RCA : grogne au sein des éléments de l’unité mixte de sécurité (USMS) à Bouar

Publié le 1 décembre 2021 , 7:16
Mis à jour le: 2 décembre 2021 12:29

 

Bangui, 2 décembre 2021 (Corbeaunews – Centrafrique ) – Les éléments des Unités Spéciales Mixtes de Sécurité  (USMS), composées d’anciens rebelles et des éléments des forces de défense et de sécurité (FDS), basés à Wantiguira, à 8 kilomètres de Bouar sur l’axe Baoro ont lancé depuis deux jours un ultimatum aux autorités concernant leur incorporation au sein de l’armée nationale, mais exigent aussi le paiement de 12 mois de leur arriéré de primes.

Les éléments de l'unité mixte de sécurité lors de la fin de leur formation a Bouar
Les éléments de l’unité mixte de sécurité lors de la fin de leur formation a Bouar, le mardi 12 mai 2020. Photo CNC

 

Après six mois passés dans un centre d’instruction militaire, la première promotion de l’unité mixte de sécurité (USMS) est sortie officiellement il y’a de cela plus de douze mois, le 12 mai 2020, et ce, en présence du chef de l’État Faustin Archange Touadera. Mais depuis cette date, tous ces éléments ne sont pas encore incorporés au sein de l’armée nationale, et ne reçoivent aucune prime de la part de l’État major des armées.  Par contre ils sont toujours basés dans leur camp à Wantiguira, et sont utilisés comme des éléments supplétifs des forces armées centrafricaines sur le théâtre de l’opération face aux rebelles. Mais pour eux, la patience à ses limites, et exigent non seulement leur incorporation au sein de l’armée nationale, mais aussi le versement de la totalité de 12 mois de leur arriéré de prime. Faute de quoi, ils rentreront à la maison et cessent définitivement toutes activités militaires jusqu’à la satisfaction de leur revendication.

D’après eux, c’est grâce à la fondation suisse de déminage (FSD) qu’ils survivent actuellement. Selon eux, cette organisation non gouvernementale qui leur verse régulièrement de prime forfaitaire d’alimentation générale. Mais le gouvernement, de son côté, se désengage totalement de ses obligations depuis plus d’une année.

Notons que « c’est dans le cadre de partenariat avec l’Union africaine dans l’objectif commun est de créer une paix durable que l’UE a décidé d’apporter à travers la facilité africaine pour la paix son soutien financier et logistique aux USMS. L’UE a déjà mis à la disposition de l’Union africaine des ressources nécessaires pour accompagner la mise en place des USMS, notamment à travers le paiement des indemnités d’alimentation à tous les éléments de l’unité mixte à partir de formation une fois que les unités seront déployées », a déclaré madame Samuella Isopi, ancienne cheffe de la délégation de l’union européenne en Centrafrique lors de la cérémonie de fin de formation de la première promotion des USMS. Mais d’après nos informations, les fonds débloqués par l’UE sont tout simplement détournés par les autorités du pays.

Il y’a lieu de rappeler que les USMS ont pour objectif principal de contribuer à la protection des populations, de renforcer l’ordre public et à mener les missions de sécurisation des couloirs de transhumance dans le strict respect des principes républicains, c’est-à-dire  « dans l’impartialité et la neutralité ».

 

Par Gervais Lenga

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher