Si nous n’investissons pas dans l’eau et l’assainissement, nous risquons une autre pandémie dévastatrice*

Publié le 24 avril 2022 , 7:50
Mis à jour le: 24 avril 2022 6:19

 

Rédigé par Jean Claude Bakaly

 

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le lundi 25 avril 2022

 

Bangui (CNC) – Le coronavirus est l’épidémie virale la plus meurtrière que nous ayons connue depuis plus d’un siècle, mais ce ne sera peut-être pas la dernière de notre vivant. Les experts ont averti que les maladies zoonotiques – qui se transmettent des animaux aux humains – représentent près de 75% des maladies émergentes. En outre, l’Organisation mondiale de la santé classe une pandémie de grippe et d’autres maladies virales à haut risque, telles que l’Ebola et la dengue, parmi les dix plus grandes menaces pour la santé publique.  

Si nous n'investissons pas dans l'eau et l'assainissement, nous risquons une autre pandémie dévastatrice*
e

 

*La question d’une autre crise sanitaire mondiale n’est pas de savoir si, mais quand.*

 

Pourtant, malgré la menace imminente, l’indice de sécurité sanitaire mondiale 2021 estime que les 195 pays restent dangereusement mal préparés aux futures pandémies. En outre, seuls 33 pays ont mis en place des plans de préparation et d’intervention d’urgence qui tiennent compte des populations vulnérables.

 

Notre incapacité collective à investir dans des mesures préventives signifie que lorsque les maladies apparaissent, elles peuvent devenir incontrôlables, détruisant des vies et déclenchant des crises sanitaires massives dont la résolution prend des décennies.

 

Nous pouvons soit laisser ces informations nous effrayer, soit les utiliser pour nous préparer. Et une solution politique urgente pour prévenir les maladies est l’accès universel à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène.

 

Du 18 au 19 mai, le partenariat Assainissement et eau pour tous, en collaboration avec l’UNICEF, réunira les ministres de l’eau, de l’assainissement, de la santé, du climat et de l’économie,  lors de la Réunion des ministres du secteur, organisée par le gouvernement indonésien à Jakarta, Indonésie. Les moyens d’enrayer les maladies infectieuses, grâce à des investissements dans les domaines de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène, ainsi qu’à une action vigoureuse contre le changement climatique, figureront en tête de liste des priorités.

 

L’hygiène est peut-être l’outil le plus évident. L’année dernière, le Forum économique mondial a estimé que le lavage des mains avec du savon et de l’eau propre réduisait de 36 % le risque de contracter le COVID-19.

 

Cependant, au début de la pandémie de COVID-19, 3 personnes sur 10 dans le monde et 2 personnes sur 3 dans les pays les moins avancés ne pouvaient pas se laver les mains à la maison. De plus, 1 établissement de santé sur 4 manque actuellement de services d’eau de base et 1 sur 3 ne dispose pas de postes d’hygiène des mains aux points de soins.

 

 

Lorsque l’une des principales recommandations pour contenir un virus mortel est une mesure aussi simple, il est inadmissible de refuser à un tiers de la population mondiale ce niveau de protection de base. Et la plus grande leçon de cette pandémie est peut-être que la santé de nos communautés dépend de celle de leurs membres les plus vulnérables.

 

L’accès à l’eau potable est également vital pour la prévention des maladies au-delà de COVID-19. Près de 1,8 milliard de personnes utilisent de l’eau potable contaminée, ce qui les expose au risque de contracter le choléra, la dysenterie, la polio et la fièvre typhoïde ultrarésistante aux médicaments. Les médicaments antimicrobiens prescrits pour les maladies infectieuses pénètrent dans les sources d’eau par les eaux usées, les eaux de ruissellement et les égouts, propageant ainsi les organismes résistants aux médicaments et la résistance aux antimicrobiens. Les eaux usées insuffisamment traitées aggravent le problème en ne neutralisant pas les bactéries et les gènes résistants aux antibiotiques.

 

Il est alarmant de constater que seuls 8 % des eaux usées des pays à faible revenu subissent un traitement quelconque et les experts estiment que plus de 80 % des eaux usées rejetées dans le monde ne sont pas traitées. Cette situation peut avoir de graves répercussions sur la santé humaine, non seulement en créant des agents pathogènes résistants aux antibiotiques, mais aussi en provoquant des épidémies de maladies transmises par les aliments, l’eau et les vecteurs.

 

Par exemple, la gestion inadéquate des déchets a été l’un des facteurs attributifs de la transmission du virus Ebola en Afrique de l’Ouest, contribuant à la mort de milliers de personnes. L’Organisation mondiale de la santé a recommandé l’amélioration de l’eau et de l’assainissement comme une première ligne de défense essentielle.

 

Cependant, nos services d’assainissement ne sont pas seulement essentiels pour arrêter la propagation de la maladie, mais aussi pour comprendre son impact. Alors que la pénurie de tests COVID-19 entrave les processus de déclaration, les matières fécales ont fourni un indicateur essentiel de la propagation de la pandémie. Selon des professionnels de la santé de l’université de Californie à San Diego, l’analyse des eaux usées a permis aux chercheurs de détecter environ 85% des cas de COVID-19 dans les logements universitaires avant qu’ils ne soient diagnostiqués, ce qui leur a permis d’enrayer la propagation de l’infection.

 

Les dirigeants et les décideurs ont le choix. Nos erreurs pendant le COVID-19 ont démontré le coût immense de l’inaction, mais nous avons la sagesse d’en tirer des leçons. Nous pouvons investir massivement dans la prévention et l’atténuation des pandémies, notamment en veillant à ce que les communautés du monde entier aient accès à une eau propre et à des services d’hygiène et d’assainissement fiables. Ou bien nous pouvons ignorer les leçons catastrophiques tirées de l’expérience, ce qui expose le monde à de graves risques de menaces futures pour la santé publique.

 

Et nous ne devons pas attendre la prochaine pandémie pour agir. Il existe d’autres crises sanitaires mondiales en cours, responsables de la mort de millions de personnes, qui peuvent être résolues en donnant la priorité à la fourniture de services d’eau potable, d’assainissement et d’hygiène.

 

Du choléra au coronavirus. Le message pour les dirigeants gouvernementaux est clair : si nous voulons devancer la prochaine pandémie, nous devons investir de toute urgence dans l’eau, l’assainissement et l’hygiène. Tout autre choix pourrait avoir des conséquences dévastatrices.

 

Corbeaunews Centrafrique (CNC)

Aucun article à afficher