Lancement d’une procédure de mise en accusation du président Touadera devant les juridictions?

Publié le 15 août 2022 , 8:09
Mis à jour le: 15 août 2022 12:56

 

 

Trois signataires du manifeste du bloc républicain pour la défense de la constitution (BRDC), dans une lettre adressée à leur coordination, ont demandé le lancement d’une procédure de mise en accusation du président Touadera devant les juridictions nationales, africaines et internationales. Selon eux, Touadera est le problème et que son départ est la solution.  

Le président Touadéra en campagne électorale en 2020. AFP
Le président Touadéra en campagne électorale en 2020. AFP

 

Rédigé par D. Y. Ibrahim

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le 16 août 2022

 

Lancement d’une procédure de mise en accusation du président Touadera

 

Les trois signataires depuis la France  du manifeste du bloc républicain pour la défense de la constitution du 30 mars 2016, à savoir messieurs  Vincent Mambachaka, Joseph Prudence Rodrigue Mayté et Jean-Pierre Mara, ont annoncé avoir pris connaissance de la déclaration de guerre au peuple centrafricain par le président de la République Faustin Archange Touadera à travers son message à la nation à l’occasion du 62e anniversaire de la proclamation de l’indépendance.

À lire aussi : UNE REPUBLIQUE PARIA PAR FAITS POLITIQUES DE TOUADERA

 

« Ce qui semblait être une tentative est maintenant publiquement assumé; un référendum constitutionnel sera organisé pour introduire une nouvelle constitution qui ne limite plus le nombre de mandats présidentiels en RCA », affirment-ils.

D’après eux, le président de la République ne semble être qu’à l’écoute de la minorité à ses ordres, cette infime partie de la population qu’il manipule à sa guise pour tromper l’opinion, affirmant par ailleurs que le peuple serait demandeur d’une nouvelle constitution.

  • « Fort de cette pratique de manipulation, nous demandons aux leaders des partis politiques et de la société civile signataires du manifeste d’adopter une stratégie claire », avant d’ajouter que « Touadera est le problème et que son départ est la solution », mais aussi lancer une procédure de mise en accusation du président Touadera devant les juridictions nationales, africaines et internationales », et « Envisager toutes les actions possibles pour son départ y compris par la force ». Ceci dit, il faut nécessairement fédérer toutes les forces hostiles au régime Touadera. » Lancement d’une procédure de mise en accusation du président Touadera ».

À lire aussi : Simb, Ngono, Belinga, les Camerounais et nous …

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

 

 

 

 

Aucun article à afficher