RCA : le projet du budget de l’ÂNE pour les élections municipales, revu à la hausse par le chef de l’État, suscite de nombreuses controverses

Publié le 16 janvier 2022 , 7:16
Mis à jour le: 16 janvier 2022 2:16

Bangui, 17 janvier 2022 (Corbeaunews – Centrafrique ) – En République centrafricaine, les dernières élections ont coûté plus cher à l’État et aux partenaires internationaux sans atteindre des résultats de qualité. Pour cette année 2022, avec les élections municipales, le projet du budget de l’autorité nationale des élections, estimé à 9 milliards de francs CFA, a été revu à la hausse par le chef de l’État Faustin Archange Touadera. Pour l’opposition, il s’agit sans doute d’un véritable hold-up  sur le budget des élections qui se profile à l’horizon.

Le président de l'ANE, Barthélémy Mathias Morouba fait la lecture des résultats provisoires des élections législatives du second tour et des partielles
Ici, le président de l’ANE, Barthélémy Mathias Morouba fait la lecture des résultats provisoires des élections législatives du second tour et des partielles du 14 mars 2021, le 21 mars 2021 dans la salle de l’autorité nationale des élections. Photo CNC / Cyrille Jefferson Yapendé

 

Le projet de budget de l’autorité nationale des élections pour les élections municipales qui était de 9 milliards de francs CFA a été porté à 15 milliards de francs CFA par le chef de l’État Faustin Archange Touadera, a-t-on appris des sources confidentielles proches de la présidence de la République.

Pour de nombreux observateurs, il ne fait aucun doute, la hausse de ce budget est la preuve que le chef de l’État prévoit d’organiser en même temps avec les municipales le référendum constitutionnel cette année. Or, pour l’opposition démocratique,  il s’agit d’un véritable hold-up  sur le budget des élections qui se profile à l’horizon.

S’agissant de ces élections municipales, ces leaders de l’opposition estiment que sans une reforme profonde et structurelle de l’autorité nationale des élections (ÂNE), ces municipales seront la reproduction des hold-up électoraux des présidentielles et des législatives de 2020 et 2021.

À en croire un juriste centrafricain, « l’ambition du chef de l’État serait d’accaparer totalement le pouvoir MCU sur le terrain politique dans le pays au triple niveau :  présidentiel, législatif et local ».

On aura ramené le parti unique, ajoute-t-il.

 

Par Gisèle MOLOMA

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher