Manipulation grossière : le pouvoir de Bangui organise une manifestation contre la décision de la cour constitutionnelle   

Publié le 29 septembre 2022 , 8:13
Mis à jour le: 29 septembre 2022 8:05

 

 

Pour ce qui est de la population centrafricaine, ce genre de manipulation ne passe plus. Le pouvoir de Bangui pense plutôt à vouloir rouler la communauté internationale dans la farine pour faire passer grossièrement son plan machiavélique pourtant déclaré illégal par la cour constitutionnelle. Ainsi, ce jeudi 29 septembre, au centre-ville de la capitale, le gouvernement a organisé, avec la complicité du chef mafieux Sani Yalo, une manifestation des femmes. L’objectif, désavouer publiquement la décision de la cour constitutionnelle qui a déclaré anticonstitutionnel le décret présidentiel portant création d’un comité illégal chargé de la rédaction d’une nouvelle constitution. .

Le rassemblement des femmes devant la mairire de Bangui le 29 septembre 2022 pour dénoncer la décision de la cour constitutionnelle
Le rassemblement des femmes devant la mairire de Bangui le 29 septembre 2022 pour dénoncer la décision de la cour constitutionnelle

 

Rédigé par Gisèle MOLOMA

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le 30 septembre 2022

 

Touadera veut passer en force pour dénoncer la décision de  la cour constitutionnelle

 

En République centrafricaine, la terre est en train de tourner à l’envers. Bientôt, nous allons tous, avec nos autorités,  marcher les deux pieds en l’air. Le pouvoir de Bangui ne veut plus appliquer la décision de la justice.

Le vendredi 23 septembre dernier, la cour constitutionnelle, présidée par la professeur Danièle Darlan, avait déclaré, lors d’une audience publique à Bangui, que le décret présidentiel créant le comité chargé de rédiger la nouvelle constitution est illégal et anticonstitutionnel.

Sachant que les décisions de la cour constitutionnelle ne sont susceptibles d’aucun recours, le pouvoir de Bangui veut désormais passer en force pour imposer son projet de la modification constitutionnelle, synonyme d’une présidence à vie pour le chef de l’État Faustin Archange Touadera.

À lire aussi : sept bonnes raisons pour lesquelles le dialogue dit républicain sera un échec 

Deux bus de l'agence Avenir de Centrafrique suspendue par le ministre des Transports réquisitionnés pour le transport des femmes et hommes pour une manifestation
Deux bus de l’agence Avenir de Centrafrique suspendue par le ministre des Transports réquisitionnés pour le transport des femmes et hommes pour une manifestation

 

Le pouvoir de Bangui et la manipulation

 

Depuis samedi dernier, les Centrafricains sont en train d’assister à une série de manœuvres malsaines du pouvoir.  De réunion en réunion, les caciques ont décidé de passer à la vitesse supérieure.

Ce jeudi 29 septembre, au centre-ville, devant la mairie de Bangui, ils ont organisé une manifestation des femmes pour dénoncer la décision de la cour constitutionnelle.

Ainsi, Sani Yalo et certains conseillers du Président de la République ont réquisitionné les autocars de l’agence « Avenir de Nana-Mambéré », pourtant suspendus par les autorités politiques et routières pour cause de la mise en danger de la vie d’autrui, pour mettre en circulation ce jour exceptionnellement afin de transporter les femmes pour les amener à la Mairie de Bangui, où elles doivent se manifester, pour désavouer la Présidente de la Cour Constitutionnelle madame DARLAN, qui avec les autres Sages, n’ont fait qu’appliquer la Loi fondamentale

D’habitude ce genre de manipulation se déroule à quelques jours de la déclaration du Président de la République. Ceci dit, Touadera se prépare à annoncer son intention à déclarer que la nouvelle constitution  est l’émanation du peuple centrafricain. D’ailleurs lui et ses partisans ont déjà dit même sur les ondes.

Rappelons que le chef milicien Héritier Doneng, président du prétendu front républicain a également annoncé vouloir organiser une assemblée générale à Bangui pour demander ouvertement au chef de l’État d’organiser un référendum constitutionnel.

Affaire à suivre…

À lire aussi : LA PROBLÉMATIQUE DU RESPECT, DE L’INDÉPENDANCE ET DE LA SÉCURITÉ PHYSIQUE ET MORALE DES INSTITUTIONS RÉPUBLICAINES

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher