RCA  : crimes et exactions, les FACA ne doivent pas suivre l’exemple des mercenaires russes

Publié le 9 mai 2022 , 8:05
Mis à jour le: 9 mai 2022 6:32

 

Rédigé par Adama Bria

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le mercredi 11 mai 2022

 

Bangui (CNC) – L’indignation soulevée par la diffusion d’une vidéo, montrant des soldats des Forces armées centrafricaines (FACA) s’abaisser à d’ignobles tortures sur des prisonniers sans défense, ne retombe pas, aux yeux des concitoyens scandalisés.

Les soldats FACA avec les deux corps de leurs victime
Les soldats FACA avec les deux corps de leurs victime

 

Alors que les informations se précisent sur les auteurs des crimes, et que les leaders de l’opposition réclament à cor et à cris l’ouverture d’une enquête, le Centrafricain se demande : comment les soldats d’une armée républicaine ont-ils pu tomber aussi bas ? La réponse, hélas, n’est pas difficile à trouver. Et pour cause.

 

Qui, depuis maintenant quatre ans, forme, entraîne et encadre les FACA ? Qui s’est emparé des leviers du pouvoir régalien jusque dans les antichambres du Palais de la Renaissance ? Les mercenaires russes de Wagner dictent aujourd’hui la loi sur toute l’étendue du territoire. Et force est de constater qu’ils n’y vont pas avec le dos de la cuillère.

De sources concordantes, les crimes et les exactions commises par les mercenaires se multiplient dans tout le pays. Faut-il encore en dresser une liste accablante ?

Notons d’abord tout récemment la fin tragique d’Igor, ce soldat des FACA qui travaillait comme interprète pour les Russes, assassiné par les mercenaires à Ndélé, de retour d’opération dans la Vakaga. Qu’avait-il vu, pour être exécuté aussi froidement ? La vérité finira bien par éclore sur le terreau du mensonge.

Rappelons également le viol sordide commis récemment à la maternité de la gendarmerie du camp Henri Izamo, à Bangui, par des mercenaires lubriques et enivrés, en toute impunité. Partout et toujours, ces criminels de Wagner s’en sortent, sans être inquiétés, et restent libres de perpétrer leurs forfaits.

N’oublions pas, non plus, le meurtre de Monsieur Sanda, le premier édile de la ville minière de Ndachima, lui aussi exécuté par les mercenaires. La liste n’en finit pas.

Le pays bruisse de rumeurs sur les mauvais traitements que subissent nos soldats, au contact des monstres de Wagner. On parle de brutalités, voire de viols commis sur nos jeunes hommes par des pervers sans moralité. Sans oublier les prédations, les vols et le racket imposés à la population, partout où les mercenaires s’installent.

Il n’est donc pas étonnant que certains de nos soldats des FACA perdent la raison et commettent à leur tour des crimes. Pendant la guerre en Syrie, on a vu des mercenaires de Wagner se filmer en train de torturer un prisonnier à coups de marteau. Avec cette vidéo atroce, nos soldats n’ont fait qu’imiter leurs parrains russes. Cela doit cesser, l’ordre républicain doit régner dans l’armée.

Que fait la justice ?

Voilà un dossier que pourrait traiter la Cour Pénale Spéciale, si elle en trouve le temps ! Après tout, comme dit l’adage : « le bourreau craint le gourdin. »

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher