Révision de la constitution : le CNCA-PDD demande au peuple de se préparer au combat de libération final;

Publié le 30 mai 2022 , 8:02
Mis à jour le: 30 mai 2022 11:53

Rédigé par D. Y. Ibrahim

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le mardi 31 mai 2022

  

Bangui (CNC) – « Si le Président Faustin Archange Touadera veut terminer ce mandat qu’il a obtenu gracieusement par la complicité du Représentant Spécial du Secrétaire Général de l’ONU à l’époque en Centrafrique, de l’Autorité Nationale des Élections (ANE) et de la Cour Constitutionnelle; qu’il respecte la loi ». » Mais s’il choisit de mettre le pied sur l’accélérateur pour un autre mandat, il serait éjecté de la plus belle manière ». C’est parti ! Le combat ne fait que commencer. Monsieur Ferdinand    MBOKOTO-MADJI, Président du CNCA-PDD n’a pas passé par quatre chemins pour mettre en garde le Président Faustin Archange Touadera. D’après lui, modifier la Constitution pour permettre à Touadera de rester au pouvoir et empêcher l’alternance démocratique est non seulement une forfaiture, une haute trahison et une aventure à très haut risque mais  causerait des problèmes profonds et risquerait immanquablement de déclencher une guerre civile sans précédent.

Lire l’intégralité du communiqué du CNCA-PDD ci-dessous.

Ferdinand MBOKOTO-MADJI
Monsieur Ferdinand MBOKOTO-MADJI

 

 

                  COMMUNIQUE DE PRESSE DU COMITÉ EXÉCUTIF DU CNCA-PDD

 

Le 26 mai dernier, le député Brice Kevin Kakpayen de la circonscription de Mbaiki-1, se disant Avocat et président de la commission des lois à l’Assemblée Nationale, a convié certains faucons du régime et des députés des groupes parlementaires ( MCU, MOUNI, RDC, EMERGENCE, PUMA, PGD et PAD ) tous de la majorité présidentielle à un point de presse sur   » une proposition de loi constitutionnelle modifiant et complétant certaines dispositions de la constitution du 30 mars 2016″.

Dans sa déclaration, sieur Brice Kevin Kakpayen déclare que «  L’article 156 de la constitution me donne le plein pouvoir de la modifier voire la réviser. »

 

Quelle audace et quel orgueil pour ce nourrisson en mal de sensation?

 

L’acte posé par ce député véreux voulant à tout prix devenir riche comme les autres, est trop grave pour être traité comme un fait anodin.

 

L’arrogance de cet aventurier doit être punie sévèrement pour servir d’exemple à d’autres farfelus qui seront tentés d’emprunter ce chemin.

 

Raison pour laquelle le CNCA-PDD demande au peuple centrafricain de sanctionner vigoureusement ce député arrogant dont le cerveau a été mangé par Touadera, pour servir d’exemple à d’autres délinquants et prostitués politiques.

 

Par ailleurs, le CNCA-PDD dénonce de la manière la plus vigoureuse la délinquance juridique de tous ces minables députés à la recherche des miettes pouvant venir de Touadera et exige l’abandon pure et simple de ce projet farfelu et à haut risque tout en appelant la Cour Constitutionnelle bien que biaisée, à prendre ses responsabilités pour le respect des principes essentiels de la démocratie.

 

Car modifier la Constitution pour permettre à Touadera de rester au pouvoir et empêcher l’alternance démocratique est non seulement une forfaiture, une haute trahison et une aventure à très haut risque mais  causerait des problèmes profonds et risquerait immanquablement de déclencher une guerre civile sans précédent.

 

D’ailleurs la Constitution centrafricaine stipule clairement que le Chef de l’État est limité à deux mandats, créant ainsi un mécanisme de transition politique pacifique.

 

Et le respect de ces processus constitutionnels contribuerait à la consolidation des normes et pratiques démocratiques dans notre pays.

 

Mais pourquoi le Président Touadera souhaite-t-il à tout prix réécrire la constitution afin de pouvoir briguer d’autres mandats ? Parce qu’il sait pertinemment que sa place est en prison.

 

Pour tout l’or du monde, le CNCA-PDD, l’Opposition Démocratique et une société civile proche du peuple, ne vont pas jeter leur morale aux orties pour se mettre en cheville avec le Président Touadera et les prostituées du MCU dans cette manœuvre digne de la Russie poutinienne.

 

C’est pourquoi le CNCA-PDD demande au peuple de se préparer au combat de libération final;

 

Invité ses membres et sympathisants à rester engagés, debout et mobilisés en attendant son mot d’ordre;

 

Invite aussi la population centrafricaine dans toute sa composante à ne pas écouter les sirènes révisionnistes mais les considérer comme des cibles légitimes ;

 

Lance un appel aux membres des forces de défense et de sécurité qui sont proches du peuple pour qu’ils s’inspirent du comportement de leurs collègues d’Algérie et de la Guinée (Conakry) et qu’ils ne fassent pas preuve de naïveté en suivant le dessein criminel de Touadera.

 

Par indulgence, si le Président Faustin Archange Touadera veut terminer ce mandat qu’il a obtenu gracieusement par la complicité du Représentant Spécial du Secrétaire Général de l’ONU à l’époque en Centrafrique, de l’Autorité Nationale des Élections (ANE) et de la Cour Constitutionnelle; qu’il respecte la loi.

 

Mais s’il choisit de mettre le pied sur l’accélérateur pour un autre mandat, il serait éjecté de la plus belle manière.

Fait à Bangui, le 30 mai 2022

 

 

le Fondateur et Président National du CNCA-PDD

 

 

Ferdinand    MBOKOTO-MADJI

 

 

 

 

Aucun article à afficher