Le calvaire des étudiants centrafricains au Maroc : quand l’éducation devient un fardeau pour le gouvernement

Publié le 12 septembre 2023 , 7:20
Mis à jour le: 12 septembre 2023 1:29 pm

Le calvaire des étudiants centrafricains au Maroc : quand l’éducation devient un fardeau pour le gouvernement

 

quelques étudiants centrafricains au Maroc
quelques étudiants centrafricains au Maroc

 

 

 

Bangui, 13  septembre 2023 (CNC) – Depuis 2021, un groupe d’étudiants centrafricains au Maroc vit un véritable cauchemar. Loin de leur pays d’origine, ils se retrouvent pris au piège d’une situation financière précaire, suite à la suspension de leur bourse complémentaire par les autorités centrafricaines. Cette décision a laissé ces jeunes chercheurs d’avenir dans une impasse, avec des conséquences graves sur leur éducation et leur qualité de vie.

 

Lorsqu’ils sont venus au Maroc dans le cadre de la formation professionnelle de l’Office de la formation professionnelle et promotion du travail (OFPPT) pour l’année académique 2020-2021, ces étudiants centrafricains étaient pleins d’espoir et de détermination. Cependant, la réalité sur le terrain s’est rapidement révélée bien différente de leurs attentes.

 

Le principal problème auquel ces étudiants font face est le manque de financement adéquat pour subvenir à leurs besoins de base. La bourse mensuelle accordée par le Royaume du Maroc, bien que louable, s’avère insuffisante pour couvrir les frais inhérents à leurs études et à leur vie quotidienne à l’étranger. Il est important de noter que cette bourse ne couvre que les dépenses courantes, laissant de côté les coûts d’hébergement et les frais de scolarité.

 

Conformément à l’accord initial qui a permis à ces étudiants de venir étudier au Maroc, il était prévu que les autorités centrafricaines complètent la bourse versée par le Royaume du Maroc en prenant en charge les frais d’hébergement et d’études. Malheureusement, depuis plus de deux ans, ces étudiants n’ont pas reçu le soutien financier promis par leur propre gouvernement.

 

Lorsque le CNC a contacté certains de ces étudiants centrafricains au Maroc pour recueillir leur témoignage, ils ont pointé du doigt monsieur Ngana, le directeur général des bourses et stages, comme étant l’auteur de cette injustice. Non seulement il a bloqué le versement de leur bourse, mais il a également entravé le remboursement de leurs frais de transport. Beaucoup d’entre eux avaient initialement financé leur billet d’avion avec l’aide de leurs parents, et le remboursement de ces frais est devenu un véritable casse-tête à cause de l’attitude du directeur général des bourses.

 

La situation actuelle est devenue insupportable pour la majorité de ces étudiants, dont les parents n’ont pas les moyens de leur venir en aide. Ils se sentent abandonnés par leur propre pays et sont poussés à lancer un appel au Président de la République, monsieur Faustin Archange Touadera , au gouvernement centrafricain et à la société civile.

 

Cette situation est à la fois déchirante et inacceptable. L’éducation devrait être une priorité pour tout gouvernement, et l’abandon de ces étudiants par les autorités centrafricaines est une trahison envers la jeunesse et l’avenir de la nation. Il est impératif que des mesures immédiates soient prises pour remédier à cette situation critique. Les étudiants méritent non seulement une éducation de qualité, mais aussi le soutien de leur propre gouvernement pour poursuivre leurs rêves et contribuer au développement de la République centrafricaine.

 

Par Anselme Mbata

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Aucun article à afficher