Révision de la constitution : l’opposition démocratique hausse le ton

Publié le 27 mai 2022 , 7:40
Mis à jour le: 29 mai 2022 10:17

 

Rédigé par Anselme Mbata

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le samedi 28 mai 2022

 

Bangui (CNC) – Dans une déclaration publiée vendredi 27 mai 2022, l’opposition démocratique a vivement réagit à la conférence de presse organisée la veille à l’hôtel Ledger Plazza par l’honorable Brice Kévin KAKPAYEN, député de la circonscription de Mbaïki 1, Président de la commission Institution et démocratie de l’assemblée nationale. L’objet de cette conférence de presse était d’officialiser l’initiative du régime en place de modifier la Constitution du 30 mars 2016 afin de permettre au Président TOUADERA de rester au pouvoir au-delà du terme prévu. Pour l’opposition démocratique, cette initiative du pouvoir n’est rien d’autre que « l’établissement d’un pouvoir autocratique, clanique et mafieux ».

Ci-dessous l’intégralité de la déclaration de l’opposition démocratique.

Conférence de presse de l'opposition élargiele samedi 2 avril 2022
Conférence de presse de l’opposition, le samedi 2 avril 2022

 

DÉCLARATION DE L’OPPOSITION DÉMOCRATIQUE RELATIVE Â LA
VOLONTÉ DE RUPTURE DE L’ORDRE CONSTITUTIONNEL DU RÉGIME EN PLACE

Le jeudi 26 mai 2022, à l’hôtel LEDGER PLAZZA de Bangui, Monsieur Brice Kévin KAKPAYEN, député de la circonscription de Mbaïki 1, membre de la majorité présidentielle, a tenu une conférence de presse, en présence d’éminents membres du cercle restreint du Président TOUADERA.

L’objet de cette conférence de presse était d’officialiser l’initiative du régime en place de modifier la Constitution du 30 mars 2016 afin de permettre au Président TOUADERA de rester au pouvoir au-delà du terme prévu par la Constitution et d’exclure du jeu politique certains Leaders de l’Opposition Démocratique.

Face à cet acte d’une extrême gravité aux conséquences imprévisibles pour notre pays, l’Opposition Démocratique dénonce fermement ladite initiative de rupture de l’ordre constitutionnel qui annonce la fin de la démocratie chèrement acquise au prix de multiples sacrifices dans notre pays et l’établissement d’un pouvoir autocratique, clanique et mafieux.

Cette remise en cause fondamentale des engagements irrévocables du serment fait solennellement par le Président de la République lors de ses investitures des 30 mars 2016 et 2021 constitue un acte de haute trahison et de parjure ainsi qu’une souillure de la mémoire de ceux de nos compatriotes qui ont sacrifié leurs vies pour qu’advienne une société démocratique, juste et solidaire.

En laissant prospérer cette forfaiture, le Président TOUADERA, dont la légitimité et la légalité du mandat actuel restent pourtant sujettes à caution, prend le risque d’ouvrir une véritable boite de pandore.

Aussi, l’opposition Démocratique :

  • appelle instamment les députés à avoir le sens de l’histoire ;
  • informe l’opinion nationale et internationale qu’elle compte s’opposer sans faiblesse à

cette initiative ;

  • demande au peuple centrafricain de se mobiliser massivement comme il a déjà su le

faire au travers de l’histoire tant ancienne que récente de notre pays, depuis KONGO WARA, 1979 et en 1990 (4 CN) ;

  • appelle le peuple à se tenir prêt et attendre le signal du dépôt à l’Assemblée Nationale

de ce texte pour une résistance populaire.

Fait à Bangui, le 27 mai 2022
Ont signé

 

H &°c/- <Sxj/>£/r
p.c.ab
jSdMi^lp’1‘ WQAi ÔOA/A

CÂIS.—-— ■

/M//6s*yc

Uni?
/?. PA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucun article à afficher