Le Culte de Personnalité de Faustin Archange Touadera : Une Éducation en Ruine

Publié le 11 octobre 2023 , 7:15
Mis à jour le: 11 octobre 2023 10:40 am

Le Culte de Personnalité de Faustin Archange Touadera : Une Éducation en Ruine

 

École sous-préfectorale de Baboua, dans la Nana-Mambéré

 

 

 

Bangui, 12 octobre 2023 (CNC) –   La récente critique du journaliste Ben Wilson Ngassan envers Faustin Archange Touadera , président putschiste de la République centrafricaine  , souligne les lacunes alarmantes dans le système éducatif du pays. À travers son tweet, Ngassan met en lumière l’état chaotique de l’éducation sous la gouvernance de Touadera, en se concentrant sur l’école qui porte le nom du président à Damara, sa ville natale.

 

L’école mixte Faustin Archange Touadera est devenue le centre d’attention, mais malheureusement, ce n’est pas pour ses réussites éducatives. Au lieu de cela, l’état de délabrement avancé des infrastructures éducatives est mis en avant, jetant une lumière crue sur les défis auxquels est confronté le système éducatif du pays.

 

Ngassan souligne l’ironie de la situation où un ancien enseignant, devenu président de la République, n’a pas réussi à maintenir un niveau décent d’éducation dans son propre pays. Le simple fait que son nom orne une école crée un sentiment de culte de personnalité, masquant efficacement les problèmes réels du système éducatif.

 

Le tweet de Ngassan intervient en réponse à une interview du directeur de l’école mixte Faustin Archange Touadera à Damara, Nico Wayélé-Bissé, sur Radio Guira. L’entretien promettait probablement des éclaircissements sur les défis éducatifs auxquels l’école est confrontée, mais Ngassan, déçu par le manque d’actions tangibles du dictateur de Bangui, réagit avec véhémence.

 

L’absence de progrès significatifs dans le secteur de l’éducation sous la gouvernance de Touadera est non seulement décevante mais aussi préoccupante pour l’avenir du pays. L’éducation est un pilier essentiel du développement national, et lorsque même l’école portant le nom du président est en décrépitude, cela soulève des questions sérieuses quant à la capacité du gouvernement à fournir des opportunités éducatives de qualité.

 

La réaction de Ngassan souligne le caractère pathétique de la situation. Un professeur devenu président qui ne peut pas garantir une éducation adéquate pour ses concitoyens crée une dissonance choquante. Le culte de personnalité entourant Touadera ne peut plus masquer les réalités difficiles auxquelles le système éducatif est confronté.

 

Ceci dit, la critique de Ben Wilson Ngassan révèle une réalité amère : Faustin Archange Touadera, en tant que président et ancien éducateur, doit faire face à ses responsabilités envers l’éducation de son peuple. Le délabrement avancé de l’école qui porte son nom est le symbole d’un système éducatif en crise, nécessitant une action immédiate pour éviter des conséquences graves pour l’avenir de la République centrafricaine.

 

Par Alain Nzilo

Directeur de publications

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Aucun article à afficher