 

Bangui (République centrafricaine) – Pour monsieur Adrien Poussou, maintenant que M. Touadera s’est dévoilé, assumant personnellement, publiquement, officiellement lors de son adresse à la Nation ce 13 août 2022, être à l’origine des manœuvres indignes de changement de la Constitution du 30 mars 2016.  À ce titre,   le sujet n’est plus celui de la modification ou du remplacement de la Constitution, mais du départ de Touadera du pouvoir ».

adrien georges poussou
L’ancien ministre adrien georges poussou. CopyrightDR

 

Rédigé par Prisca VICKOS

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le lundi 15 août 2022

 

« Le sujet n’est plus celui de la modification ou du remplacement de la Constitution »

 

Le Président Faustin Archange Touadera a annoncé la semaine dernière vouloir introduire une nouvelle constitution par voie référendaire en République centrafricaine. Une première étape dans sa volonté de rester indéfiniment au pouvoir contre la volonté du peuple. Mais pour le journaliste Adrien Poussou, il faut désormais que les Centrafricains se rendent à l’évidence et tirent les conclusions qui s’imposent.

À lire aussi : Le Président Faustin Archange Touadera, Professeur des universités, acteur majeur de son église,  a-t-il besoin d’une délivrance? Peut-être oui! Pourquoi?

 

« D’une, le processus politique est obstrué hermétiquement par la faute de M. Touadera. L’unique porte de sortie que représentait le dialogue politique inclusif ayant été refermé. Et de deux, ce dernier s’est rendu coupable de parjure en violant son double serment. Le fameux « je jure d’observer scrupuleusement les dispositions de la Constitution et de ne pas les modifier pendant mon mandat ». Dès lors, le sujet n’est plus celui de la modification ou du remplacement de la Constitution, mais de son départ pur et simple », affirme le journaliste.

D’après lui, aujourd’hui, la problématique est moins celle de faire échec à son plan que celle, pragmatique, de voir dans quelle mesure du possible obtenir le départ du patron du MCU par tous les moyens. Ceci dit, « Le sujet n’est plus celui de la modification ou du remplacement de la Constitution.

« Les communiqués de presse c’est bien, les déclarations avec des circonvolutions dans la voix, c’est excellent, mais l’action concrète, la seule arme politique que je connaisse qui consiste à occuper la rue pour exprimer ses revendications reste la meilleure option », ajoute le journaliste, qui pense que  Le sujet n’est plus celui de la modification ou du remplacement de la Constitution,  mais du départ de M. Touadera, dont la réélection n’est toujours pas reconnue par une bonne partie des Centrafricains. Ne le laissons pas avancer ses pions à cause des  calculs personnels et nos louvoiements.

À lire aussi : Troisième mandat : les forces vives de la nation en ordre de bataille

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher