LETTRE OUVERTE DE LA COSCIPAC AUX PARTENAIRES ET PEUPLE CENTRAFRICAIN

Publié le 30 novembre 2021 , 8:09
Mis à jour le: 30 novembre 2021 8:42

Logo de COSSIPAC

 

LETTRE OUVERTE DE LA COSCIPAC AUX PARTENAIRES ET PEUPLE CENTRAFRICAIN

 

Suite aux évènements honteux de l’obstruction faite aux auxiliaires et Juges de la Cour pénale (CPS), par ricochet, aux partenaires internationaux dans les affaires HASSAN ALI BOUBA, les autres leaders des groupes armés alliés du gouvernement, orchestrés par Faustin Archange TOUADERA, Président usurpateur de mandat des suites des élections truquées du 27 décembre 2020, par le truchement de l’Autorité Nationale des Elections (A.N.E), la Cour Constitutionnelle (CC), les Sbires du Mouvement Cœurs Unis (MCU) et les Groupes armés alliés du Gouvernement, la Coordination des organisations de la Société Civile pour la paix en Centrafrique (COSCIPAC) la voix de sans voix n’a pas voulu réagir à chaud. Elle préfère prendre le vol tard à la tombée de la nuit car connaissant bien le roublard, le boulanger Faustin Archange TOUADERA.

Lasser de rappeler au Président Faustin Archange TOUADERA, ses Sbires du Mouvement Cœurs Unis (MCU) ainsi que les leaders des Groupes armés et requins, alliés du Gouvernement, la Coordination des organisations de la Société Civile pour la paix en Centrafrique (COSCIPAC) la voix de sans voix, l’expression «défenseur des droits de l’homme» désigne toute personne qui, individuellement ou en association avec d’autres, œuvre à la promotion ou à la protection des droits de l’homme. En d’autres termes, un défenseur des droits de l’homme est quelqu’un qui défend n’importe quel droit fondamental au nom d’une personne, d’un groupe de personnes ou d’une population tel le cas en RCA. La COSCIPAC, défenseur des droits de l’homme et du Peuple Centrafricain cherche toujours à promouvoir et protéger les droits civils et politiques ainsi qu’à promouvoir, protéger et mettre en œuvre les droits individuels, économiques, sociaux et culturels.

La COSCIPAC voudrait aussi rappeler au Président Faustin Archange TOUADERA et à ses Sbires du Mouvement Cœurs Unis (MCU) ainsi qu’aux leaders des Groupes armés et requins, alliés du Gouvernement, que les droits de l’homme interviennent à propos de toutes sortes de situations en rapport avec les droits de l’homme, par exemple, les exécutions sommaires, la torture, les arrestations ou détentions arbitraires des militaires et civils, les mutilations génitales féminines, vente des organes humains, la discrimination ethnique, les problèmes d’emploi, les
expulsions forcées, des radiation arbitraire dans l’Armée Nationale, l’accès aux soins de santé choisi etc….

Depuis les cinq ans de votre premier mandat à ce jour, la COSCIPAC ne se lasse pas de vous exiger une vision politique cohérente et ne transige pas en face de pouvoir de défendre les droits fondamentaux aussi divers que le droit à la vie, à l’alimentation et à l’eau, au meilleur état de santé de la population Centrafricaine susceptible d’être atteint, à un logement convenable, à un nom et à une nationalité, à l’éducation, à la liberté de circulation sur des routes descentes et à la non-discrimination. La COSCIPAC s’occupe parfois des droits de certaines catégories de personnes, par exemple les femmes, les enfants, les autochtones, les réfugiés et les déplacés ainsi que la minorité nationale que vos alliés de Wagner tuent sans pitié, ni foi ni loi en province.

La COSCIPAC, par la présente déclaration, condamne cet acte incongru du pouvoir qui discrédite la CPS, les Partenaires internationaux, les Magistrats, les Avocats, les victimes et le Peuple Centrafricain. Elle prend acte du comportement de régime et exprime ses compassions à toutes et tous.

La COSCIPAC est aujourd’hui omniprésente à la fois dans les villes de province ainsi qu’à Bangui, malgré que ses leaders sont en cavales après avoir été manqués à plusieurs reprises aux enlèvements des milices requins du Président Faustin Archange TOUADERA.

  • DES CONSTATS ET FAITS
  1. Considérant Monsieur Faustin Archange TOUADERA et sa suite, leaders des Groupes armés comme chef des groupes Armés ayant massacré la population civile en RCA de 2016-2021 ;
  2. Considérant le régime du Président Faustin archange TOUADERA comme le régime de protection des criminels et défenseurs des Groupes Armés;
  3. Considérant le Président Faustin archange TOUADERA et ses sbires pour auteurs de trouble contre la paix et criminels de la population civile en RCA et coupable de crime de contre l’humanité, crime de guerre, c rime économique et pillage des ressources en bande organisée ;
  4. Considérant la nécessité d’une convocation dans les meilleurs délais d’une rencontre entre centrafricains pour définir les contours de la transition et la mise en place des organes de transition dans un esprit consensuel;
  5. Considérant la nomination des jeunes personnalités à la tête des organes de transition sur des critères privilégiant la question de la compétence, de la probité morale, du genre, et de l’équilibre géopolitique du pays ;
  6. Considérant l’incorporation des milices ethniques requins dans les rangs des Forces Armées Centrafricaine et la mise en œuvre dans les meilleurs délais du programme désarmement, démobilisation et réinsertion en veillant sur l’implication et la participation effective des organisations de la société civile à ce programme ;
  7. Considérant les tracasseries routière faisant obstacle à la libre circulation des personnes et des biens ainsi que de la communication sur l’ensemble du territoire national par le régime de Président Faustin Archange TOUADERA;
  8. Considérant le manque de sécurisation effective des personnes et des biens sur l’ensemble du territoire national par le régime de Président Faustin Archange TOUADERA;
  9. Considérant la nécessité de redéploiement des services sociaux de base sur l’ensemble du territoire national.

Vu au regard de ce qui précède, la COSCIPAC recommande avec insistance aux Chefs d’Etat de la CRGL, CEEAC, à l’Union Africaine, à la MINUSCA/Conseil de Sécurité de l’ONU, à l’Union Européenne, États Unies d’Amérique au nom de la paix durable en République Centrafricaine de :

– Déclarer Monsieur Faustin Archange TOUADERA et sa suite, comme leaders des Groupes armés pro-gouvernemental, sévissant en RCA de 2016-2021 et leurs responsabilité doit être engagées ;

– Mettre immédiatement fin à ce régime de Président Faustin archange TOUADERA, considéré par le Peuple Centrafricain martyrisé, pour régime de protection des criminels et défenseurs des Groupes Armés;

– Arrêter immédiatement le Président Faustin archange TOUADERA et ses sbires au nom de la paix en RCA et qu’ils répondent de leurs actes devant les juridictions compétentes nationales ou internationale ;

– Poursuivre tous les présumés auteurs des violations des droits humains et d’actes de pillages dans un esprit d’une justice juste, équitable et non celle des vainqueurs ;

– Saisir tous leurs biens et fonds placés partout dans le monde pour indemnisation des victimes des violences armées et alliés du gouvernement (Mercenaires Russe de Wagner);

  • A NOUS PEUPLE CENTRAFRICAIN

La COSCIPAC vous exhorte de braver la peur et la terreur instaurées par le régime criminel du président Faustin Archange TOUADERA appuyer par ses alliés groupes armés et Mercenaires Russe de Wagner aux fin de :

– Convoquer dans les meilleurs délais d’une rencontre entre centrafricains pour définir les contours de la transition et mettre en place des organes de transition dans un esprit consensuel;

– Tenir compte de la nomination des personnalités dans les organes de transition sur des critères privilégiant la question du genre, de la compétence, de la probité morale et de l’équilibre géopolitique du pays ;

– Démarrer dans les meilleurs délais du programme désarmement, démobilisation et réinsertion en veillant sur l’implication et la participation effective des organisations de la société civile à ce programme ;

– Rétablir la libre circulation des personnes et des biens ainsi que la communication sur l’ensemble du territoire national;

– Sécuriser effectivement les personnes vivante sur le territoire centrafricain et leurs biens sur l’ensemble du territoire national ;

– Redéployer les services sociaux de base sur l’ensemble du territoire national.

 

 

Delphin KOTTO

Le Coordonnateur

Aucun article à afficher